21 septembre 2016

Arthur Cravan (1887 – 1918) : Hie!

Hie !  Quelle âme se disputera mon corps ? J'entends la musique : Serai-je entrainé ? J'aime tellement la danse Et les folies physiques Que je sens avec évidence Que si j'avais été jeune fille, J'eusse mal tourné. Mais, depuis que me voilà plongé Dans la lecture de cet illustré, Je jurerai n'avoir vu de ma vie D'aussi féeriques photographies : L'océan paresseux berçant les cheminées, Je vois dans le port, sur le pont des vapeurs, Parmi des marchandises indéterminées, Les matelots se mêler aux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2016

Yosano Akiko / 与謝野晶子 (1878 – 1942) : « sur ma peau douce et chaude… »

  sur ma peau douce et chaude n’es-tu pas triste que ta main ne se pose, toi qui me parle de la Voie.   Traduit du japonais par Denis Andro et Makiko Ueda In, Revue « Vagabondages, N° 77, Janvier/Février/Mars 1990 » Association Paris-poète 3, rue Séguier, 1990 Du même auteur : « le printemps est si court… » (01/10/2014)  
Posté par bernard22 à 01:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 septembre 2016

Yann Ber Calloc’h (1888 – 1917) : Pour les Trépassé / Eid an enan

  Pour les Trépassés   Ils sont morts. Ils sont étendus dans la tombe froide et silencieuse,           Là-bas, au cimetière de la paroisse ; Sous leur tête quatre planches, un peu de paille, Au-dessus, six pieds de terre, et une pierre et une croix. Sur la croix noire leur nom autrefois peint en blanc           A été délavé par la pluie ; Tout autour, une herbe grasse croît sur le terrain… Ceux-là qui sont morts,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 septembre 2016

Jean Rousselot (1913 – 2004) : Il faudrait être encore plus simple

  Il faudrait être encore plus simple A Henri de Lescoët     Il faudrait être encore plus simple, Si simple que l'on puisse entrer Dans la simplicité du vent, Du soleil poussiéreux Du linge qui pantèle sur la corde sans se plaindre. Il n'y a pas de désespoir dans le monde, Ni d'espoir. Il n'y a que la simplicité du vent, Du soleil, Du linge, De la corde ; Il n'y a que la simplicité de l'eau, Ses vergetures d'accouchée; Il n'y a que l'eau, Le caillou, Le simple nécessité de brûler et de mourir. Il... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2016

Roberto Veracini (1956 - ) : La cité-navire / La citta-nave

  La cité-navire   Pour arriver à Volterra il faut des milliers de lieues de chênes, de rochers  et de tramontane, de frontières inviolées de loups et de sangliers, de longues journées sidérales et d’espaces immenses et après, d’hommes méfiants et solitaires, de terres d’argile ensoleillées, inhospitalières, de pierres très dures à sculpter, de murailles fermées, et de      meurtrières et une légère inquiétude, obsédante…   Et pourtant regarde – le dirais-tu ? – là tout... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 septembre 2016

Nelly Sachs (1891 – 1970) : « Des langues de mer salées… »

  Des langues de mer salées lèchent les perles de notre mal A l’horizon la rose non de poussière mais de nuit s’enfonce en ta naissance Ici dans le sable son chiffre que le temps recouvre de son enveloppe noire pareil aux cheveux continue de croître dans la mort   Traduit de l’allemand par Richard Lionnel Le mystère de la semence,  in, Brasier d’énigmes et autres poèmes Editions Denoël / Lettres Nouvelles, 1967 Du même auteur : « Ici où dans le sel… » (16/09/2015) « Rêve... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2016

Kakinomoto No Hitomaro / 柿本 人麻呂 (662 – 710) : Sur la route de Karu

  Sur la route de Karu…   Sur la route de Karu (oies sauvages                                        à travers le ciel) est le village de mon amour et violemment je rêvais de la voir malgré les yeux fixés sur moi je rêvais notre rencontre branches du Katsura et je vivais confiant comme le pilote d’un grand bateau ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 septembre 2016

Song Lin / 宋林 (1959 - ) : Vestibule

  Vestibule   A présent, la porte grand ouverte est ange de blancheur. Une fois encore, nous émigrons. Le souffle de la mer se fait plus proche, la nuit, les sons tristes d’un sifflet comme chant de sirène   arrivent sur l’oreiller. Quand le soleil mouillé d’un bond      se lève, avec le manuscrit en rêve, difficile à saisir, ils deviennent écume, symboles privés de magie, déjà se font sujet de conversation intime.   Je fixe le vestibule (après avoir placés au mur les livres... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 septembre 2016

Alain Le Beuze (1958 - ) : suites des ténèbres

  suites des ténèbres   De tout paysage garder intense la transe du passage Aimé Césaire   - Le lieu affleure de l’impatience des mots      Otage des indices que l’écriture lève, la lecture le dérobe à son sommeil de glaise, lui transmet l’éclat de l’inachevé, les prétextes du sens.   - Le lieu se fait alors à nos ténèbres       en bas         la mer laborieuse décadastrée        archive sa litanie de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 septembre 2016

Charles Dobzynski (1929 – 2014) : Je dois réponse à tout

  Je dois réponse à tout   Je dois réponse à tout car j’ai tout partagé La promesse et l’espoir le lit de l’habitude L’usure des saisons la houle de l’oubli Les jours et leur dépôt de calcaire en nos veines   Je dois réponse à tout car j’ai tout accepté Au nom de la raison j’ai choisi sans regret La route la plus dure incertain de l’issue Sans être sûr d’atteindre un rivage changeant   Pour le meilleur et pour le pire j’ai chanté Et ma vie se jetait à la tête des choses Comme un fleuve je me mêlais... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :