12 janvier 2022

Wojciech Marek Darski (1958 -) : Le pêcheur

Octobre 2015. Radio Olsztyn   Le pêcheur   J’ai dit, Ecoute, je connais le Dieu véritable, il habite dans une grande ville pleine de néons, de femmes, et d’autres merveilles. Son sang bat dans les veines des rues sur lesquelles il veille. Il a des horloges dans les yeux. Et son souffle est la musique qui résonne, puissante, dans les salles de concert, parle à ma place, parce que je suis le fils de l’homme. Viens avec moi chercher le royaume ! Mais il n’enleva pas les mains des filets, il leva seulement... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2022

Kazimierz Brakoniecki (1952 -) : Intangible

Hanna i Kazimierz Brakonieccy, 2017   Intangible   Dormant d’un sommeil si profond sur la terre meuble afin de réveiller le soleil Pourquoi sommes-nous venus à Carnac aux confins de l’Europe mégalithique vestiges néolithiques étendus étripés par des flèches tombeaux de charognes magiques charognes de pierre appuyées à l’océan sur lesquels tu montes courbé comme sous le poids de l’écorce céleste ta chaussure bute dans un caillou tu essuies de tes doigts les creux et les gouttes. tu sors durci à l’air brumeux et tu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juin 2021

Wisława Szymborska (1923 – 2012) : Prêt-à-vivre / Życie na poczekaniu.

  Prêt-à-vivre   Voilà du prêt-à-vivre. Pièce sans répétition. Corps sans essayage. Tête sans réflexion.   J’ignore le rôle qu’on me fait jouer. Je sais seulement qu’il ne peut être qu’à moi.   L’intrigue, je suis bien obligée de la démêler une fois sur scène.   Préparée à la diable pour cet honneur de vivre, j’ai du mal à soutenir le tempo de l’action. J’improvise, bien que l’improvisation m’écoeure. Je bute à chaque instant sur l’ignorance des choses. Mes manières fleurent sans doute la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 janvier 2021

Wojciech Marek Darski (1958 -) : Au bord de la Krutynia

Fot. Archiwum Gazety Giżyckiej   Au bord de la Krutynia   L’automne rampe dans les arbres et les poissons dans les vannes. L’œil du filet du pêcheur repère ce qui est caché dans l’eau. Seuls les nuages fuient les enchevêtrements meurtriers. La pensée circule, insaisissable, avec le courant.   Le bateau est trop lourd pour se lancer dans des épreuves contre les nuages. Il est fâché avec les rapides. Il patauge dans les acores. Il aimerait déjà se coucher sur la rive, tiré d’affaires. Ou trans porter... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2021

Kazimierz Brakoniecki (1952 -) : Armor, Poèmes de l’Atlantique / Armor, Wiersze atlantyckie (X – XVIII)

    Armor Poèmes de l’Atlantique   X Je crois au cosmos, Je ne me fie pas au cosmos. Moi substantif fléchi par toi comme la mort, j’escalade les récifs de la destinée, quand la mer monte vers moi, qu’elle prêche dans les déserts profonds de varech et d’écume, et invite à une leçon de submersion fatale.   Comme il est simple de s’élancer au milieu des ténèbres, de brûler le néant et d’engloutir le leurre, de s’effrayer soi-même dans le vide renversé du miroir de l’onde.   Comme il est... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 décembre 2020

Czesław Miłosz (1911 – 2004) : Capri

  Capri   Je suis un enfant qui célèbre sa première communion à Wilno et plus tard qui boit du chocolat distribué par des dames patronnesses bigotes.   Je suis un vieil homme qui se souvient de cette matinée de juin : l’ivresse des objets immaculés, des nappes blanches et du soleil, du vase au bouquet de pivoines.   Qu’as-tu fait, qu’as-tu fait de ta vie ? (*) - des voix appellent en des langues différentes recueillies au cours de voyages sur les deux continents. Qu’as-tu fait de ta vie, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2020

Wisława Szymborska (1923 – 2012) : La femme de Loth / Żona Lota

  La femme de Loth   Je me suis retournée, parait-il, par curiosité. Mais je pouvais avoir d’autres raisons encore. Je me suis retournée par regret de ma coupe d’argent. Par mégarde, en renouant le lacet de ma sandale. Pour ne plus voir la nuque intègre de Loth mon époux. Certaine soudain que si je tombais morte, il ne prendrait même pas le temps de s’arrêter. Par l’insoumission des humbles. Pour guetter les clameurs de la poursuite. Frappée par le silence espérant que Dieu avait changé d’avis. Nos deux filles... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 janvier 2020

Wojciech Marek Darski (1958 -) : Mazurie paysage d’automne en arrière-plan

   Mazurie paysage d’automne en arrière-plan   La grande chaleur encore couvre les feuilles hâlées de l’eau se forment des nuages les roseaux pataugent dans les eaux dormantes ou l’air déjà dans les rougeurs provoque des vents nouveaux dans les chênaies les sangliers flairent les glands les oiseaux cherchent les clés pour fermer leur nid et s’envoler la terre épuisée par les mousses joue avec les racines et l’automne de Scandinavie envoie une carte de vœux   Traduit du polonais par Frédérique... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2020

Kazimierz Brakoniecki (1952 -) : Sur la route de Pont-Aven / Na drozde do Pont-Aven

 Sur la route de Pont-Aven   I Tu es morte, tes yeux sont dans ta tombe, et moi je pars, avec des amis, pour la Bretagne. J’ouvre les yeux sur le monde, je n’en crois pas mes yeux, comme si ce monde était beau dans la fraîcheur de décembre, quand le soleil chemine sous les arbres, bottines aux pieds, couvertes de givre, sur les talus au bord d’un ravin au bord de la rivière Ellé, où majestueusement une abbaye sommeille, où les hêtres luisent d’un rouge sombre, vaches blanches, mouettes blanches, corneilles... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 décembre 2019

Czesław Miłosz (1911 - 2004) : Le fleuve majestueux / Powolna rzeka

  Le fleuve majestueux   Un printemps aussi beau que celui-là, cela fait longtemps qu’il n’y en a pas eu ; l’herbe juste avant le fauchage est abondante et pleine de rosée. Dans la nuit, on entend quelqu’un jouer au bord des marais, il y a une traînée rose à l’est jusqu’au petit matin. A une telle heure, chaque voix sera pour nous un cri de triomphe. Gloire, douleur et gloire à l’heure et aux nuages, à la chênaie verte, le portail de la terre se fend, clef de la terre découverte, l’étoile accueille déjà... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :