10 février 2019

Octavio Paz (1914 – 1998) : « Même si la neige tombe...

  Même si la neige tombe en grappes mûres Personne ne secoue de branches là-haut L’arbre de la lumière ne donne pas de fruits de neige Il n’y a pas de semailles de neige Il n’y a pas d’oranges de neige il n’y a pas d’œillets Il n’y a ni comètes ni soleils de neige Si même elle vole il n’y a pas d’oiseaux de neige   Dans la paume du soleil elle brille un instant et tombe A peine a-t-elle un corps à peine un poids un nom Et déjà elle couvre tout de son corps de neige De son poids de lumière et de son nom sans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2018

Octavio Paz (1914 – 1998) : Source

 Source   Parle laisse tomber une parole Bonjour j'ai dormi tout l'hiver et maintenant je me réveille Parle           Une pirogue glisse vers la lumière Une parole légère avance à toute voile Le jour a forme de fleuve Sur ses rives brillent les plumes de tes chansons Douceur de l'eau dans l'herbe endormie Eau claire voyelles à boire Voyelles parures du front des chevilles Parle           Touche la cime d'un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 avril 2017

Efraín Bartolomé (1950 - ) : Rivière nocturne

  Rivière nocturne   On ne peut rien contre la pluie Rien contre la rivière noire Qui descend jusqu’au fond boueux du village   Rivière de nuit qui tombe crie fouette incendie tremble bruit gifle la terre, le vent, et octobre qui naît et la mémoire      gorgée d’eau de vie en tombant dans les brasiers insomniaques   Il y eut des années où le ciel venait  Egal Battre les toits comme un tambour et le manguier luxuriant de la cour avait tout l’air d’être forêt pareil à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2017

Octavio Paz (1914 – 1998) : Hymne parmi les ruines / Himno entre ruinas

  Hymne parmi les ruines   Couronné de lui-même le jour étend ses plumes. Haut cri jaune, jet brûlant au centre d’un ciel impartial et salutaire ! Les apparences sont belles dans leur vérité spontanée. La mer gravit la côte, prend appui entre les roches, araignée éblouissante : la mauve blessure du mont resplendit, une poignée de chèvres et un troupeau de pierre, le soleil pond son œuf d’or et s’éploie sur la mer. Tout est dieu. Statue brisée, colonnes mangées de lumière, ruines vives en un monde... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 avril 2016

José Luis Rivas (1950 - ) : Une rivière

  Une rivière   Du haut du rocher les enfants versent leurs semences. Près de la rive des poissons–lune vif-argent se poursuivent, violents à l’ombre d’un crâne assoupi : seule leur peau lustrale s’offre fraîche au midi qu’immolent de leurs éclats l’absence de la brise et le battement calme des vagues. Aucun bateau à moteur ne vogue à cette heure Etendue à son aise comme un fleuve parallèle…   La chasse aux acamayas cachés sous les pierres occupe les plus petits qui s’agenouillent avec précaution... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2015

José Emilio Pacheco (1939- 2014) : Les ruines de Mexico (Elégie du retour) / Las ruinas de México (Elegia del retorno)

  Les ruines de Mexico (Elégie du retour) « Tout à coup, la terre fut violemment secouée… » Actes des Apôtres, 16 :26   « Je retournerai à la ville que j’aime le plus après tant de malheur, mais je ne serai plus qu’un étranger dans ma ville. » Luis G. Urbina : Elegia del retorno, (1916)   1 Absurde est la matière qui s’écroule, la matière pénétrée de vide, la creuse. Non : la matière ne se détruit pas, la forme que nous lui donnons se désagrège, nos œuvres se... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 octobre 2015

Francisco Serrano ( 1949 - ) : Vapeur

  Vapeur   Nous vivons dans un rêve, la mort nous éveille. Purs, impalpables habitants d’un triste royaume sans concession. Yeux secs, absents, corps nus abîmés, paupières sans repos, les bouches édentées. Nous sommes sans repos. Nous errons dans l’ombre, sous un ciel sans astres. Esprits violets dans une attente futile, nous sommes les rejetés, les sans voix, les insomniaques.   Nous nous déplaçons en cercles dans les plaines nues d’une terre sans larmes, terre sans mémoire, noir pays... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 octobre 2015

Elías Nandino (1903 – 1993) : Corps nocturne / Nocturno cuerpo

  Corps nocturne   Quand, la nuit, seul, dans les ténèbres, fatigué de je ne sais quel épuisement mon corps s’effondre et s’accommode à l’impassible surface obscure qui lui sert d’appui et de linceul, je m’étends aussi et je me limite au contour désarmé qui me livre à l’île de l’oubli où l’on se perd.   Séparé de lui et fondu en lui, je me souviens que je le porte tout le jour comme prison de fièvre qui m’opprime, comme lèvres qui tiennent d’autres discours, comme instinct qui se moque de mes désirs ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 avril 2015

Jaime Sabines (1926 - 1999) : « ce n’est qu’en rêve... / sólo en sueños … »

  Ce n’est qu’en rêve, ce n’est que dans l’autre monde du rêve que je te rejoins, à certaines heures, quand je ferme les portes derrière moi. Moi qui ai tant méprisé ceux qui rêvent, me voici à mon tour ensorcelé, pris au filet. Avec quelles délices morbides je te fais entrer dans la maison abandonnée pour t’aimer mille fois d’une même façon différente ! Ces endroits que nous connaissons tous deux chaque nuit nous attendent comme un vieux lit et dans l’obscurité il y a des choses qui nous sourient. J’aime te... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2015

Andréa Montiel (1950 -) : Du néant je suis prisonnière.

Du néant je suis prisonnière     Du néant je suis prisonnière.   Je cherche les mots pour noter toutes choses Et quelques gestes obscurs pour illuminer le sentier.   Les sous-entendus sans loi comparaissent Et on marche à tâtons vers un lendemain sans nom.   On n’a pas de nom. Tout au plus un domicile solitaire dans un quartier de rencontres fortuites.   Pendant ce temps les jours se décantent dans l’écoulement irrépressible et muet de la vie qui poursuit sa route vers la mort.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :