30 décembre 2020

Dylan Thomas (1914 – 1953) : Le bossu du parc / The hunchback in the park

  Le bossu du parc   Le bossu du parc Un monsieur solitaire Libérait les eaux et les arbres Dès que s’ouvrait la serrure Du jardin qui les retenait Et jusqu’à la sombre note De la cloche du dimanche soir.   Mangeant du pain dans du papier journal Buvant de l’eau dans la coupe enchaînée Que les enfants remplissaient de gravier Dans la fontaine du bassin où je lançais mon voilier La nuit, il dormait dans une niche Mais personne ne l’enchaînait.   Comme les oiseaux du parc Il arrivait tôt Comme... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 novembre 2020

David Gascoyne (1916 – 2001) : La Cage / The Cage

  La Cage   Dans la nuit qui s’éveille Les forêts se sont arrêtées de pousser Les coquilles sont à l’écoute Les ombres dans les mares deviennent grises Les perles se dissolvent dans les ombres Et je reviens vers toi    Ton visage est indiqué sur le cadran Mes mains sont au-dessous de tes cheveux Et si l’heure que tu indiques libère les oiseaux Et s’ils s’envolent vers la forêt L’heure ne nous appartiendra plus    A nous appartient la cage d’oiseaux ornée La tasse d’eau... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
30 août 2020

Robert Graves (1895 – 1985) : Tiède toile / Cool web

  Tiède toile   Il manque aux enfants les mots pour exprimer la chaleur du jour, L’intense parfum de la rose d’été, L’épouvante, au soir, par les noirs déserts du ciel, L’épouvante, quand passent, tambour battant, les grands soldats.   Mais nous avons les mots pour tiédir la colère du jour, Les mots pour émousser de la rose la fragrance cruelle. Nous conjurons la nuit au-dessus de nos têtes, Nous conjurons la peur et les soldats.   C’est la tiède toile du langage qui nous enveloppe A l’abri... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 juillet 2020

Emily Jane Brontë (1818 – 1848) : Viens-t’en avec moi / Come, walk with me

  Viens-t’en avec moi   Viens-t’en avec moi ; Il n’est plus que toi Dont mon cœur se puisse réjouir ; Nous aimions par les nuits d’hiver Errer dans la neige : Si nous renouvelions ces vieux plaisirs ? Noires et folles, les nuées Tachent d’ombre, là-haut, les terres élevées Comme elles faisaient autrefois, Et ne s’arrêtent que là-bas, A l’horizon confusément amoncelées, Tandis que les rayons de lune Si prestement luisent et fuient Qu’à peine pouvons-nous dire qu’ils ont souri.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 juin 2020

David – Herbert Lawrence (1885 - 1930) : Renaissance /Renascence

  Renaissance   Nous n’avons pas mordu dans la pomme interdite,           Eve ni moi Pourtant les éclats du jour et de la nuit Tombant autour de nous, ne pommèlent plus La même vallée de violet et de blanc.   C’est bien notre paisible val,           Notre Eden, notre demeure ; Mais le jour la fait voir qui sent intensément, Er la pâleur de la nuit ne s’accorde pas Au sommeil profond qui lui faisait un toit. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 décembre 2019

Dylan Thomas (1914 – 1953) : “ La force qui pousse la fleur... ”/ “ The force that through the green…”

  La force qui pousse la fleur dans la verdeur Pousse ma verdeur ; qui dévaste les racines des arbres Est mon dévastateur. Et je suis muet pour dire la rose tordue Ma jeunesse courbée par la même fièvre hivernale.   La force qui pousse l’eau parmi les rocs Pousse mon sang rouge, tarit les eaux jaillissantes. Fige les miennes en cire. Et je suis muet pour puiser à mes veines Comme la même bouche puise au torrent de montagne.   La main qui fait tourbillonner les eaux dans la mare Trouble le sable... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 juillet 2019

Emily Jane Brontë (1818 – 1848) : « Je viendrai quand ... » / « I’ll come when…»

  Je viendrai quand tu connaîtras la pire angoisse, Allongé, seul, dans la chambre assombrie, La folle joie de la journée évanouie Et l’heureux sourire banni Des ténèbres glacées du soir.   Je viendrai quand le vrai sentiment de ton cœur Régnera pleinement, sans rien pour le gauchir, Et que mon influence, se glissant en toi, Aggravant la désolation, gelant la joie, Emportera ton âme.   Ecoute : voici l’heure, voici Pour toi le moment redoutable ; Ne sens-tu pas déferler sur ton âme Un flot... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 juin 2019

David - Herbert) Lawrence (1885 – 1930) : La lande sauvage / The wild common

  La lande sauvage     Les vives étincelles sautent dans les ajoncs Petits jets de soleil pareils à des flammes. Au-dessus, exultants, les vanneaux filent : Ils ont vaincu le temps une fois encore, leur clameur l’annonce.   Les lapins, poignées de terre brune, gisent En boule sur le morne gazon qu’ils ont brouté à vif. Dorment-ils ? – vivent-ils ? – Voyez donc, lorsque je Bouge les bras, la colline exploser, soulevée par la détente de leur ruade !   La lande crâne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 décembre 2018

Dylan Thomas (1914 – 1953) : De son anniversaire / On his birhtday

  De son anniversaire             Dans le soleil graine-de-moutarde Près d’une rivière toute pentue et d’une mer-toboggan           Où les cormorans paniquent, Dans sa maison sur échasses, parmi becs           Et palabres d’oiseaux Ce jour grain-de-sable dans la tombe courbe           De la baie, il célèbre et rejette Son âge de vent,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 novembre 2018

William Blake (1757 – 1827) : Proverbes de l’Enfer / Proverbs of Hell

  Proverbes de l’Enfer   Aux semailles, apprends ; à la moisson, enseigne ; en hiver, jouis. Conduis ton char et ta charrue par-dessus les ossements des morts. La route de l’excès mène au chemin de la sagesse. La Prudence est une vieille fille riche et laide que l’Incapacité courtise Qui désire mais n’agit pas, engendre la pestilence. Le ver coupé pardonne à la charrue. Celui qui aime l’eau, qu’on le plonge dans le fleuve. Un fou ne voit pas le même arbre qu’un sage. Celui dont le visage ne rayonne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :