13 février 2019

Bernart de Ventadorn (1125 – 1200) : « Quand l'herbe fraîche... / « Can l'erba fresch'... »

       Quand l'herbe fraîche et la feuille naissent       Et la fleur bourgeonne au verger      Et le rossignol haut et clair       Lève sa voix et moud son chant  Joie ai de lui et joie ai de la fleur  Et joie de moi, de ma dame plus encore ; De toutes parts suis de joie clé et sens. Hélas d’elle est joie d’où toutes autres joies viennent.           Hélas comme meurs... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2019

Nathan Zach (1930 -) / נתן זך : « Parfois très tard dans la nuit... »

  Parfois très tard dans la nuit je me mets à jouer. Que faut-il de plus à l’homme. Il a besoin de si peu  pour survivre   ici-bas, sans parler de mondes meilleurs, qui l’attendent peut-être dans un avenir caché. Sûrement, si peu. Mes mains exercées   glissent sur les touches et je joue. Oh, si je savais jouer. Mais on peut ainsi. Je n’ai pas la jalousie de Saül. Il faut si peu à l’homme pour retrouver la paix   nocturne cette nuit. Tu sembles presque sauvé, pour vivre ici de même, dans ce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 février 2019

Georges Schehadé (1905 – 1989) : « Ils ne savent pas...

  Charles Lucet   Ils ne savent pas qu’ils ne vont plus revoir Les vergers d’exil et les plages familières Les étoiles qui voyagent avec des jambes de sel Quand la nuit est triste de plusieurs beautés   Ils oublient qu’ils ne vont plus entendre Le vent de la grille et le chien des images L’eau qui dort sur la couleur des pierres La nuit avec des violons de pluies   Tant de magie pour rien! Si ce n’était ce souvenir d’un autre monde Avec des oiseaux de chair dans la prairie Avec des montagnes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2019

Octavio Paz (1914 – 1998) : « Même si la neige tombe...

  Même si la neige tombe en grappes mûres Personne ne secoue de branches là-haut L’arbre de la lumière ne donne pas de fruits de neige Il n’y a pas de semailles de neige Il n’y a pas d’oranges de neige il n’y a pas d’œillets Il n’y a ni comètes ni soleils de neige Si même elle vole il n’y a pas d’oiseaux de neige   Dans la paume du soleil elle brille un instant et tombe A peine a-t-elle un corps à peine un poids un nom Et déjà elle couvre tout de son corps de neige De son poids de lumière et de son nom sans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2019

Sengaku / 仙覚 (1203 – 1273) : « Comme écartant du pied... »

  Comme écartant du pied ce qui fut sans un regard en arrière l’année s’en va.   Traduit du japonais par Roger Munier in, « Haikus des quatre saisons » Editions du Seuil, 2010
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 février 2019

Rita Mestokosho (1966 -) : Mistapéo, l’âme de la terre

  Mistapéo, l’âme de la Tierra   Ninakamum tshetshi petuikan je chante pour que tu m’entendes voilà ce que mon Mistapéo te dit Je marche sur la pointe des arbres pour que tu me voies je vole seulement quand je dors le ciel est d’un bleu violet ma voix n’est pas la mienne elle est faite du grand mystère   natuta neme ninakamum entends entends les bruits je suis comme l’arbre au printemps que le vent assaille avec douceur je m’accote contre la mer elle est froide là d’où je viens j’aime penser qu’elle... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2019

René Depestre (1926 -) : Le métier à métisser

  Le métier à métisser   Partie bien étoilée de la mer caraïbe ma vie est la métaphore et la table des voyages couronnés de femmes aux fruits d’or.   Le corail bleu d’une île éclaire mon parcours la vie avance avec le Sud qui m’écartèle un Nord est mon masque et mon pupitre d’émeraude .   A chacun de mes départs sans retour la joie de vivre m’a fait un courant marin capable de guider de nuit mes passions d’homme .   Dessiné dans le tronc d’un arbre à pain à chaque naufrage un grand voilier ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 février 2019

Friedrich Hölderlin (1770 – 1843) : Fantaisie du soir / Abendphantasie

  Fantaisie du soir   Assis dans l’ombre, devant sa cabane, tranquillement      Le laboureur, le frugal, voit son âtre qui fume.           Dans la paix du village la cloche du soir salue                Le voyageur au loin de sons hospitaliers.   En cette heure sans doute les marins rentrent aussi au port,      Dans des villes lointaines, joyeux et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 février 2019

Heather Dohollau (1925 – 2013) : « Une lumière rose... »

  Une lumière rose derrière les paupières Les oiseaux brisent à petits coups L’œuf de silence Un parfum de chèvrefeuille Nappe les airs. Il y a si peu de temps Pour être matin Entre le sommeil et le soir   Matière de lumière, Editions Folle Avoine, 1985 Du même auteur :  « Matière de lumière les murs… » (20/01/2014)  « Si pour vivre il suffit de toucher la terre… » (20/01/2015) « De mon lit… » (20/01/2016) L’après-midi à Bréhat (20/01/2017) « Descendre à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
04 février 2019

Issa Kobayashi / 小林 一茶 : « Un monde de douleurs... »

  Un monde de douleurs et de peine alors même que les cerisiers sont en fleur   Traduit du japonais par Roger Munier In, « Haïkus des quatre saisons » Editions du Seuil, 2010 Du même auteur :  « quiétude… » (04/02/2016) « Première cigale… » (04/02/2017) « Ah ! pouvoir être … » (04/02/2018)
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :