31 octobre 2021

Biagio Marin (1891 – 1985) : « Ô laisse-moi chanter... » / « Oh ! lasseme cantâ... »

Biagio Marin (LaPresse)   Ô laisse-moi chanter je suis seulement une cigale et pendant tout l’été je ne chante que de l’aile.   Un cri monotone qui grisaille le ciel bleu, mais c’est mon souvenir qui se lève pour toi.   Ne m’enlève pas ce cri d’amour qui te blesse comme les étoiles fixes la nuit forment un fleuve.   Jusqu’au tout dernier souffle ce cri énamouré laisse ouvrir le ciel d’une lame de couteau.   Ce n’est que mon baiser sur ta bouche d’or ; jusqu’à ce que je meure ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 octobre 2020

Biagio Marin (1891 – 1985) : « Mistral d’été... » / « Maistral d’istàe... »

  Mistral d’été donne-moi encore des ailes maintenant que les journées me descendent dans l’âme.   Fais-moi voile tendue fais-moi son de clocher qu’une terre lointaine à sa table m’accueille.   Rien peut-être que pluie tombant sur unjardin rafraîchir les parterres de la jeune salade.   L’envie du lointain me brûle et me tourmente ; odeur des primes violettes et parfum de la menthe.   Et ce nuage, mistral, qu’avec toi tu emportes, cette aile de mouette, ils sont mon agonie. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 octobre 2019

Biagio Marin (1891 – 1985) : « T’ai ôté chaque feuille... » / "T’hè levào ogni fogia..."

  T’ai ôté chaque feuille comme à rose qui s’effeuille pour te voir bouton d’or.   Je ne l’ai pas trouvé : mais ton parfum m’a énivré et à présent je meurs de tant d’envie de ce parfum passé égaré oublié comme un de mes vers   Traduit de l’italien par Sophie Basch In, « La Nouvelle Revue Française, Juillet-Août 1993, N° 486-487 » Editions Gallimard, 1993     Ti ho tolto ogni foglia come ad una rosa che si disfoglia per vederti il bottone con l’oro.   Non l’ho... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :