14 mars 2019

Yaïr Hurwitz (1941 – 1988) / יאיר הורביץ : « L’image du malheur à ma fenêtre... »

  L’image du malheur à ma fenêtre. Aussi quand je sors, l’image m’accompagne. Je m’imagine en arbre. Il me plaît de ressembler à un arbre grandissant qui fait pousser des feuilles, donne des fruits qui accomplissent la promesse de la terre. Mais à vrai dire je ressemble plutôt à un champ qui, à l’heure du désir se remplit de fleurs, et quand une pensée le croise comme un vent passager, les arbres approfondissent les racines jusqu’aux bas-fonds .Et entre nous soit dit, quand l’image du malheur est à ma... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2019

La Bible : Le livre de consolation

  Le livre de consolation   I Consolez ma nation, consolez-la, dit Dieu, Parlez au coeur de Jérusalem, criez-lui Qu’est fini son servage et acquitté son crime,                Qu’elle a payé double rançon.   La voix crie : Tracez au désert l’allée de Dieu, Préparez-lui sa chaussée à travers la steppe, Comblez le précipice et rasez la montagne,                Sa... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 février 2019

Nathan Zach (1930 -) / נתן זך : « Parfois très tard dans la nuit... »

  Parfois très tard dans la nuit je me mets à jouer. Que faut-il de plus à l’homme. Il a besoin de si peu  pour survivre   ici-bas, sans parler de mondes meilleurs, qui l’attendent peut-être dans un avenir caché. Sûrement, si peu. Mes mains exercées   glissent sur les touches et je joue. Oh, si je savais jouer. Mais on peut ainsi. Je n’ai pas la jalousie de Saül. Il faut si peu à l’homme pour retrouver la paix   nocturne cette nuit. Tu sembles presque sauvé, pour vivre ici de même, dans ce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2018

Amir Gilboa/ אמיר גלבע (1984 – 1917) : « Très loin à perte de vue... »

  Très loin à perte de vue la vie bouillonne. Tout le monde habillé de fête les hommes et les femmes.   Et les fleurs d’amandier fleurissent sur les cannes des hommes Et une calme brise matinale murmure aux yeux des femmes.   Et la mort n’a pas de vie et la vie n’a pas de mort.                  Une rue entière marche.   L’écho emporte la voix et la voix emporte l’écho   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 août 2018

Ronny Someck (1951 -) / רוני סומק : Blues du troisième baiser

  Blues du troisième baiser   Elle était presque la première et j’ai voulu l’appeler Eve. Elle m’appelait Peugeot car j’étais son 306 ème. Quelques années nous séparaient – elle les avait en plus – et jusque-là je n’avais jamais fait de stop dans des voitures qui n’arrêtaient pas. Nous étions debout près de la haie de l’école agricole et sous nos pieds on pouvait entendre comment dans les tuyaux d’arrosage l’eau adoucissait un secret à la terre. « Si tu plantes un fer à cheval, disait-elle, dans un an un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2018

La Bible : Les lamentations

  Les Lamentations   I Comme elle est désertée, la populeuse ! Comme, après tant d’honneurs, la voilà veuve ! La reine des nations est aux corvées.   Ses pluies sont des sanglots, les pleurs l’inondent. Pas un consolateur sur tant d’amants. Ses amis n’ont cherché qu’à la trahir.   Son peuple est asservi et déporté. Il n’a chez les nations aucun repos. C’est aux lieux sans issues qu’il est traqué.   Plus de fêtes à Sion : chemins en deuil, Portes abandonnées, prêtres en larmes, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2018

Nathan Zach (1930 -) / נתן זך : La lamentation sur Daniel dans la terre

  La lamentation sur Daniel dans la terre   Daniel, Daniel, cria la femme. Daniel, Daniel, pourquoi ne viens-tu pas ? Des gens marchaient dans les rues en souliers gris en pas fugitifs et silencieux. Le soir venait. La femme a cueilli le reste des fruits et les a entassés dans un lieu convenable sur le balcon. Daniel, Daniel, retentit le cri. Le silence monte la rue, s’écoule avec le vent d’un arbre à l’autre. La femme appelle toujours pour rien. Sa force n’est pas grande. Elle est toute de terre et de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 septembre 2017

Amir Gilboa / אמיר גלבע (1984 – 1917) : « Aux jours très anciens… »

  Aux jours très anciens   Aux jours très anciens tout était soleil tout était montagne et la vallée était au creux de la montagne tout était vallée et la montagne se cachait en elle.   Mais quand les dieux puissants et lointains ont répandu leur semence pour engendrer la terre les étoiles lointaines dans les cieux ont vu naître une légende de tristesse et leur face s’est obscurcie tout lentement et leurs yeux se sont remplis de larmes   et les pluies ont commencé.   Traduit de l’hébreu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 août 2017

Ronny Someck (1951 -) / רוני סומק : Albanie, vers la citadelle Kruja

  Albanie, vers la citadelle Kruja A Ukzenel Bucpapa   Le jus qu’on va tirer des feuilles sera l’encre verte dont je me servirai pour décrire les oliviers sur le chemin vers la citadelle. Ici ils ne sont pas plantés comme des cartes de visite que Noé avait éparpillées après le déluge, c’est un souvenir du prince Scanderberg qui, au quinzième siècle, avait ordonné à tous les nouveaux mariés de planter dix arbres au nom de leur amour. Les canons de l’histoire, pour embellir le langage, ne se sont jamais tus... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 août 2016

Ronny Someck (1951 -) / רוני סומק Bloody Mary

  Bloody Mary   Et la poésie est une fille à gangsters sur le siège arrière d’une voiture américaine. Ses yeux sont appuyés comme une gâchette et le révolver de      ses cheveux tire les balles platinées qui dévalent jusqu’à sa gorge. Mettons qu’elle s’appelle Mary, Bloody Mary et les mots se pressent hors de sa bouche comme le jus du      ventre de la tomate qu’on a auparavant drôlement arrangée sur l’assiette à salade. Elle sait que la grammaire est la police de la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :