16 septembre 2019

Nelly Sachs (1891 – 1970) : Papillon / Schmetterling

  Papillon Quel bel Au-Delà peint dans ta poussière. Par le noyau de flammes de la terre, par son écorce de pierre tu as été offert, voile d’adieu dans la mesure des périssabilités.   Papillon bonne nuit de tous les êtres ! Les poids de la vie et de la mort s’affaissent avec tes ailes sur la rose qui fane avec la lumière mûrissant vers le pays.   Quel bel Au-Delà peint dans ta poussière. Quels signes royaux dans le secret de l’air.     Traduit de l’allemand par Jean-Pierre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2019

Walther von Der Vogelweide (vers 1170 – vers 1230) : « Quand les fleurs... » / « Sô die bluomen ... »

  16.XVI   Quand les fleurs percent le gazon comme si elles riaient aux rayons changeants du soleil, à l’aube d’un matin de mai, quand les petits oiseaux chantent si joliment le plus bel air qu’ils savent, quel ravissement peut se comparer à celui-là ? N’est-ce pas déjà à moitié le paradis ? S’il faut dire ce qu’on peut lui comparer, je vous dirai ce qui souvent a bien plus ravi mes yeux et les ravirait encore si je pouvais le voir.   Là où une noble dame, belle et sans reproche, bien vêtue... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 septembre 2019

Vahé Godel (1931 -) : Mehr licht

  Mehr Licht   colline rouge désert blanc jour noir nuit bleue j’écris ce que je vois sur les paupières de l’Invisible - qu’est-ce que la couleur ? - une brise marine qui fait chanter les pierres (la vue c’est la vie)                               maison bleue chambre noire lit rouge livre blanc ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 septembre 2019

Claude Esteban (1935 – 2006) : « Cette femme ... »

  Cette femme, je l’ai vue se faire toute petite sous le drap et puis partir, ce n’était pas assez, j’ai vu les fleurs, le trou, la caisse qu’on descend, ce n’était pas assez , j’ai vu toute la pluie autour et moi comme la terre qui tombait sans bruit contre le bois.   Quelqu’un commence à parler dans une chambre Editions Flammarion, 1995 Du même auteur : « Quand on a souffert trop longtemps… » (10/06/2014)  Croyant nommer (10/10/2015) « Dans le vide qui vient… » (12/03/2018)
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 septembre 2019

Charles Dobzynski (1929- 2014) : Dialogue à Jérusalem

  Dialogue à Jérusalem   Il est mien, ce pays                                                           Il est mien, ce pays Par la lèvre et la veine... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 septembre 2019

Andrée Chedid (1920 – 2011) : Regarder l’enfance

  Regarder l’enfance   Jusqu’aux bords de ta vie Tu porteras ton enfance Ses fables et ses larmes Ses grelots et ses peurs   Tout au long de tes jours Te précède ton enfance Entravant ta marche Ou te frayant un chemin   Singulier et magique L’œil de ton enfance Qui détient à sa source L’univers des regards.   Epreuves du vivant Editions Flammarion,1983 De la même auteure : Le cœur naviguant (11/09/2014)   L’escapade des saisons (11/09/2015) Je t’aime, hostile oiseau... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2019

Stratis Pascalis / Στρατής Πασχάλης (1958 -) : Le chèvrefeuille

  Le chèvrefeuille   Ce n’est pas du jasmin. C’est le chèvrefeuille qui embaume puissant il passe de l’odorat dans la bouche tandis que le soir tombe et que se répand doucement dans l’atmosphère l’insoutenable inertie nocturne.   Le jasmin parfum dangereux - essence échappée au poison – s’en va pourtant dans le vent et transporte des échos de lointains meltems et de balcons échevelés.   Non pas le jasmin. C’est le chèvrefeuille qui embaume ce soir coupant lentement le souffle comme une boue de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 septembre 2019

Daniel Kay (1959 -) : Art poétique avec nature morte

  Art poétique avec nature morte   La poésie est bien comme la peinture ut pictura poesis disait en son temps le vieil Horace dans son Art poétique. Après lui Ronsard s’en souvint ainsi que tant d’autres... O le bleu adorable de Hölderlin couleur de voyelles et la douce émulsion des métaphores ceintes de rose et de jaune... et encore la corbeille de fruits quand le soir recouvre les verres et la nappe de ses élégies lentes et mauves chuchotées du bout des lèvres pour des carafes en cristal, celles que peint... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 septembre 2019

Hélène Cadou (1922 – 2014) : « Pour croire encore au bonheur ... »

  Pour croire encore au bonheur Il suffirait qu’un oiseau passe Dans les fontaines du ciel Que le feuillage d’un arbre S’éveille à la grâce du givre Ecoute mon cœur est vivant Ce soir au creux de la neige Les choses lentement renaissent Comme autrefois dans la chambre La lampe fait son office Et voilà que je te rejoins Sur les hauteurs du silence. Pour que ton ombre s’y repose La neige est tendre sur ma gorge Et le ciel retient le jour.   Le bonheur du jour Editions Seghers, 1956 De la même... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
07 septembre 2019

Franck Venaille (1936 -2018) : Cantos

      CANTOS   DU CHANT PREMIER   J’ avais peur de me rendre sur leur tombe ô combien je craignais cette prise de main.   D’ ailleurs qu’aurais-je bien pu psalmodier (le cœur lourd de ma présence au monde) sinon la vengeance de Dieu ?   Trop tôt & trop tard pour être mon propre ange gardien.   IL suffisait toutefois de rallumer la mèche de nos bougies enfoncées à demi là dans la terre très ancienne - comme ébréchée –   Pour supprimer l’effroi ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :