21 octobre 2020

Andras Unterweger (1978 -) : Une fleur souffre

  Une fleur souffre (Poème de printemps)   Probablement faut-il / s’imaginer aussi la floraison / comme un processus/douloureux. Une chose qui reposait, enroulée autour de son centre, rentrée / en elle-même, est ouverte de force &/ écartée par une main étrangère &/ clouée en largeur s’ouvre encore ce qu’elle a/ de plus vulnérable, béant entre ses ailes brisées le bonheur.     Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau, in revue « Babel heureuse, N° 4, automne 2018 Gwen Catalá Éditeur,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2019

Raoul Schrott (1964 -) : Corollaires 1 / Korollarien I

  Corollaires 1   les spirales des passereaux l’arête de leurs ailes pèlent le ciel en lamelles comme une pomme harlow. 29.8.96   Traduit de l’allemand par Odile Demange In, « La poésie allemande contemporaine » Editions Seghers / Goethe-Institut Inter Nationes, Paris, 2001 Du même auteur :  Une histoire de l’écriture III / Eine Geschichte der Schrift III (01/01/2017) Du sublime III /Über das Erhabene III (01/01/2018) Corollaires VI / Korollarien VI (01/01/2020)     ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 03:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 janvier 2018

Raoul Schrott (1964 -) : Du sublime III / Über das Erhabene III

  Du sublime III   l’avarie de la pluie à trois heures de l’après-midi – la mer qui tombe à la verticale – et les éventails du ranevala comme des roues à l’aube qui fouissent à vide dans les brisants – le vent baragouine encore ses ordres dans les champs de canne qui débordent de boue – et voilà la grêle qui jaillit de l’artère brune des nuages et qui rebondit contre la fenêtre – le soir la chaleur s’accumule et lance des étincelles dans la chambre tandis que le cyclone fait route vers le nord – moisissures et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2017

Rainer - Maria Rilke (1875 – 1926) : Deuxième élégie / Zweite Elegie

  La deuxième élégie   Tout ange est terrible. Et pourtant, malheur à moi, je vous invoque, oiseaux presque mortels de l’âme, vous connaissant. Car où sont les jours de Tobie où le plus rayonnant de vous pouvait paraître, à peine déguisé pour le voyage, au seuil d’une simple maison sans provoquer l’effroi (simple jeune homme aux yeux curieux du jeune homme) ? Si aujourd’hui l’archange au-delà des étoiles descendait menaçant vers nous fût-ce d’un pas : notre cœur nous tuerait dans un sursaut. Qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 janvier 2017

Raoul Schrott (1964 - ) : Une histoire de l’écriture III / Eine Geschichte der Schrift III

    Une histoire de l’écriture III   là où le fleuve ruisselle sur les dalles rocheuses, le blanc des bulles pousse dans l’ocre des embruns – le vert repu où l’eau a inondé le rectangle des champs fait croître le riz dans la fumée que soufflent les feux de brousse – et puis, l’après-midi, viennent les orages et se brûlent aux eucalyptus – la canicule déchiffre son territoire et cuit les herbages argileux en motte de latérite – les flammes teintent de rouge le fer aux racines de l’herbe et lessivent la rive... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2016

Rainer – Maria Rilke (1875 – 1926) : Soir en Scanie / Abend in Skåne

  Soir en Scanie   Le parc se dresse haut. Comme d’une maison je sors de sa pénombre, et j’entre dans la plaine et le soir. Dans le vent, ce même vent que sentent les nuages, les fleuves clairs et les moulins à ailes, dressés au bord du ciel, à moudre lentement. Maintenant moi aussi dans sa main je suis chose, La plus petite chose sous les cieux. Vois :   Est-ce un ciel ? ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2016

Hugo von Hofmannsthal (1874 – 1929) : Tercets sur la mortalité / Terzinen über vergänglichkeit

    I Je sens encore son souffle sur mes joues : Comment peut-il se faire que ces proches journées Soient enfuies, à jamais, entièrement passées ?   C’est une chose que personne ne médite Pleinement, bien trop cruelle pour qu’on se plaigne : Que tout s’écoule et glisse et disparaît.   Et que mon propre Moi ait glissé, sans nul frein, De moi-même depuis la prime enfance Comme un chien inconnu et muet, inquiétant,   Et puis : qu’il y a cent ans, j’aie déjà été, Et que mes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2015

Rainer-Maria Rilke (1875 – 1926) : Nordsee, I

  Nordsee I La marée effacera le chemin de l’estuaire et tout sera pareil ; dehors pourtant la petite île ferme les yeux ; trompeuse, la digue   tourne autour de ses habitants qui viennent au monde dans un sommeil où ils échangent en silence des univers ; leurs paroles sont rares et chaque phrase est comme une épitaphe   pour cette chose inconnue que porte la marée, et qui inexpliquée vient vers eux et y demeure. Et tout ce qu’embrasse leur regard est ainsi.   depuis... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 février 2015

Hugo von Hofmannsthal (1874-1929) : Une aventure / Erlebnis

  Une aventure   Des vapeurs argentées emplissaient la vallée De crépuscules, comme si la lune luisait à travers les nuages. Ce n’était pourtant pas la nuit. Mes pensées crépusculaires Etaient noyées dans les vapeurs argentées de la vallée Lorsque calme, je m’enfonçai dans la mer, fileuses de transparences Et quittai la vie. Quelles fleurs merveilleuses Aux corolles sombres et brillantes étaient là !un fourré de fleurs Où rougeoyait la chaude averse d’une lumière dorée Comme un topaze. Partout L’intime... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2014

Rainer – Maria Rilke (1875 – 1926) : Naissance de Vénus / Geburt der Venus

Naissance de Vénus   Ce matin-là après la nuit qui s’en fut timide, remplies d’appels, d’alarmes, de tumultes, - toute mer poussant un cri encore une fois se fendit. Et tandis que le cri se refermait lentement, que du ciel blême commencement et jour tombaient dans l’abîme muet des poissons – : naquit la mer.   La chevelure d’écume de la vaste matrice brillait dans les premiers rayons du soleil. A la lisière se dressa blanche, humide et troublée la jeune fille. Telle une jeune feuille qui tremble s’étire et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :