01 août 2021

Friedrich Hölderlin (1770 - 1843) : Fête de la paix / Friedensfeier

  Fête de la paix      Veuillez, je vous prie, ne lire ces feuilles qu’avec bonté. Je suis sûr qu’ainsi ce poème ne sera pas incompréhensible, et encore moins choquant. S’il se trouvait cependant certaines personnes pour estimer cette langue trop peu conventionnelle, il faut bien que j’avoue une chose : c’est que je ne peux pas faire autrement. N’est-on pas disposé, quand la journée est belle, à entendre toute façon de chanter, et la nature, dont ce champ provient, le reprend aussi. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juin 2021

Johann Wolfgang von Goethe (1749 – 1832) : Rose sauvage / Heidenröslein

  Rose sauvage   Jeune garçon vit une rose      Rose sur la lande éclose ; L’était belle comme un matin, Pour la mieux voir, vite il s’en vint,      La vit à grande joie.      Rose, rose, rouge rose,      Rose sur la lande éclose.   Garçon dit : Je te cueille,      Rose sur la lande éclose ! Rose dit : Je te pique, Pour qu’à jamais tu penses à moi,      Je ne serai... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 juin 2021

Heinrich Heine (1797 – 1856) : Les tisserands de Silésie / Die schlesischen Weber

  Les tisserands de Silésie   Ils sont à leurs métiers, sombres, les tisserands, Sans larme dans les yeux, mais les crocs menaçants : Nous tissons, Allemagne, nous tissons ton linceul, Nous y tissons ces mots : « Trois fois maudits soient-ils ! »           « Nous tissons, nous tissons ! »   Maudit soit-il ce Dieu que nous avons prié Dans le froid de l’hiver, quand nos ventres criaient ; Vainement nous avons tenu et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 avril 2021

Johannes Bobrowski (1917 – 1965) : Musique de village / Dorfmusik

  Musique de village   Dernier bateau que je prends sans chapeau sur mes cheveux blanc dans quatre planches de chêne avec ma brassée de rue et tous mes amis autour        l’un soufflant dans la trompette        et l’autre dans le buccin. Bateau ne me sois pas trop lourd écoute les autres parlent fort : tel a construit sur du sable – crie   de l’arbre du puits la corneille, de l’arbre sans branche crie : malheur ! de l’arbre nu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 avril 2021

Peter Huchel (1903 – 1981) : Znorovy

Znorovy Pour Jan Skácel,   Entre pins et jachères la traversée vers l’été, dans le fourré, de côté, près des granges, les pièges à martres, rouillés.   Je n’irai jamais à Znorovy, où les ombres enchaînées montent hors de l’eau, le manège sans attelage de chevaux tourne sans bruit, les vociférations tardives de la grive assombrissent les toits.   Tout est douteux, lorsque derrière les nuages le soleil lignifie la capsule du pavot et que les graines crissent plus durement. Aucun sismographe ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 avril 2021

Johannes Kühn (1934 -) : « Brouillard se dissipant au jardin... » / « Verfliegender Nebel im Garten... »

  Brouillard se dissipant au jardin   Le brouillard, laine blanche qu’aucune fille ne tire au rouet, enveloppe le jardin et se déplace vers l’avant, vers l’arrière, puis se dissipe. Et dans leur éclat se tiennent là, tulipes, anémones, rosiers, haies de lauriers : du bonheur qui pénètre les sens, j’en fredonne des chants purs et clairs, chaque son bien senti, chaque pas bien rendu me donne de la joie. Hier il a plu et d’un calice de fleur je sirote l’eau stagnante, puis cueille la fleur dont le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2021

Friedrich Nietzche (1844 – 1900) : La chanson ivre / Das trunkene lied

  La chanson ivre   Homme ! fais bien attention ! Que dit le profond minuit ? « Je dormais, je dormais, Je me suis réveillé d’un rêve profond : Le monde est profond, Et plus profondément pensé que le jour. Profonde est sa douleur ; Le plaisir, plus profond encore que la peine de cœur : La douleur dit : « Passe ! » Mais tout plaisir veut l’éternité, Veut la profonde, la profonde éternité ! »   Traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre In,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 février 2021

Friedrich Hölderlin (1770 - 1843) : « Comme, lorsqu’au jour de fête... » / « Wie wenn am Feiertage...

  Dessin de Mary Evans Picture Library     Comme, lorsqu’au jour de fête, pour aller inspecter son champ, Un paysan s’en va le matin, quand pendant tout le temps D’une brûlante nuit la fraîcheur des éclairs est tombée Et qu’au loin retentit encore le tonnerre Le fleuve revient en ses berges, Le sol se met à reverdir, Et de l’agréable pluie du ciel La vigne goutte doucement et les arbres Du bois scintillent doucement sous le soleil :   Ainsi se trouvent-ils, sous un climat propice, Ceux que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 janvier 2021

Clemens Brentano (1778 – 1842) : Chant des moissons / Erntelied

    Chant des moissons   I   Il est un faucheur, c’est la mort, Il fait les foins quand Dieu le veut ; Vois-le fourbir sa faux, Qu’elle brille en fauchant, Car bientôt il te fauche, Et tu le dois souffrir ; Tu composeras sa couronne, Garde-toi, belle fleurette !       Ce qui fleurit en ce jour d’hui, Demain déjà sera fauché ; Et vous, nobles narcisses, Et vous, douces mélisses, Liserons languissants, Jacinthes des douleurs, Vous composerez sa couronne, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 décembre 2020

Friedrich Gottlieb Klopstock (1724 – 1803) : La nuit d’été / Die Sommernacht

Friedrich Gottlieb Klopstock, tableau de Jens Juel    La nuit d’été   Quand la douce lueur de la lune tombe Et se répand dans les forêts, et que dans l’air fraîchi Passent les senteurs mêlées Aux parfums du tilleul,   Je sens l’ombre sur moi de pensées à la tombe De l’aimée, et je ne vois plus Qu’un crépuscule au fond des arbres, Et il ne me vient plus de message des fleurs.   Cela, je l’ai connu jadis, ô vous les morts, avec vous, Ô, comme nous baignaient les parfums, les fraîcheurs, Comme la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :