13 avril 2021

Saphô / Σαπφώ (vers 630 – vers 580 av. J. C.) : « ... Rien n’est plus beau... »

      ... Rien n’est plus beau, dit l’un, qu’une imposante armée ; L’autre : rien n’est plus beau qu’une escadre en plein vent. Rien n’est plus beau pour moi que le coeur de l’aimée Chacune fait son choix et risque en le suivant Des enfants des parents, un nom, des biens quittés ; Hélène pour Pâris fit brûler des cités. Le doux bruit de tes pas, ton beau visage tendre, J’aimerai mieux le voir, j’aimerai mieux l’entendre Que le char du Grand Roi et sa garde d’honneur. Hélas ! Nul être... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2021

Simonides de Kéos / Σιμωνίδης ὁ Κεῖος (556 – 467 avant J.C.) : Plaintes de Danaë

 Plaintes de Danaë   Sur la nacelle façonnée Souffle le vent, Et la vague l’emporte et la tient balancée. Pâle d’effroi est Danaë. Les larmes sur ses joues sans cesse vont coulant, Et de ses tendres mains elle entoure Persée, Elle lui dit : « O mon enfant, Que j’ai de peine !   Mais toi, tu dors, mais toi, calme et doux est ton cœur, Sur cette barque de douleur Rivetée par ses clous de bronze, Dans la ténèbre noire et parmi la nuit sombre. Ah ! de rien tu ne t’aperçois, Quand sur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 mars 2021

Yòrgos Sefèris / Γιώργος Σεφέρης (1900 – 1971) : Argo / Αργώ

  Argo   Mes histoires je les ai apprises près des bateaux non par des voyageurs ou des marins ou par les autres sur les jetées qui attendent débarqués perpétuels, cherchant dans leur poche une cigarette. Des visages de bateaux hantent ma vie : les uns ouvrent les yeux comme le Cyclope immobiles sur le miroir des eaux d’autres avancent comme des somnambules, dangereusement, d’autres encore ont sombré dans les abysses du sommeil chaînes bois voiles et cordages. Dans la petite maison fraîche au jardin ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2021

Yannis Ritsos / Γιάννης Ρίτσος (1909 – 1990) : Crépuscule

  Crépuscule     Tu la connais cette heure du crépuscule d’été dans la chambre close ; le reflet rose infime en travers des planches du plafond ; le poème inachevé sur la table – deux vers, pas plus une promesse non tenue de voyage parfait, d’un peu de liberté, d’indépendance, et d’une (relative, bien sûr) immortalité.   Dehors dans la rue déjà, l’appel de la nuit, les ombres légères de dieux, d’humains, de bicyclettes quand les chantiers s’arrêtent, que les jeunes ouvriers avec leurs... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2021

Kiki Dimoulá / Κική Δημουλά (1931 - 2020) : Oblivion beach

    Oblivion beach   Ce qu'elle en bave, dis donc, l'âme quand au lieu de dormir elle songe à des orthographes mafieuses : l'Homme, par exemple, pourquoi veut-il à tout prix s'écrire avec deux m comme deux poings serrés, pour quoi faire ?   Regarde-moi ça, mon vieux, quelle hypocrisie, à faire dresser les cheveux sur la tête : tout ce que j'ai subi la nuit, tout ce qui m'a torturée, toutes les ténèbres menaçant de m'emmener encore, ces terreurs qui me bandaient les yeux pour... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2020

Odyssèas Elytis / Οδυσσέας Ελύτης (1911 – 1996) : Elégie de Grüningen

  Elégie de Grüningen                                                                                      A la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2020

Stratis Pascalis / Στρατής Πασχάλης (1958 -) : Tressaillement

 Tressaillement   A l’heure où la foule tourbillonne je me suis retrouvé marchant dans l’avenue entre saules et peupliers entraîné par le vent matinal.   Et soudain, mes yeux s’enivrant des jeux d’ombres mauves lancées par les arbres au visage des passants, là-haut le ciel était bleu sombre et un soleil pur montrait les choses exactement comme elles sont, j’ai senti que j’ avais cessé d’être un vague détail dans la cohue d’une ville mais que je traversais un triomphe autour de moi qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juin 2020

Titos Patrikios / Τίτος Πατρίκιος (1928 -) : Les zèbres / Οἱ ζέβρες

  Les zèbres   Lumière entre les lattes en bois des persiennes d’hôtel mi-closes à gauche sur la place de la gare lumière qui tombait découpée en lanières nous couvrant d’une peau de zèbre et les deux zèbres luttaient dans la lumière et l’ombre marqués de rayures blanches et noires en diagonale par les phares des voitures plongée blanche et noire dans ta chair. Parfois je vois encore après tant d’années des marques blanches et noires de zèbre sur ma peau étant seul à l’hôtel dans une ville du bord de mer. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 avril 2020

Saphô / Σαπφώ (vers 630 – vers 580 av. J.C.) : « ... Et je ne reverrai jamais... »

Terre cuite de 480-460 av. J.‑C., provenant d'une tombe de Mélos et conservée au British Museum  On suppose qu'il s'agit de l'une des plus anciennes représentations de Sappho, ici tenant un barbitos, en conversation avec un homme, peut-être Alcée   ... Et je ne reverrai jamais ma douce Attys. Mourir est moins cruel que ce sort odieux ; Et je la vis pleurer au moment des adieux. Elle disait : « Je pars. Partir est chose dure. » Je lui dis : « Sois heureuse, et va, car rien ne dure. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 mars 2020

Yòrgos Sefèris / Γιώργος Σεφέρης (1900 - 1971) : Ephèse / Έφεσος

  Mémoire II   EPHESE   Il parlait assis sur un marbre pareil au débris d’un portail antique ; la plaine à droite immense et vide et de la montagne à gauche descendaient les ombres du soir : « Le poème est partout. A son côté parfois ta voix s’avance comme le dauphin accompagne un instant une voile d’or dans le soleil et disparaît. Le poème est partout comme les ailes du vent dans le vent qui ont touché un peu les ailes de la mouette. Pareils à notre vie, et autre, de même que change et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :