23 mars 2017

Bohuslav Reynek (1892 – 1971) : Souvenir de la solitude

    Souvenir de la solitude     Solitude des vitres. Solitude de la porte. Porte dans le noir. Vitre où baisse le jour. Porte pour accueillir le front. L’ombre bruit dans un buisson.   Vivre dans l’angle. Ailleurs un simple mur. Le mur suinte. Au plafond il arrache une plainte. Fatigue de la bouche sous le pas des soupirs.   Solitude du plafond. Couvercle esseulé. Esseulée solitude. Quelqu’un éclate en sanglots.   Solitude de l’hiver. Gel. Des griffes blanches écorchent la vitre.... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 mars 2017

Anjela Duval (1905 -1981) : La feuille / An delienn

  La feuille   Des deux côtés du Léguer noir Les rangs de peupliers minces Jettent au ciel leurs mâts droits. De-ci de-là un frêne : Tulle vert qui tremble dans les souffles. La surface tranquille de l’eau : miroir clair Qui renvoie l’image : Moutons d’un blanc exquis dans le ciel bleu Et arc-de-triomphe des grands arbres. Face à face de l’abîme et de l’espace.   Une feuille rousse tombe de l’espace. Une feuille rousse sort de l’abîme. À la même vitesse : lentes, de biais Toutes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
21 mars 2017

Clément Marot (1496 -1544) : De sa grande Amie

  De sa grande Amie   Dedans Paris, ville jolie, Un jour, passant mélancolie, Je pris alliance nouvelle A la plus gaie Damoiselle Qui soit d'ici en Italie.   D'honnêteté elle est saisie, Et crois (selon ma fantaisie) Qu'il n'en est guère de plus belle               Dedans Paris.   Je ne vous la nommerai mie, Sinon, que c'est ma grande Amie, Car l'alliance se fit telle, Par un doux baiser, que j'eus d'elle, Sans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2017

Charles d’Orléans (1394 – 1465) : « Nouvelles ont couru en France… »

  Nouvelles ont couru en France  Par maints lieux que j’étais mort,  Dont avaient peu déplaisance  Aucuns qui me hayent à tort ;  Autres en ont eu déconfort,  Qui m’aiment de loyal vouloir,  Comme mes bons et vrais amis.  Si fais à toutes gens savoir  Qu’encore est vive la souris !    Je n’ai eu ni mal ni grevance (*)    (*) peine  Dieu merci, mais suis sain et fort,  Et passe temps en espérance  Que paix, qui trop longuement... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mars 2017

Kalil Hâwi (1919 - خليل حاوي/ ( 1982 : Dans l’obscurité des entrailles

  Dans l’obscurité des entrailles    Marchez plus doucement Sur nos nerfs, passants. Non, nous ne sommes pas morts. Fatigués, seulement, D’un sale brouillard Au visage pourri et faux Qui s’étire et se fait serpent, pieuvre, énigmes. Plutôt le ventre de la terre que cet air sans air.   Marchez plus doucement Sur nos nerfs, passants. Nous sommes dans le noir d’un sous-sol tranquille. Effaçant la fièvre, retrouvant l’esprit, nous chantons. Nous nous cachons. Nous cachons notre vie loin des chemins... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 mars 2017

Francis Jammes (1868 – 1938) : Quelle est cette lumière ?

    Quelle est cette lumière ?   Le Poète Quelle est cette lumière qui est presque de l’ombre ?   La Petite Vieille C’est l’aube qui va accoucher. Elle se gonfle. Elle va accoucher de tout ce qu’on verra : du soleil et de l’eau, de la terre et des bois.   Le Poète Qu’est-ce qui luit ?   La Petite Vieille   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 mars 2017

Aaro Hellaakoski (1893 – 1952) : Le port

  Le port   Et dans l’anse ultime, l’âme Paisible, on entre et l’on rame   Où nul pas ne vient hanter Le rivage inhabité,   Où le sentier solitaire Ne conduit que sous la terre ;   Là, sans rameur, le bateau Reste et se défait bientôt ;   Un petit oiseau qui passe Parfois jette dans l’espace   Un chant qu’emporte le vent Et que personne n’entend.   Traduit du finnois par Jean-Luc Moreau In, « Il fait un temps de poème. Textes rassemblés et présentés... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2017

Léon-Paul Fargue (1876 – 1947) : "... Depuis, il y a toujours, suspendu dans mon front"

          ... Depuis, il y a toujours, suspendu dans mon front et qui me fait mal,      Délavé, raidi de salpêtre et suri, comme une toile d'araignée qui pend dans une cave,          Un voile de larmes toujours prêt à tomber sur mes yeux.      Je n'ose plus remuer la joue ; le plus petit mouvement réflexe, le moindre tic      S'achève en larmes.         Si... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 mars 2017

Jean - Paul Guibbert (1942 - ) : Tombe de jeune homme

                              Tombe de jeune homme   Je fus l’enfant très aimé des habitudes et des routines.   J’ai connu l’amour de ma mère et d’autres   femmes  peu, une  seule  peut-être      reste à rêver aux larmes que j’ai laissé                glisser sous... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 mars 2017

Daniel Biga (1940 -) : « au matin neuf… »

  au matin neuf quand l’astre se lève   chaque jour magnifiquement presque comme le précédent * Terrasse   café noir en céramique verte tasse où jouent ombres et lumières les feuilles de mûrier * lézards électriques mésanges plumes heureuses mes anges gazouillent et ta main gardienne * comme l’aube puis l’aurore apparaissent un sang neuf circule en moi * mon sang cogne   ai envie de toi   l’araignée rousse escalade l’air * aux clues je me baigne grotte aria aperto * deux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :