24 juillet 2022

João Cabral de Melo Neto (1920 – 1999) : « Sur ce papier... »

  Sur ce papier ton sel peut se faire cendre ; ou le citron devenir pierre ; le soleil de la peau, le blé du corps devenir cendre   (Aussi redoute le jeune matin sur les fleurs de la veille).   Sur ce papier bientôt se fanent les mauves, tièdes fleur morales ; toutes les fluides fleurs pressées ; toutes les humides fleurs du rêve.   (Aussi, attends le jeune matin qui te révèlera les fleurs de la veille).   (Psychologie de la composition)   Traduit du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 juillet 2022

Jean-Pierre Siméon (1950 -) : Lettre à la femme aimée au sujet de la mort (XIII – XIX)

  Lettre à la femme aimée au sujet de la mort (XIII - XIX)   XIII Ecoute ô écoute ma jeune ma tendre ma pleureuse il y a lointainement un chant comme un écho des vagues qui battent dans la mer loin une voix qui chante dans le néant   ce n’est pas une image ce n’est pas l’argument de douceur que voudrait le poème je n’invente pas ni ne cherche à faire vivre la mort plus que son dû   nous savons ; il n’y a pas de clémence   mais ô écoute ouvre l’oreille dans la fureur laisse la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 juillet 2022

John Keats (1795 – 1821) : A l’automne / To Autumn

  A l’automne   Saison des brumes et du fruit accompli !      Amie la plus proche du soleil mûrisseur, Tu complotes avec lui pour charger et bénir de fruits      Les treilles qui courent au long des toits de chaume ; Pour courber de pommes les arbres moussus des vergers,      Pour combler tous les fruits de maturité ;           Pour gonfler la courge et durcir la coque     ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 juillet 2022

Xie T'iao / 謝朓 (464 – 499) : Tristesse des oiseaux de bronze

Poèmes choisis de Xie T'iao et Yu Xin,2011   Tristesse des oiseaux de bronze   Le soleil disparait à la haute muraille, Une dernière lueur pénètre les rideaux. Comme le soir est triste tout au fond des pins ! Qui comprendra jamais le cœur de la cithare ?   Traduit du chinois par François Martin In, « Anthologie de la poésie chinoise » Editions Gallimard (Pléiade), 2015 Du même auteur : « Le jour tombe... » (15/07/2020) Complainte des degrés de jade (15/07/2021)
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2022

Jany Cotteron (1944 -) : Là où creuse le vent

  Là où creuse le vent     Là où creuse le vent La pierre est nue Sous le sable sous la mer Sous les vagues du désir La pierre ronde de ses milliers d’années   Là où creuse le vent Dans le nœud des racines anciennes S’ancre la forêt d’écorces rouges   Sous le repli des roches L’eau chante en heures bleues   Là où creuse le vent Où mon regard se perd Le temps se souvient   Dans un rayon de soleil Des poussières d’hommes passent   Le chant des pierres et de l’eau ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 juillet 2022

Léopold Sédar Senghor (1906 – 2011) : Chants d'ombre (II)

  Chants d’ombre (II)   LE MESSAGE   Ils m’ont dépêché un courrier rapide. Et il a traversé la violence des fleuves ; dans les rizières basses, il enfonçait      jusqu’au nombril. C’est dire que leur message était urgent. J’ai laissé le repas fumant et le soin de nombreux litiges. Un pagne, je n’ai rien emporté pour les matins de rosée. Pour viatique, des paroles de paix blanches à m’ouvrir toute route. J’ai traversé, moi aussi, des fleuves et des forêts d’embûches vierges D’où... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2022

Jacques Prévert (1900 – 1977) : Cet amour

  Cet amour   Cet amour Si violent Si fragile Si tendre Si désespéré Cet amour Beau comme le jour Et mauvais comme le temps Quand le temps est mauvais Cet amour si vrai Cet amour si beau Si heureux Si joyeux Et si dérisoire Tremblant de peur comme un enfant dans le noir Et si sûr de lui Comme un homme tranquille au milieu de la nuit Cet amour qui faisait peur aux autres Qui les faisait parler Qui les faisait blêmir Cet amour guetté Parce que nous le guettions Traqué blessé piétiné achevé nié... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 juillet 2022

Matsuo Bashō / 芭蕉 松尾 : (1644 – 1694) : « Décidé... »

  Décidé A livrer mes os en route Le vent me tenaille   nozorashi o kokoro ni kaze no shimu mi kana   Adapté du japonais par André Vandevenne in, « Bashô : Haïkus et notes de voyage /Nozarashi kikô » Synchronique Editions, 92240 L’Hay-les-Roses, 2016 Du même auteur : « Départ du printemps… » / 行春や鳥啼魚の目は泪 11/08/2014)   « Elles vont mourir… » (16/07/2016) « Usé par le temps… » (23/07/2017) « Puissé-je à la rosée... » (16/07/2018) ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juillet 2022

José Manuel Caballero Bonald (1926 -) : Transfiguration de la perte / Transfiguración de lo perdido

  Transfiguration de la perte   La musique convoque les images Du temps. D’où m’appellent-elles Pour me ramener Au jour implacable ?                                    Je n’ai rien à moi Sauf ce qui a fui. Fragment Libre d’hier, la mémoire afflue Sur fond de guerre et d’espoir Où tout s’alarme et se transforme En vie, où ma vérité Est en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juillet 2022

André Du Bouchet (1924 – 2001) : Ou le soleil

© Pieter van der Meer   Ou le soleil                                                                                      Où le soleil ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :