22 octobre 2019

Herwarth Walden (1878 – 1941) : « Ferne blühen Deine Augen – Loin fleurissent tes yeux... »

  Fern blühen Deine Augen – Loin fleurissent tes yeux Fern – Loin Weit hinter den Nächten – Loin derrière les nuits Blühen still Leben zwischen Sterben Blühen stiller Sterben zwischen Leben Entre vivre et mourir silence fleurissent Le mourir entre le vivre plus silencieusement fleurissent Blühen Sterne in die Nächte – Fleurissent étoiles dans les nuits Augensterne – Yeux étoiles Nacht schmiegt sich an Nacht und Nächte La nuit s’unit à la nuit et les nuits Atmen tief und ab und auf Respirent profondément et expirent... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

16 septembre 2019

Nelly Sachs (1891 – 1970) : Papillon / Schmetterling

  Papillon Quel bel Au-Delà peint dans ta poussière. Par le noyau de flammes de la terre, par son écorce de pierre tu as été offert, voile d’adieu dans la mesure des périssabilités.   Papillon bonne nuit de tous les êtres ! Les poids de la vie et de la mort s’affaissent avec tes ailes sur la rose qui fane avec la lumière mûrissant vers le pays.   Quel bel Au-Delà peint dans ta poussière. Quels signes royaux dans le secret de l’air.     Traduit de l’allemand par Jean-Pierre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 juin 2019

Johann Wolfgang von Goethe (1749 – 1832) : Présence de l’Aimé / Nähe des Geliebten

  Présence de l’Aimé   Je pense à toi quand l’éclat du soleil rayonne de la mer ; je pense à toi lorsque la lune se mire et tressaille à la source.   C’est toi qui viens, quand sur la route, là-bas se lève la poussière, et dans la nuit, quand le voyageur tremble sur la passerelle.   Ta voix chante pour moi au sourd murmure du flot qui monte ! au calme du bocage combien de fois j’épie quand tout se tait !   Je suis auprès de toi, aussi loin que tu sois, et tu es là ! -... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 avril 2019

Peter Huchel (1903 – 1983) : : Le tombeau d’Ulysse / Das Grab des Odysseus

  Le tombeau d’Ulysse   Personne ne trouvera le tombeau d’Ulysse, aucun coup de bêche le casque encroûté dans la vapeur d’os pétrifiés.   Ne cherche pas la grotte, où, sous la terre, une bouffé de suie, rien qu’une ombre, mutilée par la poix de la torche, descendit vers ses compagnons morts, les mains levées sans armes, couverte du sang des moutons égorgés.   Tout est à moi, dit la poussière, le tombeau du soleil derrière le désert les récifs pleins du fracas de l’eau, midi sans fin, qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 février 2019

Friedrich Hölderlin (1770 – 1843) : Fantaisie du soir / Abendphantasie

  Fantaisie du soir   Assis dans l’ombre, devant sa cabane, tranquillement      Le laboureur, le frugal, voit son âtre qui fume.           Dans la paix du village la cloche du soir salue                Le voyageur au loin de sons hospitaliers.   En cette heure sans doute les marins rentrent aussi au port,      Dans des villes lointaines, joyeux et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 janvier 2019

Raoul Schrott (1964 -) : Corollaires 1 / Korollarien I

  Corollaires 1   les spirales des passereaux l’arête de leurs ailes pèlent le ciel en lamelles comme une pomme harlow. 29.8.96   Traduit de l’allemand par Odile Demange In, « La poésie allemande contemporaine » Editions Seghers / Goethe-Institut Inter Nationes, Paris, 2001 Du même auteur :  Une histoire de l’écriture III / Eine Geschichte der Schrift III (01/01/2017) Du sublime III /Über das Erhabene III (01/01/2018)   Korollarien I   die spiralen der sperlinge mit... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 03:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 décembre 2018

Brigitte Oleschinski (1955 -) : Puis à nouveau le long des façades / Dann nieder die niedrigen buckligen

  Puis à nouveau le long des façades basses et bossues   au crépi qui s’effrite, les pavés bourdonnant comme du gâteau encore chaud entre les bordures raides et obliques du caniveau. Dans la cour, la sueur fraîche pose un glaçage sur les minces plaques dans la cour qu’un métier enchanté ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 décembre 2018

Paul Celan (1920 – 1970) : « Voix... / Stimmen... »

  Voix , rayures gravées sur la face verte de l'eau. quand le martin-pêcheur plonge, la seconde grésille   ce qui était avec toi sur chacune des rives, pénètre fauché dans une autre image. * Voix  venues du chemin d'orties:    viens sur les mains jusqu'à nous. Quand on est seul avec la lampe, on n'a que la main pour y lire.  * Voix, envahies de nuit, cordes auxquelles tu pends la cloche. Arque-toi, monde : quand le coquillage des morts... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 novembre 2018

Wolfdietrich Schnurre (1920 -1989) : Harangue du policier de banlieue pendant sa ronde du matin / Ansprache des vorortpolizisten

  Harangue du policier de banlieue pendant sa ronde du matin     Tu habites dans la rosée, dans le cri de la sittelle au-dessus des jardins, dans le cauchemar du mouchard et le rail conducteur du train de banlieue. Tu souffles le brouillard dans la vallée, la suie sur la bougie d’allumage, tu chantes sous le sabot du cheval et par la bouche de l’ivrogne. Telle est ta mission. Les veines du germe palpitent dans le battement de ton pouls.   Mon maître et chef, si petit que je sois devant le pupitre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 septembre 2018

Nelly Sachs (1891 – 1970) : « Vous mes morts... » / « Ihr meine Toten... »

  Vous mes morts Vos rêves sont devenus orphelins La nuit a couvert les images Votre langue volant dans des chiffres secrets chante   La troupe de fugitifs des pensées votre legs voyageur mendie sur ma grève   Inquiète je suis très effrayée de saisir le trésor avec une petite vie   Détentrice moi-même d’instants battements de cœur adieux blessures mortelles où est mon héritage   Le sel est mon héritage   Traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre In, « Anthologie bilingue... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :