16 juin 2016

Evgueni Alexandrovitch Evtouchenko / Евге́ний Алекса́ндрович Евтуше́нко (1932 - : Baby Yar

  Baby Yar   Il n’est au Baby Yar sur tant et tant de tombes Pas d’autres monuments que ce triste ravin. J’ai peur… Quel poids ici sur mes épaules tombe ! Ô peuple juif, vraiment, j’ai ton âge soudain.   Je me vois en Egypte errer aux temps antiques… Je me vois expirer cloué sur une croix ; Désormais j’appartiens à la race hébraïque Et ces marques de clous je les porte sur moi.   Me voici devenu Dreyfus, le capitaine, Et le petit bourgeois me juge, accusateur, Derrière les barreaux, pris... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 avril 2016

Joseph Brodsky / Иосиф Александрович Бродский (1940 – 1996) : Définition de la poésie / Определение поэзии

  Définition de la poésie   A la mémoire de Fédérico Garcia Lorca    La légende raconte qu’avant d’être fusillé il vit au-dessus des soldats se lever le soleil et dit alors : - Et pourtant le soleil se lève… ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mars 2016

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine / Александр Сергеевич Пушкин (1799 – 1837) : Elégie

  Elégie   J’ai vu la mort : elle est entrée, muette, S’asseoir tranquillement à mon chevet ;           J’ai vu la tombe ; elle attendait ; L’âme s’est éteinte… elle était prête. Il faut que je vous quitte, mes amis ;           Ma vie, offerte à la disgrâce,           Disparaîtra bientôt sans trace ; Je ne verrai de mes yeux obscurcis Aucune éternité… Je fus, je passe… De ma... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2015

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич Лермонтов (1814 - 1841 ) : « De ma geôle ouvrez-moi la grille… »

  De ma geôle ouvrez-moi la grille, L’éclat du jour, donnez-le moi, Avec les yeux noirs d’une fille, Un cheval au panache noir ! Un baiser tendre à la belle Pour commencer, puis en avant, Dès que je bondis sur la selle Dans la steppe, comme le vent !   Sur les barreaux frappe mon poing, La lourde porte reste close, La fille aux yeux noirs est si loin Et dans son palis se repose. Le bon cheval,  parmi les prés S’en va, solitaire et sans bride, Il galope et flâne à son gré, Sa crinière fendant... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 septembre 2015

Ossip Emilievitch Mandelstam / О́сип Эми́льевич Мандельшта́м (1891 – 1938) : « Homère, l’insomnie… » /Бессоница, Гомер, тугие па

  Homère, l’insomnie. Et les voiles tendues. J’ai lu jusqu’au milieu le Catalogue des vaisseaux. Cette longue couvée, ce long envol de grues Sauvages qui jadis franchit le ciel de Grèce.   Grues s’enfonçant en coin vers d’étranges confins, (L’écume divine ceint la tête des rois) Vers quels ports voguez - vous ? O guerriers achéens, Vous seriez- vous, sans Hélène, souciés de Troie ?   Tout est mû par l’amour – Homère et l’océan. Qui donc puis – je écouter ? Car Homère se tait. La mer est... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 août 2015

Maïakovski (Vladimir Vladimirovitch) / Маяковский (Владимир Владимирович) (1893 – 1930) : Prologue à la Tragédie « Vladimir Maïa

  Prologue à la Tragédie « Vladimir Maïakovsky »   Est-ce vous qui comprendrez pourquoi serein, sous les tempêtes de sarcasmes, au dîner des années futures j’apporte mon âme sur un plateau ? Larme inutile coulant de la joue mal rasée des places, je suis peut-être le dernier poète. Avez-vous vu comme se balance entre les allées de briques le visage strié de l’ennui pendu ? Sur le cou écumeux des rivières bondissantes les ponts tordaient leurs bras de pierre. Le ciel pleure avec... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 juillet 2015

Anna Akhmatova /Анна Ахматова (1889 – 1966) : Epilogue, I / эпилог, I

      Epilogue, 1   J’ai vu comment les visages se défont, Comment on voit la terreur sous les paupières, Comment des pages d’écritures au poinçon Font ressortir sur les joues la douleur, Comment les boucles noires et cendrées Ressemblent soudain à du métal blanc. Le sourire s’éteint sur les lèvres dociles Et la peur tremble dans un petit rire sec. Si je prie, ce n’est pas pour moi seule, Mais pour tous ceux qui ont avec moi attendu, Dans le froid féroce, ou sous la canicule, Au pied du mur rouge,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2015

Evgueni Alexandrovitch Evtouchenko / Евге́ний Алекса́ндрович Евтуше́нко : « Non, je n’ai pas besoin d’une chose à moitié… »

  Non, je n’ai pas besoin d’une chose à moitié, Mais donnez-moi la terre et le ciel tout entiers, Car les fleuves, les mers et les torrents sauvages Sont à moi désormais, et cela sans partage…   Le bonheur je le veux, mais non pas sa moitié, Et même le malheur, je le veux tout entier. D’une part de la vie, allons ! je n’en ai cure, Je veux sa plénitude, elle est à ma mesure.   Je ne veux la moitié que de cet oreiller Où, tendrement blottis, je vois ensommeillés, Ton visage et ta main dans sa grâce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2015

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine / Александр Сергеевич Пушкин (1799-1837) : « L’astre du jour éteint sa flamme rougeoyante… »

L’astre du jour éteint sa flamme rougeoyante, La mer s’est assombrie sous un brouillard naissant.           Frémis, frémis, voilure obéissante, Bouillonne autour de moi, ténébreux océan.                     Je vois la rive encor lointaine, Le règne merveilleux des terres du Midi, J’y vole, bouillonnant, et je reste interdit, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2015

Marina Tsvétaïeva / Марина Ивановна Цветаева (1892 – 1941) : « - Il me plaît que vous ne soyez pas fou de moi… » /Мне нравится

  - Il me plaît que vous ne soyez pas fou de moi,  Il me plaît de ne pas être folle de vous, Et que jamais le lourd globe terrestre Ne fuie au-dessous de nos pieds. Il me plaît de pouvoir être ridicule – Troublée – et de ne pas jouer sur les mots, Et de ne pas souffrir d’une faiblesse étouffante Lorsque nos deux manches se frôlent.   Il me plaît aussi que devant moi Tranquillement vous enlaciez une autre, Et que vous ne souhaitiez pas les feux De l’enfer parce que moi j’en embrasse un autre. Que vous ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :