29 novembre 2019

Gérard Le Gouic (1936 -) : Ici

      ICI   Ici quand la mer se retire on reste sans force on se sent tout à coup vieillir et prisonnier de l’île comme d’un coffre   Ici les îliens vivent l’horizon à hauteur du cœur, des blessures de mer dans les mains.   Ici le jour devance la montée du soleil comme si la lumière était un brouillard de mer ou les franges de l’île.   Ici la mer en hiver s’habille en bretonne : de velours noir de blanches dentelles.   Ici le sel et la lumière la mer, les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 novembre 2019

Wolfdietrich Schnurre (1920 - 1989) : Stance / Strophe

  Stance   Quand le faucon planta sa griffe dans la chair de la colombe, un plume tomba sur la bouche du monde. Elle resta suspendue, immobile, aux lèvres desséchées et attendit le souffle. Il ne vint pas ; ce fut le vent du soir qui l’emporta.   Traduit de l’allemand par Raoul Bécousse In, Wolfdietrich Schnurre : « Messages clandestins, et nouveaux poèmes » Editions Noah, 1986 Du même auteur : Adoration /Anbetung (28/11/2014) Chanson / Lied (28/11/2015) Quand le monde frappe... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 novembre 2019

Fabienne Courtade (1957 -) : « Nuits / d’une noirceur à l’autre... »

  Nuits d’une noirceur à l’autre quel lambeau furtif   quel instant infime retombe nuit gravat      d’autres nuits ou bien les mêmes   replis foule qui passe se répète aubes aux lignes   lointaines nuits     sur quoi sur qui     viennent et s’érigent ces mêmes levers blancs morts vifs     aux anges des murs où avions-nous buté mille fois sans jamais plus arrêter   Nuits foules qui passe lorsque se... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2019

Jean Mambrino (1923 – 2012) : Clairière (10 – 18)

 Clairière ............................ 10   espace à l’abandon déchiré de toutes parts   propice aux passages furtifs aux menaces sans visage terriblement ouvert aux javelots de l’orage au crépitement du soleil   aux yeux aveugles de la nuit   11   quelques rares abeilles mesurent l’étendue   leur feu minuscule approfondit l’azur   immobilise le mouvement des heures   fixe entre chaque fleur l’écart de deux étoiles   12   la clairière est... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2019

Alphonse Esquiros (1812 – 1876) : « Comme le grand lion de la ménagerie... »

  Comme le grand lion de la ménagerie, Captif au mois de mai dans des barreaux de fer, Crispant son front terrible et sa face amaigrie, Jette superbement sa chevelure en l'air,   Lorsque le vent du sud aux haleines plus lentes, Comme un souffle sorti du sein de Caliban, Apporte, vers le soir, dans le Jardin des Plantes, Le parfum résineux du cèdre du Liban,   Moi, dans cette saison où renaît le bocage, Soulevant vers le ciel ma tête avec fierté, Je rugis quand je sens pénétrer dans ma cage ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2019

Mikha’il Nou’Ayma / ميخائيل نعيمة (1988 – 1889) : Le fleuve gelé

  Le fleuve gelé   Ô fleuve, tes eaux se sont-elles enfoncées dans la terre de telle sorte que tu as cessé de murmurer ?   Ou bien as-tu vieilli et ton initiative affaiblie t’a fait renoncer à poursuivre ton chemin ?   Hier encore tu chantais d’une voix douce, frayant ton trajet d’allégresse parmi les vergers et les fleurs.   Tu récitais la vaste chanson du monde captée à la source des traditions qu’ont léguées les siècles successifs.   Hier encore tu allais bravement ton... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 novembre 2019

Rainer - Maria Rilke (1875 – 1926) : « Nul ne sait... »

  Nul ne sait, combien ce qu’il refuse, l’invisible, nous domine, quand notre vie à l’invisible ruse cède, invisiblement.   Lentement, au gré des attirances notre centre se déplace pour que le cœur s’y rende à son tour : lui, enfin Grand-Maître des absences.   Vergers suivi des Quatrains valaisans Editions Gallimard, 1926 Du même auteur : Naissance de Vénus / Geburt der Venus (23/11/2014) Nordsee, I (23/11/2015) Soir en Scanie / Abend in Skåne (23/11/2016) Deuxième élégie / Zweite... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2019

Torquato Tasso / Le Tasse (1544 – 1595) : Ciel et mer

  Ciel et mer   Craton, songe à la mer maintenant que son flot S’assoupit sur la grève et que le vent se tait ; Vois la nuit dans le ciel déployer son manteau Noir et bleu, fastueux, éclaboussé de gemmes.   Contemple toute nue et sans la moindre nue Nager dans l’océan de l’espace étoilé Et mêler la blancheur splendide de leurs corps La Lune et tout autour les Nymphes du ciel.   Regarde brasiller sur ces plages distinctes Et s’abattre, fondant une même splendeur : Les étoiles-poissons et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2019

Miguel D’ors (1946 -) : « Comment appeler l’oiseau... »

  Comment appeler l’oiseau pour que du vers il se lève et s’envole et s’égare de branche en branche, comment ? Comment appeler le fleuve sans interrompre son chant ni taire son écoulement ? Comment faire pour que le nom de la rose conserve son parfum ? Comment dire sable et sentir la caresse d’une main dorée, et comment faire pour que le soleil et le vent, le feu et les automnes demeurent dans le poème ? Ah, où apprendre cette magie de disposer le nom des choses de façon à ce que le lecteur de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 novembre 2019

Kamal Ibrahim (1942 -) : « Mes morts portent des bas... »

  Mes morts portent des bas Mes terres se tuent pour un plaisir Mes mains m’écoutent enfin Je mange un mètre de stupeur         Je mère avec l’obscur Un doigt que colombe la mort Je reste avec le bruit Je larve mon cri D’un temps qui neige au ralenti Je verse l’ici Je père mon sexe rajeuni         A chaque venin L’entendre terre Près du froid qui a mis un lac Dans la femme disais-je A double sang Vers la chose qui s’étoile   Tu as pris un ventre à l’amour ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :