21 janvier 2016

Joyce Mansour( 1928 – 1986) : Chant arabe

  Chant arabe   L’œil bascule dans la nuit au moment du trépas O la blanche fulgurance folie des ailes qu’on ne connaît pas Ouatées de silence elles  frôlent le bras sur l’oreiller Et ouvrent l’œil rond à la nuit de l’impalpable Le froid tisseur de tubéreuse trépigne sur ma pupille           Je vois glisser la tenture mobile de l’horizon qui rutile ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2016

Heather Dohollau (1925 – 2013) : « De mon lit… »

  De mon lit Tant qu’il fait encore jour Je vois les martinets Des battements d’ailes suivis de longues glissades Nous – enfants sur nos vélos – fîmes de même Qui eurent la terre pour ciel   La terre âgée. Editions Folle avoine, 1996   Du même auteur : « Matière de lumière les murs… » (20/01/2014)   « Si pour vivre il suffit de toucher la terre… » (20/01/2015) L’après-midi à Bréhat (20/12/2017) « Descendre à la mer… » (05/02/2018)
Posté par bernard22 à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2016

Vénus Khoury – Ghata (1937 - ) : « Parce que leurs noms étaient trop larges… »

  Parce que leurs noms étaient trop larges pour leurs corps d’étrangers ils se taillèrent des noms de voyage dans le tissu rêche des chemins   Des noms pliables sous la peau pour les villes qui fument leurs hauts fourneaux pour oublier les prairies asphaltées.   Sur les cils de la lune il y a de la poussière disent-ils et ils frappent aux portes des femmes pour retrouver une patrie.   Au Sud du silence, Editions Saint-Germain-des-Prés, 1975  
Posté par bernard22 à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2016

René-Guy Cadou (1920 – 1951) : « J'ai toujours habité … »

  J'ai toujours habité   J'ai toujours habité de grandes maisons tristes Appuyées à la nuit comme un haut vaisselier Des gens s'y reposaient au hasard des voyages Et moi je m'arrêtais tremblant dans l'escalier Hésitant à chercher dans leurs maigres bagages Peut-être le secret de mon identité Je préférais laisser planer sur moi comme une eau froide Le doute d'être un homme. Je m'aimais Dans la splendeur imaginée d'un végétal D'essence blonde avec des boucles de soleil Ma vie ne commençait qu'au-delà de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 janvier 2016

Jean de La Fontaine (1621 – 1695) : Les deux pigeons

  Les deux pigeons         Deux pigeons s’aimaient d’amour tendre.       L’un d’eux s’ennuyant au logis       Fut assez fou pour entreprendre       Un voyage en lointain pays.       L’autre lui dit : «  Qu’allez-vous faire ?      Voulez-vous quitter votre frère ?      L’absence est le plus grand des maux : Non pas pour vous, cruel. Au... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 janvier 2016

Philippe Soupault (1897 – 1990) : Westwego

  Westwego 1917 – 1922 A M.L.   Toutes les villes du monde oasis de nos ennuis morts de faim offrent des boissons fraîches aux mémoires des solitaires et des maniaques et des sédentaires Villes des continents vous êtes des drapeaux des étoiles tombées sur la terre sans très bien savoir pourquoi et les maîtresses des poètes de maintenant   Je me promenais à Londres un été les pieds brûlants et le coeur dans les yeux près des murs noires près des murs rouges près des grands docks où les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 janvier 2016

Léopold Congo Mbemba (1959 – 2013) : La Silhouette de l’Eclair

      La silhouette de l’éclair   I                                                                          ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 janvier 2016

Michel-Ange / Michelangelo Buonarotti (1475 – 1564) : « A travailler tordu… »/ « I’ ho già fatto un gozzo… »

  A travailler tordu j’ai attrapé un goitre Comme l’eau en procure aux chats de Lombardie (À moins que ce ne soit de quelque autre pays) Et j’ai le ventre, à force, collé au menton. Ma barbe pointe vers le ciel, je sens ma nuque Sur mon dos, j’ai une poitrine de harpie, Et la peinture qui dégouline sans cesse Sur mon visage en fait un riche pavement. Mes lombes sont allées se fourrer dans ma panse, Faisant par contrepoids de mon cul une croupe Chevaline et je déambule à l’aveuglette. J’ai par devant l’écorce qui va... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 janvier 2016

Yves Broussard (1937 - ) : « Il est un lieu de longues marches… »

  Il est un lieu de longues marches que ponctue     seul le bleu des luzernes jusqu’à la halte des mélèzes   dernier refuge avant l’exil   Là     s’arrêtent et s’accouplent les grands migrateurs   De leurs ébats l’écriture demeure sur la roche comme signe d’avant le feu   Nourrir le feu, Editions Sud / Rijois, 1979
Posté par bernard22 à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 janvier 2016

Mukala Kadima – Nzuji (1947 - ): Balbutiements

  Balbutiements            Quand          les dix doigts de l’Aurore auront ouvert tes paupières je serai près de toi          écoutant la chanson dont seule tu sais le refrain            Quand          le sourire du soleil aura épanoui ton visage je serai près de toi ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :