15 novembre 2022

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич Лермонтов (1814 - 1841) : « Pareil au ciel, ton regard brille... » / « Как небеса

    Pareil au ciel ton regard brille      Comme un émail d’azur ; Ainsi qu’un baiser fond le trille      De ton chant tendre et pur.   Et, pour un seul son de ta voix,      Un regard de tes yeux, J’offre le sabre de Damas      Dont j’étais orgueilleux.   Et pourtant, son éclat m’excite ;      Il tinte avec douceur ; A ses appels, l’âme palpite,      Le sang bout... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2022

Marina Tsvétaïeva / Марина Ивановна Цветаева (1892 - 1941) : « Le jour viendra... » / « Настанет день... »

  Le jour viendra – si triste, paraît-il – Où mes yeux, ainsi qu’une flamme, agiles Auront fini de régner et brûler – Refroidis par cinq kopecks étrangers*. Et, tel un sosie palpant son image, La face paraîtra sous le visage. Ô, je t’aurai à la fin méritée, Belle ceinture de sérénité.   Et au lointain (vous aussi vous verrai-je ?) Sur le sentier noir viendra le cortège Des pèlerins se signant en désarroi – Vers ma main qui ne se repliera pas, Vers ma main plus frappée par l’anathème, Vers ma main qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 septembre 2022

Iliazd / Ильязд (1894 – 1975) : « La guerre éructe... »

Iliazd, Eau-forte d'Alberto Giacometti   La guerre éructe c’est de tous côtés           la ville ultime dans la peste brune           mais rôde sur les ormes argentés           l’or hésitant de la nouvelle lune Terre effroyable terre dévastée           les maraudeurs récits de peur commune          ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2022

Serge Essénine / Сергей Александрович Есенин (1895 – 1925) : Trente-six / Поэма о 36

  Trente-six   Par la Russie errante il est plus d’une sente. A chaque pas, une tombe. A chaque lieue, une croix. Jusques au Iénissey on peut compter – je sais – six mille un tumulus, et plus.   Le roc bleu de l’Oural comme un sac de pierrailles en travers s’est couché Au-delà, bruit la Taïga, sa neige, où s’enfonce le pas ; essaye donc d’y marcher.   Heureux qui, entraîné à la dure, connaît l’ouragan sibérien. Mais si tu es faible et las, et que tu tombes, où que soit ton... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 août 2022

Guennadi Aïgui / Геннадий Николаевич Айги (1934 – 2006) : Le dernier départ. 3, 4 / ОСЛЕДНИЙ ОТЪЕЗД. 3, 4

  Le dernier départ   3 depuis toujours l’air, on dirait, et la lumière –   ce miroitement :   toujours la même main...-   depuis longtemps ayant fait ses adieux à ce Ciel sans parole interminablement descend dans le ravin et bénissant la ter-ri-fiante Terre – elle, en tant que Grenier (ô tant et tant j’en sais à croire par l’Univers-Sommeil) – humide de la vapeur invisible du sang –   (là, près de moi – remontent suant les collines mouvantes sur les plaines très loin –... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 juillet 2022

Anna Akhmatova : / Анна Ахматова (1889 - 1966) : Jardin d’été / Летний сад

  Jardin d’été   Je veux aller dans ce jardin,                          dans cette roseraie nonpareille, Où l’on voit des clôtures la plus belle,   Où les statues gardent mémoire                          de la jeune fille que j’étais Et moi, je les revois sous l’eau de la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 avril 2022

Joseph Brodsky / Иосиф Александрович Бродский (1940 – 1996) : A Anna Akhmatova

  A Anna Akhmatova   Tendus vers le ciel les coqs chanteront, par les avenues crisseront les bottes, les chevaux d’émeraude étincelleront à l’heure même de notre mort.   La flûte enchantée sifflera par les ruelles, les pistolets éclateront de rire sur le canal près des vitres tremblantes, la chambre s’inondera de lumière.   Et passeront en effleurant les buissons les soldats invisibles de l’été brûlant, le long des allées taillées à ras comme les ombres des vaisseaux ovoïdes.   Ainsi... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2022

Vladimir Vladimirovitch Maïakovski / Владимир Владимирович Маяковский (1894 - 1930) : J’aime / Люблю

  J’aime   C’ETAIT AINSI D’HABITUDE Chacun en naissant est nanti d’amour, mais les emplois, les rentes, tout çà, vous dessèche le sol du cœur. Le cœur est vêtu d’un corps, le corps d’une chemise . Mais ce n’est pas assez. Quelqu’un – l’imbécile ! – confectionna les manchettes et sur les poitrines coula l’amidon. En vieillissant l’on se ravise. La femme se maquille. L’homme fait le moulin selon Müller (1) Trop tard. La peau se ratatine de rides. L’amour fleurit, fleurit, et se flétrit.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2022

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine / Александр Сергеевич Пушкин (1799 - 1837) : A Tchaadaïev / Чаадаеву

  A Tchaadaïev (1)        En ces lieux où j’oublie les orages d’hier, Où le renom d’Ovide est mon voisin désert, Où la gloire n’est pas mon incessante peine, Tu manques à mon âme épuisée mais sereine. Sous leurs conventions lassé d’être contraint, J’ai pu facilement oublier ces festins Où l’esprit magnifique étincelle sans âme Et fige en lois glacés la vérité de flamme. Laissant le chœur bruyant des jeunes insensés, Dans mon paisible exil je m’en suis bien passé. J’ai respiré ; bridé... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2022

Constantin Batiouchkov / Константин Николаевич Батюшков (1787 – 1835) : A Dachkov

  A Dachkov   Ami, j’ai vu sur la mer tragique Du mal ; comme un fléau du ciel, La guerre et son brasier cruel, Les actes d’ennemis, iniques ; Les riches en de longues files, Déguenillés, fuyant de peur ; Et les mères quitter leur ville Tout en laissant couler des pleurs. Elles serraient désespérées, Leur nourrisson contre leur sein ; Je les ai vues sur les chemins, Défaites, pâles, éplorées, Fixant d’un regard aux abois Le ciel en feu. L’âme affligée, Je fis, à pied, ton tour trois... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :