02 juin 2021

Attila József (1905 – 1932) : Nuit d’hiver / Téli éjszaka

  Nuit d’hiver   Sois sage !   L’été s’est déjà éclipsé. Sur les larges glèbes charbonnées un grain de cendre léger remue. Calme paysage. Quelques branches d’arbustes pointues écorchent le verre fin de l’air. Belle inhumanité. Seul un mince oripeau d’argent - vague bandeau – pend rudement, bordant la verdure féconde, car tant d’étreintes et de sourires restent pris dans les broussailles du monde.   Au loin, les vieilles montagnes noueuses, lourdes mains travailleuses, soutiennent en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 juin 2020

Attila József (1905 - 1937) : Ce n’est pas moi qui clame / Nem én kiáltok

Attila Joszef, par Vince Korda. Paris, 1927. Musée littéraire Petofi, Budapest.   Ce n’est pas moi qui clame   Ce n’est pas moi qui clame, c’est la terre qui tonne, Gare à toi, gare, car le diable est devenu dément, Fuis au fond des sources pures et profondes, Plie-toi dans la plaque de verre, Dérobe-toi derrière la lumière des diamants, Sous les pierres, parmi les insectes rampants, Ô cache-toi dans le pain frais, Mon pauvre, pauvre ami. Infiltre-toi dans la terre avec les pluies nouvelles – C’est en vain que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 janvier 2018

Attila József (1905 – 1937) : Sans espoir / Reménytelenül

  Sans espoir   Lentement, pensivement   L’homme parvient finalement à une plaine sablonneuse, maussade et mouillée, songeant, il regarde alentour et sagement d’un signe de tête il approuve, sans espérer.   Moi aussi, je m’essaye à regarder ainsi sans tricher et comme allègrement. L’éclat argenté d’un coups de hache surgit sur une feuille de peuplier comme en jouant.   Sur une branche du vide mon coeur est assis, son corps menu grelotte sans bruit, autour de lui les étoiles sont réunies, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :