03 juillet 2020

Anna Akhmatova / Анна Ахматова (1889 - 1966) : « Nous ne boirons pas dans le même verre... » / « Не будем пить из одного стакана

  Anna Akhmatova par Amedeo Modigliani       Nous ne boirons pas dans le même verre Ni de l’eau ni du vin doux, Nous n’échangerons pas de baisers le matin, Et le soir nous ne serons pas ensemble à la fenêtre. Ton signe est le soleil ; le mien, la lune ; Mais nous vivons d’un seul amour.   Mon tendre ami fidèle est toujours avec moi, Ton amie joyeuse est toujours avec toi, Mais je comprends l’effroi dans ces yeux gris, Et tu es la cause de mon malaise. Nous espaçons nos rencontres trop brèves. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2020

Evdokiya Petrovna Rostopchina / Евдокия Петровна Ростопчина (1811 – 1858) : «Vous penserez à moi...» / « Вы вспомните ...

  Vous penserez à moi, mais il sera trop tard, Vers mes steppes déjà je serai repartie ; Pour longtemps, pour toujours, cachée à vos regards. Mon image, soudain par l’absence éclaircie, Vous penserez à moi, mais il sera trop tard.   Vous passerez devant la maison triste et vide, Où vous trouviez toujours un chaleureux accueil Et vous demanderez, arrêté sur le seuil : « Elle n’est donc plus là ? » La calèche rapide Vous emportant, à moi vous penserez trop tard !     ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 avril 2020

Joseph Brodsky / Иосиф Александрович Бродский (1940 – 1996) : Elégie à John Donne / Большая элегия Джону Донну

  Elégie à John Donne     John Donne s’est endormi et tout dort autour de lui, dorment les murs, le plancher, le lit, les tableaux, dorment la table, les tapis, les verrous, le cadenas, l’armoire toute entière, le buffet, les bougies, les rideaux. Tout dort. Les bouteilles, les verres, les vases, le pain, le couteau de cuisine, la porcelaine, les cristaux, la vaisselle, la veilleuse, le linge, la commode, les vitres, l’horloge, les marches, les portes. Partout c’est la nuit. Partout il fait nuit :... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2020

Vladimir Vladimirovitch Maïakovski / Владимир Владимирович Маяковский (1894 - 1930) : La blouse du dandy / Кофта Фата

  La blouse du dandy   Dans le velours de ma voix je vais tailler mon pantalon noir. Une blouse jaune dans trois toises de midi. Par un Nevsky(*),  mondial, sa lisse patinoire, j’irai flâner du pas d’un Don Juan dandy.   Laissez crier la terre avachie de sommeil : « Tu t’en vas violer les printemps verdissants ! » Insolemment rieur je défie le soleil : « J’aime à me dandiner sur l’asphalte glissant »   Est-ce parce qu’il fait un ciel bleu ce matin, et que la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2020

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine / Александр Сергеевич Пушкин : Conversation entre le libraire et le poète / РАЗГОВОР КНИГОПРОД

  Conversation entre le libraire et le poète                    Le libraire Les vers, pour vous, c’est si facile ; A peine vous y mettez-vous, Un bruit s’est répandu en ville, Des plus flatteurs et des plus doux. « Il a, dit-on, un long poème, Fruit du labeur de son esprit ! » Et donc, j’attends ; tranchez vous- même, C’est vous qui fixerez le prix. L’amant des Muses et des Grâces Sera payé en bon billets, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 janvier 2020

Nikolaï Alekseïevitch Nekrassov / Николай Алексеевич Некрасов (1821 – 1877) : « Ô fête de la vie ... » / « Праздник жизни - моло

  Ô fête de la vie, années de la jeunesse, Je vous aurai tuées sous le faix du labeur ; Je n’ai jamais été l’ami de la paresse, Poète favori, gâté par le bonheur.   Si mes tourments cachés à la longue débordent D’un cœur qui d’ordinaire en secret les retient, J’écris, les mots rythmés me consolent, m’emportent Au-delà des soucis du travail quotidien.   Je ne me flatte pas que notre peuple garde, Ne fût-ce qu’un seul vers de ceux que j’ai laissés ; Mon vers, mon vers austère, inhabile, angoissé, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2019

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич Лермонтов (1814 - 1841) : « Adieu, Russie, patrie pouilleuse ...» / « Прощай, нем

  Adieu, Russie, patrie pouilleuse, Pays des maîtres et des serfs, Des policiers à tête creuse Et du bon peuple qui les sert.   Au Caucase où le sort m’emporte Echapperai-je à tes pachas, A l’œil qui voit malgré les portes, A l’oreilles qui sait déjà ? 1841     Traduit du russe par André Markowicz In, « Le Soleil d’Alexandre, le cercle de Pouchkine, 1802-1941 »  Editions Actes Sud,2011 Du même auteur : « De ma geôle ouvrez-moi la grille… » (15/11/2015) La... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 octobre 2019

Wilhelm Karlovitch Küchelbecker / Вильге́льм Ка́рлович Кюхельбе́кер (1797 – 1846) : La nuit

  La nuit   L’ombre sur moi du soleil s’étendait ; la lune était blanche ;           Je dormais lourdement. – Nés des souffrances du jour, Des fantômes tournaient près de moi, la tête dodelinante,           Foule morte, agitée. Doigt sur les lèvres, longtemps, Ils me fixèrent, les yeux creusés ; - Longtemps leur murmure           Me pénétra ; la lune illuminait... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 septembre 2019

Ossip Emilievitch Mandelstam / О́сип Эми́льевич (1892 – 1938) : « Pour la gloire à venir ... » / « За гремучую доблесть грядущих

  Pour la gloire à venir, la gloire héréditaire,           La haute lignée des humains, J’aurai perdu ma coupe à la table des pères,           La gaieté, l’honneur, tout enfin ...   Le siècle, loup-cervier, bondit sur mes épaules ... Ô siècle, je ne suis point loup et je t’en prie, Comme on fourre un bonnet dans une manche molle, Mets-moi sous ta pelisse au chaud en Sibérie.   Cache à mes yeux la boue aux lâchetés... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 juillet 2019

Anna Akhmatova / Анна Ахматова (1889 – 1966) : Premier avertissement / Первое предупреждение

  Premier avertissement   Que nous importe, en vérité, Que tout se transforme en poussière, Sur combien d’abîmes j’ai chanté, Dans combien de miroirs j’ai vécu ? Ce n’est pas un rêve, soit, ni un réconfort, C’est tout sauf un bienfait du ciel, Il se peut que tu sois obligé De te rappeler plus qu’il n’est nécessaire. Le grondement des poèmes qui se taisent, L’œil qui se cache dans les profondeurs, Cette couronne de barbelés rouillés Au milieu d’un silence inquiet. 6 juillet 1963   Traduit du russe... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :