13 avril 2022

Saphô / Σαπφώ (vers 630 – vers 580 av. J. C.) : « Je ne change point... »

Statue de Sapho par Pierre Travaux, 1859. Musée du Louvre   Je ne change point, ô vierges de Lesbos ! Lorsque je poursuis la Beauté fugitive, Tel le Dieu chassant une vierge au peplos Très blanc sur la rive. Je n’ai point trahi l’invariable amour. Mon cœur identique et mon âme pareille Savent retrouver, dans le baiser d’un jour, Celui de la veille. Et j’étreins Atthis sur les seins de Dika. J’appelle en pleurant, sur le seuil de sa porte, L’ombre, que longtemps ma douleur invoqua, De Timas la morte. Pour... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2022

Simonides de Kéos / Σιμωνίδης ὁ Κεῖος (556 – 467 avant J.C.) : Les morts des Thermopyles

  Les morts des Thermopyles   Ceux qui sont morts aux Thermopyles Connaissent et la gloire et le sort le plus beau, Car ils ont des autels et non pas des tombeaux, Non pas des larmes, mais des hymnes, Nos louanges au lieu de nos gémissements, Et la rouille ou le temps qui toute chose mine N’attaque pas ce monument.   L’urne où repose en paix la cendre des héros A pris à la patrie sa gloire la plus claire Ah ! j’en atteste Sparte et son roi, dont si haut Brillent à tout jamais la gloire et la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 mars 2022

Yòrgos Sefèris / Γιώργος Σεφέρης (1900 - 1971) : « Mais que cherchent-elles, nos âmes... » / « Μα τί γυρεύουν οι ψυχές...

  Mais que cherchent-elles, nos âmes à voyager ainsi Sur des ponts de bateaux délabrés, Entassées parmi des femmes blêmes et des enfants qui pleurent, Que ne peuvent distraire ni les poissons volants Ni les étoiles que les mâts désignent de leur pointe ; Usées par les disques des phonographes, Liées sans le vouloir à d’inopérants pèlerinages, Murmurant en langues étrangères des miettes de pensées ?   Mais que cherchent-elles, nos âmes à voyager ainsi De port en port Sur des coques pourries ? ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2022

Yannis Ritsos / Γιάννης Ρίτσος (1909- 1990) : « Maisons blanches... »

  Maisons blanches, toutes blanches, les tuiles abricot, les volets bleus, les chevaux cannelle dans la cour, les blancs dans le champ vert les balcons d’or et la mer.   Les mules sur la pente dans les pierres et les petits ânes dans les épines, nattes de paille, couteaux et panières, et rires dans les vignes.   Doigts et genoux, poitrines et mentons ensanglantés dans le raisin, cris rouges et sueurs, dans les descentes le gloussement doré de la poule.   Et comme bleuit le soir petit à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2022

Kikí Dimoulá / Κική Δημουλά (1931 - 2020) : Signe de reconnaissance / Σημείο Αναγνωρίσεως

  Signe de reconnaissance Statue de femme aux mains liées   Tout le monde t’appelle aussitôt statue et moi aussitôt je te donne le nom de femme.   Tu décores un jardin public. De loin tu nous trompes. On te croirait légèrement redressée pour te souvenir d’un beau rêve, et prenant ton élan pour le vivre. De près le rêve se précise : tes mains sont liées dans le dos par une corde de marbre et ta posture, c’est ta volonté de trouver quelque chose qui t’aide à fuir l’angoisse du prisonnier. On t’a... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2021

Odyssèas Elytis / Οδυσσέας Ελύτης (1911 – 1996) : l’icône / Το εικόνισμα

  L’Icône   Rochers en adoration les vagues Marchent dans les ténèbres. Asphodèles et narcisses Qui poussent dans les rêveries des morts Accompagnent nuages et sommeils   J’avance à l’instinct ne sachant quel jour   Cela sent la noblesse d’un vieux bois Ou d’un animal humilié. Bien sûr C’est par ici que j’ai dû exister ; si vite Que le jour pointe et je vous retrouve Tourments sacrés maisons à l’abandon ocre entre les citronniers Arches, voûtes où j’allais eaux courantes Où s’est posé le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2021

Stratis Pascalis / Στρατής Πασχάλης (1958 -) : Rustre

  Rustre   Il creusait lourdement la terre, lèvres sèches, joue pas rasée, caillou caché sous des épines, enfoncés dans l’orbite les yeux très bleus luisants, les cheveux recouverts par un givre glacé.   Il rentrait tard chez lui fatigué comme un bœuf, pour connaître les choses il avait ses mains dures : dans le noir il prenait les deux pis de la chèvre sur la bosse des seins de la femme allongée les serrait comme au bain la cuisse de son fils quand il le lavait nu dans l’abreuvoir de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juillet 2021

Homère / Ὅμηρος (VIIIème siècle av. J.C.) : « De même que l’on voit... »

Sculpture de Philippe-Laurent Roland (1746 - 1816), Musée du louvre, Paris     De même que l’on voit les abeilles en tribus nombreuses, Se presser à flots renouvelés et sortir d’une roche creuse, Et former une grappe voletante au-dessus des fleurs du printemps, Tandis qu’une foule d’autres planent ici et là en même temps, De même les tribus sans nombre quittent les bâtiments et les baraques, Et viennent se masser en avant du déclive rivage, Pour prendre part à l’assemblée. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 avril 2021

Saphô / Σαπφώ (vers 630 – vers 580 av. J. C.) : « ... Rien n’est plus beau... »

      ... Rien n’est plus beau, dit l’un, qu’une imposante armée ; L’autre : rien n’est plus beau qu’une escadre en plein vent. Rien n’est plus beau pour moi que le coeur de l’aimée Chacune fait son choix et risque en le suivant Des enfants des parents, un nom, des biens quittés ; Hélène pour Pâris fit brûler des cités. Le doux bruit de tes pas, ton beau visage tendre, J’aimerai mieux le voir, j’aimerai mieux l’entendre Que le char du Grand Roi et sa garde d’honneur. Hélas ! Nul être... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2021

Simonides de Kéos / Σιμωνίδης ὁ Κεῖος (556 – 467 avant J.C.) : Plaintes de Danaë

 Plaintes de Danaë   Sur la nacelle façonnée Souffle le vent, Et la vague l’emporte et la tient balancée. Pâle d’effroi est Danaë. Les larmes sur ses joues sans cesse vont coulant, Et de ses tendres mains elle entoure Persée, Elle lui dit : « O mon enfant, Que j’ai de peine !   Mais toi, tu dors, mais toi, calme et doux est ton cœur, Sur cette barque de douleur Rivetée par ses clous de bronze, Dans la ténèbre noire et parmi la nuit sombre. Ah ! de rien tu ne t’aperçois, Quand sur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :