06 octobre 2019

Alfred de Vigny (1797 – 1863) : Le Cor (I)

  Le cor I J'aime le son du cor, le soir, au fond des bois, Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois, Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille, Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.   Que de fois, seul, dans l'ombre à minuit demeuré, J'ai souri de l'entendre, et plus souvent pleuré ! Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques Qui précédaient la mort des Paladins antiques.   O montagnes d'azur ! ô pays adoré ! Rocs de la Frazona, cirque du Marboré, Cascades qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2019

Pierre Torreilles (1921 – 2005) : « Ouvrage de silence ... »

    Ouvrage de silence, ici, le vent autour de la maison, quand toute approche naît de l’équilibre immense, jardin de l’arbre et du murmure où dort le bruit de tout été,   le froid revient de l’ombre   La voix se pose                          où s’organise l’évidence ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 octobre 2019

Claudio Rodriguez (1934 - 1999) : Don de l’ivresse / Don de la ebriedad

  Don de l’ivresse   III        Le chêne, qui conserve mieux un rayon de soleil qu’un mois entier de printemps, ne sent pas la spontanéité de son ombre, la simplicité de sa croissance ; c’est à peine s’il connaît le terrain sur lequel il a poussé. Avec ce vent qui laisse sur ses branches une absence de musique, il imagine pour ses rêves un vaste plateau. Et avec quelle rapidité il s’identifie au paysage, à l’âme tout entière de sa frondaison et de moi-même. Il irait jusqu’au... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2019

Emile Verhaeren (1855 – 1916) : La pluie

  La pluie   Longue comme des fils sans fin, la longue pluie Interminablement, à travers le jour gris, Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris, Infiniment, la pluie, La longue pluie, La pluie.   Elle s'effile ainsi, depuis hier soir, Des haillons mous qui pendent, Au ciel maussade et noir. Elle s'étire, patiente et lente, Sur les chemins, depuis hier soir, Sur les chemins et les venelles, Continuelle.   Au long des lieues, Qui vont des champs vers les banlieues, Par les routes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 octobre 2019

Vincent Voiture (1597 – 1648) : « Il faut finir mes jours... »

  Il faut finir mes jours en l'amour d'Uranie ! L'absence ni le temps ne m'en sauraient guérir, Et je ne vois plus rien qui me pût secourir, Ni qui sût rappeler ma liberté bannie.   Dès longtemps je connais sa rigueur infinie ! Mais, pensant aux beautés pour qui je dois périr Je bénis mon martyre, et content de mourir, Je n'ose murmurer contre sa tyrannie.   Quelquefois ma raison, par de faibles discours, M'incite à la révolte et me promet secours. Mais, lors qu'à mon besoin je me veux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 octobre 2019

Vicente Huidobro (1893 – 1948) : Chemin inutile

  Chemin inutile   Couper le soupir de l’infini jailli de notre cœur Couper le soir aux grand seins désolés La peur des lèvres avant que ne monte le chant La peur de la montagne devant la lune Et du temps en ma tête devant le temps vide   Je foule mon chant désespéré Cherchant le coin secret de moi-même Sans crainte de tomber sur mes montagnes Sans crainte de la tempête qui se prépare en mes yeux Je parcours mon navire Je piétine ce squelette sans retour et sans tristesse Je marche je marche Menacé par... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 septembre 2019

Kakinomoto No Hitomaro / 柿本 人麻呂 (662 – 710) : L’océan du ciel

  L’océan du ciel                       Sur l’océan du ciel Les nuages en vain se dressent            Et la lune, frêle esquif,      A travers la forêt d’étoiles Fait rame, sombre, et disparaît.   Traduit du japonais par Michel Revon in, « Anthologie de la littérature japonaise des origines au XXème siècle » Editions Delagrave,1910 Du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 septembre 2019

Léon - Gontran Damas (1912 – 1978) : En file indienne

  En file indienne   Et les sabots des bêtes de somme qui martèlent eu Europe l’aube indécise encore me rappellent l’abnégation étrange des trays (1) matineux repus qui rythment aux Antilles les hanches des porteuses en file indienne   Et l’abnégation étrange des trays matineux repus qui rythment aux Antilles les hanches des porteuses en file indienne me rappelle les sabots des bêtes de somme qui martèlent en Europe l’aube indécise encore.   (1) tray : plateau en bois que les marchandes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
28 septembre 2019

Stéphane Mallarmé (1842 – 1898) : « À la nue accablante tu... »

  À la nue accablante tu Basse de basalte et de laves À même les échos esclaves Par une trompe sans vertu   Quel sépulcral naufrage (tu Le sais, écume, mais y baves) Suprême une entre les épaves Abolit le mât dévêtu   Ou cela que furibond faute De quelque perdition haute Tout l’abîme vain éployé   Dans le si blanc cheveu qui traîne Avarement aura noyé Le flanc enfant d’une sirène     Du même auteur :  Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui… » (11/06/2014) Brise... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
27 septembre 2019

Richard Brautigan (1935 – 1984) : Trou d’étoile / Star hole

  Trou d’étoile   Je m’assois ici au bord parfait d’une étoile,   et regarde la lumière s’écouler vers      moi.   La lumière passe à travers un petit trou dans le ciel.   Je ne suis pas très heureux mais je peux voir comment sont les choses      au loin.   Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Thierry Beauchamp, Frédéric Lasaygues et Nicolas Richard in, Richard Brautigan : « Il pleut en amour suivi  de Journal... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :