26 mars 2018

James Joyce (1882 -1941) : Poèmes d’Api / Pomes Penyeach

  Poèmes d’Api  I Terroir   A la suite d’un soleil d’hiver il va Pressant le bétail sur la route froide et rouge Les excitant de cette voix qu’elles entendent tous les jours Il mène ses bêtes au-dessus de Cabra   La voix leur dit l’abri et la tiédeur Elles meuglent leurs sabots font une musique frustre Il les pousse devant lui avec une branche vive Et leur front s’empanache de vapeur   Rustre serf du troupeau Etends-toi devant le feu tout de ton long ce soir Je saigne au bord de l’eau noire ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2018

Zbiniew Chojnowski (1962 -) : Basia

  Basia   Elle avait les cheveux noirs, les yeux cernés, s’habillait en silence, attendait chaque matin l’autobus sous un tilleul, comme moi aujourd’hui. Mais c’est elle qui n’est plus là. Sniardwy, 1993 Traduit du Polonais par Frédérique Laurent In, « Terra nullius, une anthologie de la poésie contemporaine de Varmie et Mazurie ». Editions Folle Avoine, 35023 Bédée, 2004 Du même auteur : « Nous marchions dans le souffle du printemps… » (25/03/2016) Lac gelé (25/03/2017)
Posté par bernard22 à 00:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2018

Pierre Dalle Nogare (1934 -1984) : « Tu es clos dans ta chair… »

  Tu es clos dans ta chair. Les mots te lèchent Le squelette, Tu vois Loin de ton œil Des nerfs, des muscles, Des organes. Quelqu’un En toi se fracasse Et tu es déchiré Entre paupières et mémoire. Tu es debout Avec la clameur de tes Toi : Alors je te romps, Te parle de l’essaim Des neiges Et ma main touche la Nuit. * Là, en sommeil, Un corps existe A détruire la Nuit : Tu marchais en moi La grande épousée, Ta douceur était une ronce Et loin des forêts Des portes closes se levaient. Tu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2018

Bohuslav Reynek (1892 – 1971) : Les pieux

  Les pieux   Pieux orphelins d’une clôture, cordes clouées, muettes, vous savez la solitude. Ignorez les ailes.   Tiges sans nostalgie pour l’épi de l’exaucement dont vous êtes privées. Sans face, sans étonnement. Eteules terrifiées.   D’années maigres membres décharnés, enclos dans l’attente. Nœuds dans les paumes. Talons pris dans la terre. De genoux, point.   Traduit du tchèque par Petr Král in,"Anthologie de la poésie tchèque contemporaine, 1945 - 2000" Editions Gallimard, (Poésie),... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 mars 2018

Anjela Duval (1905 – 1981) : Dans le bois / Er c’hoad

  Dans le bois   Sur le tapis mou du bois Avancer à pas de velours S’asseoir à votre pied Dans le clair-obscur et le silence. Loin des querelles du monde. Ecouter le bruissement de votre feuillage… Et caresser alternativement De la main et de l’œil… Vous appelez à voix basse Par vos noms merveilleux : Chêne blanc. Tremble Erable. Charme Bourdaine. Osier. Bouleau blanc Mes mille amis muets !… 2 décembre 1967   Traduit du breton par Paol Keineg Du même auteur : Poèmes de jour, poèmes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 mars 2018

Clément Marot (1496 – 1544) : « Lorsque Maillart… »

  « Lorsque Maillart, juge d'Enfer, menait À Monfaucon Semblançay l'âme rendre,À votre avis, lequel des deux tenait Meilleur maintien ? Pour le vous faire entendre, Maillard semblait homme qui mort va prendre Et Semblançay fut si ferme vieillard Que l'on cuidait(*), pour vrai, qu'il menât pendre    (*) pensait À Montfaucon le lieutenant Maillart. »     Du même auteur : Le Beau Tetin (21/0303/2015) « Plus ne suis… » (21/03/2016) De sa grande Amie (21/03/2017)
Posté par bernard22 à 01:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2018

Charles d’Orléans (1394-1465) : « Jeunes amoureux nouveaux… »

  Jeunes amoureux nouveaux, En la nouvelle saison, Par les rues, sans raison Chevauchent faisant les sauts.     Et font saillir des carreaux Le feu, comme de charbon : Jeunes amoureux nouveaux En la nouvelle saison.     Je ne sais si leurs travaux Ils emploient bien ou non ; Mais piqués de l'éperon Sont autant que leurs chevaux, Jeunes amoureux nouveaux.   Du même auteur : « Le temps a laissé son manteau… » (20/03/2015) « Ma seule amour… »... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mars 2018

Jeanine Baude (1946 -) : Plaisirs d’O

  Plaisirs d’O   Ne rien laisser qui ne s’écoule sans sertir du doigt     cette pâle lueur d’entre les ombres ce reflet rond     cette goutte de sueur sur les hanches.   Appelants, appelés     et jusqu’aux lèvres porter cette eau     perles odorantes qui roulent de points cardinaux en points cardinaux.   De la bouche et des yeux, le ciel se déformant dépliant son essor     Le cavalier chevauchant... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 mars 2018

Francis Jammes (1868 – 1938) : Prière pour avoir la foi dans la forêt

  Prière pour avoir la foi dans la forêt     Je n’espère plus rien, mon Dieu, je me résigne. Je me laisse aller comme la courbe des collines. Je sens la nuit sur moi comme elle est sur les champs, quand le soleil s’éteint, le soir, comme une lampe. Je ne vois plus en moi. Je suis comme le soir qui fait qu’on ne voit plus les faneuses d’azur à travers la prairie des pensées de mon âme. Je voudrais être pareil au joli matin où, dans la rosée rose, se peignent les lapins. Je n’espère plus rien, mon Dieu,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
17 mars 2018

Jorge Carrera Andrade (1903 – 1978) : La clé du ciel

  La clé du feu   Terre équinoxiale et patrie du colibri, de l'arbre à lait, de l'arbre à pain, toi ma patrie ! Dans les feuilles j'entends tes grillons, tes cigales, le grincement rouillé de leurs machineries. Je suis l'homme des aras et des perroquets... Colomb m'a découvert dans l'île et embarqué  avec sa cargaison de fruits et de trésors  et ses oiseaux indiens destinés à l'Europe...   J'ai suivi Bolivar, ses mendiants héroïques, par des pays d'étuve éternelle. Aux Tropiques,  j'ai... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :