24 mars 2022

Kito Takai (1741 – 1789) : Brume du soir

  Brume du soir – pensant aux choses du passé comme elles sont loin !   Traduit du japonais par Roger Munier In, « Haïkus des quatre saisons » Editions du Seuil, 2010    
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2022

Louis Guillaume (1907 -1971) : Feux couvés par la grotte

  Feux couvés par la grotte Qu’un torrent frôle. Le vent joue Sur ce clavier de flammes. Montagnes en banc de brume. Personne n’est venu Aux rendez-vous du soir. Sous la neige, une charrue Rêve de sillons brûlés. Les galets du lit bossuent Le courant. Rails Pour la fuite d’un regard. Ocelles fauves, Larmes de cire, Brandons votifs, Rongent la berge. Les fumées, les berceaux, Dérivent comme l’eau.   Agenda, Editions Subervie,1970 Du même auteur : Incertitudes (16/07/2015)  Le jour tout neuf... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mars 2022

Marceline Desbordes-Valmore (1786 – 1859) : Ma chambre

  Ma chambre Ma demeure est haute, Donnant sur les cieux ; La lune en est l’hôte, Pâle et sérieux : En bas que l’on sonne, Qu’importe aujourd’hui ? Ce n’est plus personne, Quand ce n’est plus lui !   Aux autres cachée, Je brode mes fleurs ; Sans être fâchée, Mon âme est en pleurs ; Le ciel bleu sans voiles Je le vois d’ici ; Je vois les étoiles Mais l’orage aussi !   Vis-à-vis la mienne Une chaise attend : Elle fut la sienne, La nôtre un instant ; D’un ruban signée, Cette chaise est là, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 mars 2022

André Chénier (1762 – 1794) : « Aujourd'hui qu'au tombeau... »

  Elégie XXV Aux frères de Pange   Aujourd'hui qu'au tombeau je suis prêt à descendre, Mes amis, dans vos mains je dépose ma cendre. Je ne veux point, couvert d'un funèbre linceul, Que les pontifes saints autour de mon cercueil, Appelés aux accents de l'airain lent et sombre, De leur chant lamentable accompagnent mon ombre, Et sous des murs sacrés aillent ensevelir Ma vie, et ma dépouille, et tout mon souvenir. Eh ! qui peut sans horreur à ses heures dernières Se voir au loin périr dans des mémoires chères ? ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2022

Charles d'Orléans, (1394 -1465) : « Las ! Mort, qui t'a fait si hardie... »

  Las ! Mort, qui t'a fait si hardie De prendre la noble Princesse Qui était mon confort, ma vie, Mon bien, mon plaisir, ma richesse ! Puisque tu as pris ma maîtresse, Prends-moi aussi son serviteur, Car j'aime mieux prochainement Mourir que languir en tourment, En peine, souci et douleur ! Las ! de tous biens était garnie Et en droite fleur de jeunesse ! Je prie à Dieu qu'il te maudie, Fausse Mort, pleine de rudesse ! Si prise l'eusses en vieillesse, Ce ne fût pas si grand rigueur ; Mais prise l'as... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 mars 2022

André Markowicz (1960 -) : « Une chute lente... »

  Grégoire Maisonneuve / Bulac     Une chute lente, noire et rouge – chute, ce n’est pas le mot, - glissade est plus juste, si je considère qu’elle se déroule, sans aucune ecchymose, sans contact, à peine cette sensation que les organes restent suspendus dans l’enveloppe de ce que, quoique sans certitude, j’ai tendance à prendre pour ma forme, ma présence, au moins, aux yeux des autres, d’où l’immatérialité de cette expérience – la descente. Parce qu’elle est plus rapide que sa propre conception, elle... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2022

Langston Hughes (1902 – 1967) : Notre terre /Our Land

  Notre terre   Il nous faudrait une terre de soleil De soleil resplendissant, Et une terre d’eaux parfumées Où le crépuscule Est un léger foulard D’indienne rose et or, Et non cette terre où la vie est toute froide.   Il nous faudrait une terre pleine d’arbres, De grands arbres touffus Aux branches lourdes de perroquets jacassants Et vifs comme le jour, Et non cette terre où les oiseaux sont gris. Ah, il nous faudrait une terre de joie D’amour et de joie, de chansons et de vins Et non cette terre où... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mars 2022

Thibaud de Champagne (1201 – 1253) : « Je pensais me séparer... » / « Je me cuidoie partir... »

  I Je pensais me séparer D’Amour, mais n’en ai pas la force ; Les doux maux du souvenir, Qui nuit et jour ne me manquent, Le jour me donnent maint assaut Et la nuit je ne puis dormir, Mais je me plains, et pleure, et soupire. Dieu ! je brûle tant que je la regarde, Mais je sais bien qu’elle n’en a cure.   II Nul ne doit Amour trahir Hormis goujat et ribaud ; Et en dehors de son bon plaisir Tout le reste est égal ; Mais je veux qu’elle me trouve beau Sans tromper ni mentir ; En... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2022

Nicolas Kurtovitch (1955 -) : Frère

  Frère   Frère Donne-moi ton cheval Et un peu du produit de ton expédition Je veux descendre plus au Sud On m’a dit que j’y retrouverai d’autres hommes   Frère Donne-moi de ton herbe Que je puisse soigner mes blessures Et voyager loin J’aborde une terre nouvelle Terre du Sud Terre de l’Océan Un émissaire est venu me voir Il a trouvé le passage de mon cœur Il me redonne la force D’une vision pour m’élancer en avant Il m’a enseigné un chant de la direction Pour qu’un requin vienne Quand je devrai... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 mars 2022

Le Chatelain de Coucy (1186 – 1203) : « Lorsque l’été et la douce saison... »

Le Châtelain de Coucy, frontispice des Mémoires historiques sur Raoul de Coucy de J. B. de Laborde.     Lorsque l’été et la douce saison Font feuille et fleur et les prés reverdir, Et le doux chant des menus oisillons Fait à plusieurs de joie se souvenir, Las ! chacun chante, et je pleure et soupire, Et si n’est pas droiture ni raison, C’est du moins toute mon intention, Dame, de vous honorer et servir.   Si j’avais le bon-sens qu’eut Salomon, Amour me ferait bien pour fol tenir ; Car... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :