29 avril 2022

Joseph Brodsky / Иосиф Александрович Бродский (1940 – 1996) : A Anna Akhmatova

  A Anna Akhmatova   Tendus vers le ciel les coqs chanteront, par les avenues crisseront les bottes, les chevaux d’émeraude étincelleront à l’heure même de notre mort.   La flûte enchantée sifflera par les ruelles, les pistolets éclateront de rire sur le canal près des vitres tremblantes, la chambre s’inondera de lumière.   Et passeront en effleurant les buissons les soldats invisibles de l’été brûlant, le long des allées taillées à ras comme les ombres des vaisseaux ovoïdes.   Ainsi... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2022

Vladimir Vladimirovitch Maïakovski / Владимир Владимирович Маяковский (1894 - 1930) : J’aime / Люблю

  J’aime   C’ETAIT AINSI D’HABITUDE Chacun en naissant est nanti d’amour, mais les emplois, les rentes, tout çà, vous dessèche le sol du cœur. Le cœur est vêtu d’un corps, le corps d’une chemise . Mais ce n’est pas assez. Quelqu’un – l’imbécile ! – confectionna les manchettes et sur les poitrines coula l’amidon. En vieillissant l’on se ravise. La femme se maquille. L’homme fait le moulin selon Müller (1) Trop tard. La peau se ratatine de rides. L’amour fleurit, fleurit, et se flétrit.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2022

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine / Александр Сергеевич Пушкин (1799 - 1837) : A Tchaadaïev / Чаадаеву

  A Tchaadaïev (1)        En ces lieux où j’oublie les orages d’hier, Où le renom d’Ovide est mon voisin désert, Où la gloire n’est pas mon incessante peine, Tu manques à mon âme épuisée mais sereine. Sous leurs conventions lassé d’être contraint, J’ai pu facilement oublier ces festins Où l’esprit magnifique étincelle sans âme Et fige en lois glacés la vérité de flamme. Laissant le chœur bruyant des jeunes insensés, Dans mon paisible exil je m’en suis bien passé. J’ai respiré ; bridé... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2022

Constantin Batiouchkov / Константин Николаевич Батюшков (1787 – 1835) : A Dachkov

  A Dachkov   Ami, j’ai vu sur la mer tragique Du mal ; comme un fléau du ciel, La guerre et son brasier cruel, Les actes d’ennemis, iniques ; Les riches en de longues files, Déguenillés, fuyant de peur ; Et les mères quitter leur ville Tout en laissant couler des pleurs. Elles serraient désespérées, Leur nourrisson contre leur sein ; Je les ai vues sur les chemins, Défaites, pâles, éplorées, Fixant d’un regard aux abois Le ciel en feu. L’âme affligée, Je fis, à pied, ton tour trois... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2021

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич Лермонтов (1814 – 1841) : La patrie / Родина

  La patrie   Non, j’aime ma patrie, mais d’un amour bizarre           Dont ma raison ne peut venir à bout.                     Ni le sang versé pour sa gloire Ni l’orgueilleux repos qu’elle affiche partout, Ni les chants familiers de ses siècles de flamme, Rien n’éveille ma joie, rien ne me touche l’âme.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 septembre 2021

Marina Tsvétaïeva / Марина Ивановна Цветаева (1892 - 1941) : « Après une nuit sans sommeil... » / « После бессонной ночи... »

  Après une nuit sans sommeil, le corps faiblit devient doux et autre – il n’est à personne. Dans les veines ralenties des traits font encore mal et on sourit aux gens comme un ange.   Après une nuit sans sommeil, les mains faiblissent, l’indifférence est profonde : ami ? ennemi ? Chaque son fortuit recèle un plein arc-en-ciel, l’odeur de Florence flotte soudain sur le gel.   Les lèvres s’éclaircissent tendrement, l’ombre est plus dorée autour des yeux creusés. C’est la nuit qui a allumé ce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2021

Iliazd / Ильязд (1894 – 1975) : « A l’automne... » / « Осенью... »

  A l’automne, le Soleil, pour l’étancher l’amour Offre aux collines la grappe bleu nuit du raisin. Le jus qui gicle, la terre mourante l’offre à boire à chaque fruit. Les tournesols, les poires sont mûres Les lourdes masses des melons remplissent les potagers. Une huppe au bord de la rivière. Cherche des scarabées. Dans la pénombre des pressoirs on se soûle à grands cris, on répand le vin jeune. Les cruches, les gourdes se vident sitôt remplies. Les bergers, des montagnes, ramènent les troupeaux dans la plaine. Les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2021

Serge Essénine / Сергей Александрович Есенин (1895 – 1925) : La confession d’un voyou

  La confession d’un voyou   Ce n’est pas tout un chacun qui peut chanter. Ce n’est pas à tout homme qu’est donné d’être pomme Tombant aux pieds d’autrui.   Ci-après la toute ultime confession, Confession dont un voyou vous fait profession.   C’est exprès que je circule, non peigné, Ma tête comme une lampe à pétrole sur mes épaules. Dans les ténèbres il me plaît d’illuminer L’automne sans feuillage de vos âmes.   C’est un plaisir pour moi quand les pierres de l’insulte Vers moi volent,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 août 2021

Alexandre Blok / Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок (1880 – 1921) : Sur les champs de Koulikovo / НА ПОЛЕ КУЛИКОВОМ

    Sur les champs de Koulikovo                                                                                ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 août 2021

Guennadi Aïgui / Геннадий Николаевич Айги (1934 – 2006) : Le dernier départ. 1, 2 / ОСЛЕДНИЙ ОТЪЕЗД. 1,2

  Le dernier départ (Wallenberg à Budapest : 1988)                                                              Donec eris felix multos numerabis amicos ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :