12 juin 2020

Wisława Szymborska (1923 – 2012) : La femme de Loth / Żona Lota

  La femme de Loth   Je me suis retournée, parait-il, par curiosité. Mais je pouvais avoir d’autres raisons encore. Je me suis retournée par regret de ma coupe d’argent. Par mégarde, en renouant le lacet de ma sandale. Pour ne plus voir la nuque intègre de Loth mon époux. Certaine soudain que si je tombais morte, il ne prendrait même pas le temps de s’arrêter. Par l’insoumission des humbles. Pour guetter les clameurs de la poursuite. Frappée par le silence espérant que Dieu avait changé d’avis. Nos deux filles... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

12 janvier 2020

Wojciech Marek Darski (1958 -) : Mazurie paysage d’automne en arrière-plan

   Mazurie paysage d’automne en arrière-plan   La grande chaleur encore couvre les feuilles hâlées de l’eau se forment des nuages les roseaux pataugent dans les eaux dormantes ou l’air déjà dans les rougeurs provoque des vents nouveaux dans les chênaies les sangliers flairent les glands les oiseaux cherchent les clés pour fermer leur nid et s’envoler la terre épuisée par les mousses joue avec les racines et l’automne de Scandinavie envoie une carte de vœux   Traduit du polonais par Frédérique... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2020

Kazimierz Brakoniecki (1952 -) : Sur la route de Pont-Aven

  Sur la route de Pont-Aven   I Tu es morte, tes yeux sont dans ta tombe, et moi je pars, avec des amis, pour la Bretagne. J’ouvre les yeux sur le monde, je n’en crois pas mes yeux, comme si ce monde était beau dans la fraîcheur de décembre, quand le soleil chemine sous les arbres, bottines aux pieds, couvertes de givre, sur les talus au bord d’un ravin au bord de la rivière Ellé, où majestueusement une abbaye sommeille, où les hêtres luisent d’un rouge sombre, vaches blanches, mouettes blanches, corneilles... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 décembre 2019

Czesław Miłosz (1911 - 2004) : Le fleuve majestueux / Powolna rzeka

  Le fleuve majestueux   Un printemps aussi beau que celui-là, cela fait longtemps qu’il n’y en a pas eu ; l’herbe juste avant le fauchage est abondante et pleine de rosée. Dans la nuit, on entend quelqu’un jouer au bord des marais, il y a une traînée rose à l’est jusqu’au petit matin. A une telle heure, chaque voix sera pour nous un cri de triomphe. Gloire, douleur et gloire à l’heure et aux nuages, à la chênaie verte, le portail de la terre se fend, clef de la terre découverte, l’étoile accueille déjà... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2019

Thadée Peiper (? – 19 ?) : Les yeux au-dessus de la ville

  LES YEUX AU-DESSUS DE LA VILLE   Imaginer un nid                               dans le sommet de la cheminée d’une usine ... J’y habite avec mes yeux J’y vis comme dans la tour d’une cathédrale ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juin 2019

Wisława Szymborska (1923 – 2012)) : Ca va sans titre / Może być bez tytułu

  Ca va sans titre   On en est arrivé là : je suis assise sous un arbre, au bord d’une rivière, un matin de soleil. C’est un évènement anodin que ne retiendra pas l’histoire. Ni une bataille, ni un pacte dont on sonde les motivations, ni le meurtre mémorable d’un tyran.   Et pourtant me voilà assise, c’est un fait. Et puisque je suis ici, près de la rivière, je serai bien venue ici de quelque part, sans dire qu’auparavant j’aurai séjourné dans pas mal d’autres endroits. Tout comme les grands... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2019

Zbiniew Chojnowski (1962 -) : Soleil couchant sur le lac

  Soleil couchant sur le lac   Les lèvres du jour rougissent au couchant. Le silence se fige dans les sphères. La couleur s’estompe à la lumière. Un chat de nuages se blottit contre les paupières closes. Et des roseaux touffus un murmure s’élève.   Sniardwy, 1993   Traduit du Polonais par Frédérique Laurent In, « Terra nullius, une anthologie de la poésie contemporaine de Varmie et Mazurie ». Editions Folle Avoine, 35023 Bédée, 2004 Du même auteur : « Nous marchions dans le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2019

Alicia Bykowska-Salczynska (1953 -) : Au vent

  Au vent   La Bretagne est la région de France où il y a le plus de suicides ; c’est ce que disent les statistiques.   Il est vrai qu’il y en a plus que jamais. C’est à cause de ce vent qui souffle sans arrêt, comme tu l’écris, Chéri, dans le récit de ton premier voyage. Jean-Luc sourit, amer quand je lui lis ton article traduit. Ce n’est pas le spleen, dit-il. C’est la pauvre eau de vie, le dur labeur, et le sentiment d’être encore plus mal sur sa pauvre terre.   Alors, il leur paraît... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2019

Kazimierz Brakoniecki (1952 -) : Varmie

Varmie   Indicible est la joie du bouvreuil sur une petite branche de peuplier, dans la lumière de février près du lac gelé, glaçon de laine blanche, près des décombres laissés par la guerre dans les carcasses des saules, sur les scories ramollies au dégel, dans la nuit refroidie. Parfois je sais pourquoi je vis, nul besoin de mots pour le dire. Colle mon dos, à la lumière du soleil, et reçois sa constance. Comme il est simple d’être bon quand la nature est douce. Et qu’on est libre, rassasié, juste un peu malheureux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 décembre 2018

Czesław Miłosz (1911 – 2004) : A Allen Ginsberg / Do Allena Ginsberga

  A Allen Ginsberg     Allen, mon cher, mon grand poète d’un siècle meurtrier, toi qui t’obstinant dans ta folie es arrivé à la sagesse. Je t’avoue que ma vie n’a pas été telle que je l’aurais souhaitée.   Et maintenant qu’elle est passée, elle reste là comme un pneu inutile au bord de la route.   Elle était comme la vie de millions d’hommes, contre laquelle tu te révoltais au nom de la poésie et de Dieu tout-puissant.   Soumise aux bonnes mœurs, avec la conscience que ces mœurs... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :