15 juillet 2022

Xie T'iao / 謝朓 (464 – 499) : Tristesse des oiseaux de bronze

Poèmes choisis de Xie T'iao et Yu Xin,2011   Tristesse des oiseaux de bronze   Le soleil disparait à la haute muraille, Une dernière lueur pénètre les rideaux. Comme le soir est triste tout au fond des pins ! Qui comprendra jamais le cœur de la cithare ?   Traduit du chinois par François Martin In, « Anthologie de la poésie chinoise » Editions Gallimard (Pléiade), 2015 Du même auteur : « Le jour tombe... » (15/07/2020) Complainte des degrés de jade (15/07/2021)
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 juillet 2022

Li Yu / 李煜 (ou Li Houzhu / 李後主) (937 – 978) : « Devant le pavillon... »

  Air : « En cueillant les feuilles de murier »     Devant le pavillon, le printemps chasse tous les éclats rouges des fleurs Qui de-ci de-là ont des allures de danseuse. Une bruine fine et brumeuse M’empêche, même un instant, de relâcher mes sourcils.   Près de la verte croisée, froide et tranquille, les heureuses nouvelles ne      viennent plus, Les sceaux parfumés deviennent cendres. Comment supporter les désirs de mon cœur ? Je voudrais m’endormir et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 juin 2022

Haizi / 海子 (1964 – 1989) : Maison

    Maison   Tu as au matin fait tomber une première goutte de rosée pour sûr, cela touchait à ton amour à midi, quand tu as fait boire les chevaux tu t’es tenu un instant sous un jeune rameau et cela aussi touchait à elle et dans la lumière du soir tu es assis dans la maison, sans bouger et cela encore touche à elle   tu ne peux pas le nier   l’immense soleil se retire, sable et boue se confondent, détale le vent fou, ciel et terre de pluie détrempés sanglotent sans fard ni feinte et la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 février 2022

Wang Wei / 王维 (701 – 761) : Le parc aux magnolias

  Le parc aux magnolias   Les monts d’automne recueillent les derniers rayons ; Les oiseaux en vol poursuivent leurs compagnons. Des éclats émeraude par instant dévoilés ; Pour les brumes du soir, nul endroit où rester.   Traduit du chinois par Florence Hu – Sterk in, « Anthologie de la poésie chinoise » Editions Gallimard (La Pléiade), 2015 Du même auteur : « Seul assis parmi des bambous... » (24/02/2021)
Posté par bernard22 à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 février 2022

Li Qingzhao / 李清照 (1084 – vers1155) : Tristesse de la séparation

  Tristesse de la séparation   Dans l’encensoir doré, la cendre est déjà refroidie La couverture de soie rouge ondule tout au long de la nuit Je me lève sans avoir le courage de me peigner Laissant ma coiffeuse se couvrir de poussière Et les rideaux fermés, inondés du soleil déjà haut De peur de raviver ma douleur Je retiens ma tristesse Je ne trouve personne pour partager ma souffrance Je maigris de chagrin, l’ivresse n’y est pour rien La mélancolie d’automne encore moins   Tout part à vau-l’eau Mon... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 janvier 2022

Du Fu / 杜甫 (712 – 770) : Face à la neige / 对雪

  Face à la neige   Les morts récents se plaignent de la guerre ; Vieillard solitaire, je marmonne et broie du noir. Les nuages confus s’abaissent au crépuscule ; La neige danse dans le vent qui tournoie. La calebasse jetée à terre, le vase à vin se vide ; Dans le fourneau, le feu encore rougeoie. Des différentes préfectures, aucune nouvelle ; Triste, pour écrire des mots en l’air, je m’assois.   Traduit du chinois par Florence Hu-Sterk in, « Anthologie de la poésie... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 janvier 2022

Zu Shuzhen / 朱淑真 (1135 – 1180) : La pure clarté

  La pure clarté Air : « Lavant les sables du ruisseau »   Dans les ruelles au printemps les tendres pêchers crachent leur éclat vermeil. Premier essai des habits de saison, légers et de soie fine. Dans la douce brise et la brume tiède les hirondelles forment leur nid   Dans les courettes demeurent déroulés et délaissés les stores de bambou marbré, Dans ma chambre, séquestrée derrière la porte rouge fermée d’une longue barre. Atmosphère agaçante, voilà encore la fête de la Pure Clarté ! ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2021

Bai Juyi / 白居易 (772 – 846) : Froid nocturne

  Froid nocturne   A minuit, froide est ma couverture, Seule, je n’ose m’en aller dormir. Le feu s’éteint dans le réchaud parfumé, Les larmes gèlent sur mon carré de soie. De toute la nuit je n’ai pas éteint ma lampe, J’aime l’ombre dont elle m’accompagne.   Traduit du chinois par Patricia Guillermaz In « La poésie chinoise des origines à la révolution » Editions Gérard et C° (Marabout Université), Verviers (Belgique), 1966 Du même auteur : Herbes sur la plaine antique (29/12/2018) ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 décembre 2021

Princesse Si-kiun (2ème siècle avant J.C.) : Chanson d’un triste automne

Portrait de Princesse Chinoise par Nguyen van Minh, 1994     Chanson d’un triste automne   Ma famille m'a mariée     A l'autre bout du monde A l'étranger m'a confiée,     Au lointain roi barbare.   La tente ronde est mon palais,     Les murs y sont de feutre. La viande crue est mon seul mets,     Ma boisson le koumys.   Sans fin je rêve à ma patrie,     Mon coeur en est meurtri. Que ne suis-je le cygne jaune ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 décembre 2021

Shu Cai / 回复(1965 -) : Hai Zi pour toujours / 永远的海子

Photo : Alexis Gloaguen   Hai Zi (1) pour toujours                                      Un ami, le cœur dans l’eau, a marché loin de chez lui Un ami, qui allait en fixant un feu éloigné, a marché loin de chez lui Un ami, murmurant les noms de ceux qu’il aimait, a marché loin de chez lui… Il se dissimule depuis dans le secret d’un cœur immortel ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :