11 octobre 2018

Sylvia Plath (1932 – 1963) : Wuthering Heights

Wuthering Heights   Les horizons m'encerclent comme des fagots Qui penchent, disparates, et pour toujours instables. Il suffirait d'une allumette pour qu'ils me réchauffent Et que leurs lignes fines Rougissent l'air Lestant le ciel pâle d'une couleur plus sûre, Avant que les lointains qu'elles fixent ne s'évaporent. Mais ils ne font que dissoudre et se dissoudre Comme une succession de promesses, à mesure que j'avance.   Nulle vie ne s'élève au-dessus de l'herbe Ou du cœur des moutons, et le vent Vient se... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 septembre 2018

Richard Brautigan (1935 – 1984) : On ne me l’avait jamais fait aussi gentiment / I've never had it done so gently before

  On ne me l’avait jamais fait aussi gentiment Pour M   Les nectars sucrés de ta bouche sont comme des châteaux baignés de miel. On ne me l’avait jamais fait aussi gentiment. Tu as entouré mon pénis d’un cercle de châteaux et tu les fais tourbillonner comme la lumière du soleil sur les ailes des oiseaux.   Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Thierry Beauchamp, Frédéric Lasaygues et Nicolas Richard in, Richard Brautigan : « Il pleut en amour suivi  de Journal japonais » Editions... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mars 2018

Jack Kerouac (1922 – 1969): 66ème chorus / 66th chorus

  66éme chorus   Loi du Dharma        Dit    Toutes choses sont faites                 de la même chose           qui est un rien   Tous les riens sont les mêmes                    que les quelque choses ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 janvier 2018

Walt Whitman (1819-1892) : Départ à Paumanok / Starting from Paumanok

  Départ à Paumanok   1 Ayant pris mon départ à l’île-poisson Paumanok, Solide de conception, éduqué à la perfection par ma mère, Coureur ayant couru mille pays, amoureux des foules qui se bousculent aux         trottoirs, Citoyen résidant à Manhattan mais n’habitant pas moins les savanes du Sud, Soldat dans son campement ou encore sac et fusil à l’épaule ou encore mineur      en Californie, Ou bien perdu dans les profondeurs de mes bois du Dakota, vivant à la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 janvier 2018

Langston Hughes (1902- 1967) : Lever du jour en Alabama

  Lever du jour en Alabama   Quand je serai devenu compositeur J'écrirai pour moi de la musique sur Le lever du jour en Alabama J'y mettrai les airs les plus jolis Ceux qui montent du sol comme la brume des marécages Et qui tombent du ciel comme la rosée douce J'y mettrai des arbres très hauts très hauts Et le parfum des aiguilles de pin Et l'odeur de l'argile rouge après la pluie   Et les longs cous rouges Et les visages couleur de coquelicots Et les gros bras bien bruns Et les yeux pâquerettes Des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2018

David Antin (1932 – 2016) : La mort du journalier

    La mort du journalier                                                        dans sa poétique aristote a des choses                 amusantes à dire sur la métaphore   à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2017

John Ashbery (1927 – 2017) : Pyrogravure / Pyrography

  Pyrogravure   Ici, à Cottage Grove, au bout du monde, cela compte. Le vent Bronche au galop de son ombre. Les convois S’étirent sous un ciel de chêne patiné. On entend l’appel de l’Amérique : Jeu de réverbérations d’un état à l’autre, Des voix entre elles au bout des fils, Puissance des salutations familières qui tombent Comme pollen d’or sur le vent de l’après-midi. Aux escaliers de secours la corruption fait rage ; La page du crépuscule tourne avec un grincement de décor théâtral à Warren, Ohio. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 octobre 2017

Allen Ginsberg (1926 – 1997) : Howl

  Howl pour Carl Solomon   I J’ai vu les plus grands esprits de ma génération détruits par la folie, affamés      hystériques nus, se traînant à l’aube  dans les rues nègres à la recherche d’une furieuse piqûre, initiés à tête d’ange brûlant pour la liaison céleste ancienne avec la dynamo      étoilée dans la mécanique nocturne, qui pauvreté et haillons et œil creux et défoncés restèrent debout en fumant dans      l’obscurité surnaturelle des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2017

Sylvia Plath (1932 – 1963) : Berck plage / Berck-plage

  Berck plage    Et voilà la mer, cette grande absence. Le soleil – ventouse aspire ma brûlure.     Des sorbets aux couleurs électriques, puisés à même le gel Par de pâles filles, courent le ciel en des mains écorchées     Pourquoi ce calme ? Que me cache-t-on ? J’ai deux jambes et je vais souriante.     Un étouffoir de sable tue les vibrations ; Il s’étend sur des milles, les voix amenuisées     Flottent irréelles et rétrécies à demi. La... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2017

Walt Whitman (1819 – 1892) : Drossé au sable / Sea-drift

  Drossé au sable   ISSU DE L’OSCILLANTE L’INCESSANTE BALANCE DU BERCEAU   Issu de l’oscillante l’incessante balance du berceau, Par la gorge du moqueur, son fuseau musical, Par les minuits du neuvième Mois, Par l’étendue des sables arides, des champs lointains où délaissant son lit      errait à l’aventure, pieds nus, tête nue, l’enfant solitaire, Par la pluie de lumière du halo, Par le mystérieux jeu de damiers des ombres, vivant entrelacs Par les maquis de mûres et d’églantiers, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :