14 février 2024

Gabriela Mistral (1889 - 1957) : Toutes nous allions être reines / Todas íbamos a ser reinas

  Toutes nous allions être reines   Toutes nous allions être reines, de quatre royaumes sur la mer : Rosalia comme Efigenia Lucila comme Soledad.   Dans la vallée de l’Elqui, ceinte de cent montagnes, ou de bien plus, qui comme offrandes ou tributs s’embrasent en rouge et safran.   Nous le disions toutes grisées, et nous le tînmes pour vérité, que nous serions toutes des reines et que nous atteindrions la mer.   Avec les tresses de nos sept ans, et claires blouses de percale, en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2023

Pablo Neruda (1904 – 1973) : « Oui, j’aime ce morceau de terre que tu es... » / « Amo el trozo de tierra que tú eres ... »

  Oui, j’aime ce morceau de terre que tu es, moi qui, parmi toutes les prairies planétaires, ne possède pas d’autre étoile. L’univers c’est toi qui le répètes et qui le multiplies.   En tes larges yeux il y a la lumière qui des constellations vaincues vient jusqu’à moi, ce sont les chemins qui palpitent sur ta peau parcourus par le météore dans la pluie.   Tes hanches furent toute la lune pour moi, le soleil, les plaisirs de ta bouche profonde et l’ardente lumière et tout le miel dans l’ombre   ce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 août 2023

Luis Mizón (1942 - 2022) : Le songe du figuier en flammes / El sueño de la higuera en llamas (II-III))

  Le songe du figuier en flammes   II 1 La folie du retour habite notre histoire. Nous sommes un peu plus chaque jour des inconnus à chaque naissance, à chaque pas, à chaque blessure fraîche, à chaque défi.   2 Mes yeux sont des araignées sans consolation. Une araignée, chaque œil en pleurs. Une épouse minuscule tissant à la fenêtre la toile d’un retour interminable.   Petite araignée entourée de bleu et de grands cercles concentriques.   Musique et rosée dans sa toile. Tissage de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2023

Óscar Arturo Hahn (1938 -) : Paysages d’hiver / Paisajes de invierno

  Paysages d’hiver   I. IOWA RIVER   Le fleuve dort dans son lit de gel comme s’il attendait le Jugement dernier   Si je devais revenir chez moi où reviendrais-je ?   Le cimetière est couvert de neige   Les pierres tombales affleurent à peine comme si les morts voulaient encore nous dire leurs noms   Rien ne coule ni ne tombe maintenant L’éternité a trouvé sa place sur la terre   II. IOWA CITY   L’hiver traîne les pieds sur la neige et n’arrive jamais à la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2023

Gabriela Mistral (1889 - 1957) : Pays de l’absence / País de la ausencia

  Pays de l’absence à Ribeiro Couto   Pays de l’absence, étrange pays, plus léger qu’un ange et signe subtil, couleur algue morte, couleur faucon gris, âgé de toujours, sans âge qui rie.   Ne donne grenade, ne nourrit jasmin, et n’a ni cieux ni mers d’indigo. Et son nom, son nom, jamais n’entendis en pays sans nom je m’en vais mourir.   Nul pont, nulle barque me mena ici. On ne m’en dit rien comme île ou pays. Je ne le cherchais ni le découvris.   Il semble une fable que j’avais... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 novembre 2022

Pablo Neruda (1904 – 1973) : « La grande pluie du Sud tombe sur Isla Negra... » / « La gran lluvia del sur cae sobre Isla Negra.

      La grande pluie du Sud tombe sur Isla Negra comme une goutte unique et transparente et lourde, la mer ouvre ses feuilles froides, la reçoit, la terre apprend l’humide destin de la coupe.   Oh mon âme, il faut que tes baisers me donnent cette eau saumâtre, avec le miel du territoire, le parfum qu’a mouillé le ciel aux mille lèvres, la patience sacrée de la mer en hiver.   C’est un appel, toutes les portes s’ouvrent seules, l’eau fait un long récit de rumeur aux fenêtres, le ciel va vers... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 août 2022

Luis Mizón (1942 - 2022) : Le songe du figuier en flammes / El sueño de la higuera en llamas (I)

  Le songe du figuier en flammes  Pour Anne-Lise Bénard et Claude Couffon I   1 Humbles tisserandes, les mouettes.   A l’abri de la tempête, elles ravaudent des mots blessés.   Les crevasses que laissent les éclairs sur le visage colossal des fiancés.   Les baisers de l’amour en danger ornés de coquillages et de bateaux   2 J’oeuvre avec des nombres très beaux, des caresses accessibles.   Aine. Aube. Aisselle délicate.   Je respire dans les photographies du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2022

Óscar Arturo Hahn (1938 -) : Rendez-vous / Cita

  Rendez-vous   J’ai acheté des draps rouges de l’étoffe la plus douce   même si je sais qu’ils ne peuvent rivaliser avec la douceur de ta peau   Je les ai achetés de couleur rouge pour que ton corps blanc   étendu sur les draps   soit le vers de Góngora : « ou pourpre enneigée ou neige empourprée »   Et quand tu t’es couchée nue sur mon lit   le vers s’est fait chair     Traduit de l’espagnol par Josiane Gourinchas In, Oscar Hahn : "Peine de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 novembre 2021

Pablo Neruda (1904 – 1973) : Sévérité / Severidad

  Sévérité   Je vous condamne à chier le soir et le matin lisant de vieux journaux et des romans amers je vous condamne à chier repentir et mélancolie et douceâtres après-midi jaunissants.   Je vous condamne à chier en corset et chemise dans vos maisons à bicyclettes et canaris, avec vos paires de fesses chaudes et bleues et vos lamentables cœurs à échéance.   D’un monde naufragé sortent des faits sinistres : fantômes mécaniques et chiens sans museau, ambassadeurs gras comme des roses, débits... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 août 2021

Luis Mizón (1942 - 2022) : La mer des Sargasses (extraits)

    La mer des Sargasses (extraits)     I   L’Ange   5. Toute histoire est hésitation.   La nuit est pleine de bougies de caresses de paroles Excentrique calligraphie.   Je mets en gage mes clavicules de fer et mes ailes de carton-pâte   6. La vague modela mon corps de marin provincial.   Mes yeux sont des îlots.   Nids d’oiseaux. Plages que la vague recouvre de lait phosphorescent et de petites pierres multicolores.   7. Le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :