18 novembre 2019

Voltaire (1694 – 1778) : Le loup moraliste

  Le loup moraliste               Un loup, à ce que dit l’histoire, Voulut donner un jour des leçons à son fils,           Et lui graver dans la mémoire, Pour être honnête loup, de beaux et bons avis. « Mon fils, lui disait-il, dans ce désert sauvage, A l’ombre des forêts vous passez vos jours ; Vous pourrez cependant avec de petits ours Goûter les doux plaisirs qu’on permet à votre âge. Contentez-vous du peu que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 novembre 2019

Joyce Mansour (1928 – 1986) : « Les vices des hommes... »

  Les vices des hommes Sont mon domaine Leurs plaies mes doux gâteaux J’aime mâcher leurs viles pensées Car leur laideur fait ma beauté.   Cris Editions Seghers, 1953 De la même autrice : Bleu comme le désert (21/01/2014)  Le téléphone sonne (21/01/2015) Chant arabe (21/01/2016)  « Vous ne connaissez pas… » (21/01/2017) Trous noirs (21/02/2018)
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 novembre 2019

Jean – Pierre Abraham (1936 – 2003) : « Elle ouvre la porte... »

  Elle ouvre la porte Se penche Laisse couler de ses doigts Le chat dans la nuit   Compère qu’as-tu vu ? Editions Le temps qu’il fait, 1993   Du même auteur : Poète foutu (16/11/2018)
Posté par bernard22 à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2019

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич Лермонтов (1814 - 1841) : « Adieu, Russie, patrie pouilleuse ...» / « Прощай, нем

  Adieu, Russie, patrie pouilleuse, Pays des maîtres et des serfs, Des policiers à tête creuse Et du bon peuple qui les sert.   Au Caucase où le sort m’emporte Echapperai-je à tes pachas, A l’œil qui voit malgré les portes, A l’oreilles qui sait déjà ? 1841     Traduit du russe par André Markowicz In, « Le Soleil d’Alexandre, le cercle de Pouchkine, 1802-1941 »  Editions Actes Sud,2011 Du même auteur : « De ma geôle ouvrez-moi la grille… » (15/11/2015) La... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 novembre 2019

Jean Malrieu (1915 – 1976) : Levée en masse

  Levée en masse   Ne serait-ce qu’une fois, si tu parlas de liberté, Tes lèvres, pour l’avoir connue, en ont gardé le goût du sel, Je t’en prie, Par tous les mots qui ont approché l’espoir et qui tressaillent, Soit celui qui marche sur la mer. Donne-nous l’orage de demain.   Les hommes meurent sans connaître la joie. Les pierres au gré des routes attendent la lévitation.   Si le bonheur n’est pas au monde nous partirons à sa rencontre. Nous avons pour l’apprivoiser les merveilleux manteaux de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2019

Malcolm de Chazal (1902 – 1981) : « L’horizon... »

  L’horizon Ne fait Jamais Un pas De trop       * L’horizon N’a Jamais Pu Faire Un Nœud.   Poèmes Editions Jean-Jacques Pauvert, 1968 Du même auteur : « L’air... » (13/11/2018)
Posté par bernard22 à 01:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 novembre 2019

Jules Supervielle (1884 – 1960) : Trois poèmes de l’enfance

  Trois poèmes de l’enfance   L’ENFANT ET LES ESCALIERS   Toi que j’entends courir dans les escaliers de la maison Et qui me caches ton visage et même le reste du corps, Lorsque je me montre à la rampe, N’es-tu pas mon enfance qui fréquente les lieux de ma préférence, Toi qui t’éloignes difficilement de ton ancien locataire. Je te devine à ta façon pour ainsi dire invisible De rôder autour de moi lorsque nul ne nous regarde Et de t’enfuir comme quelqu’un qu’on ne doit pas voir avec un autre. Fort bien, je... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2019

André Pieyre de Mandiargues (1909 – 1991) : Mélancolie

  Mélancolie   Une belle une bonne journée s’achève Une journée descend vers la nuit Comme un vieillard blanc qui a peur Et de l’autre côté des eaux douces Par-dessus les tours brunes de Chillon Maintenant fleurissent les montagnes roses En ventres en seins en chairs arrondies Pincées d’un dernier soleil fragile.   Les lions les glaives les vierges drapées D’un petit ciel bas de printemps Brillent au froid repos vermeil du lac A peine ému par un soupçon de bise Qui hâte aussi le plaisant roulis des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2019

Pierre Jean Jouve (1887 – 1976) : Pays d’Hélène

  Pays d’Hélène   C’est ici que vécut incomparable Hélène   Ici l’ancien lieu de verdure et d’argent Les larmes de rochers Un soupir bleu mais des déchirures pensives Un noir éclatement de rocs argentés   Inhumaine inimaginable en robe à traîne Qu’elle était belle vêtue de rochers Et costumée des fleurs de l’herbe ! Dans les grands soirs Des maisons hautes blanches et nues, grillagées   Qu’elle était nue, et triste ! et quel amour aux mains Et quelle force aux reins de sa splendeur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 novembre 2019

Nourredine Aba (1921 – 1966) : « On dit que vos porteurs d’encensoir... »

  On dit que vos porteurs d’encensoir plient l’échine quand par hasard vous leur adressez la parole, Monsieur le haut dignitaire du parti ? On dit aussi que certains de vos courtisans Vous font la révérence et vous appellent sire ? Pourquoi pas Votre Majesté ? On vous le doit. Ces gueux étaient la veille de pauvres palefreniers, comme vous, qui n’étiez qu’un garçon d’écurie ! Mais vous voilà hissé jusqu’aux balcons du ciel. C’est de là que vous décidez, que vous ordonnez. Le peuple a la voix... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :