29 octobre 2020

Jean -Paul de Dadelsen (1903 – 1957) : Jonas. Invocation liminaire

    Jonas        Ainsi, sur tels murs, sous telle plaque                     un bouquet parfois de fleurs communes      que ceci soit                     offert, tôt fané, en menu signe de connivence   AUX OMBRES   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 octobre 2020

Gu Cheng / 顾城 ou 顧城 (1957 – 1993) : Adieu

Adieu   Au printemps Tu agites doucement un mouchoir Pour me faire parvenir au loin Ou revenir bientôt ?   Non, rien de tout cela Sans aucune raison Comme la fleur tombe à l’eau Comme la rosée sur la fleur...   Seule l’ombre peut le comprendre Ou le vent se faire une idée Seuls les papillons qu’un soupir effarouche Voltigent encore entre les cœurs...   Traduit du chinois par Chantal Chen - Andro In, « Anthologie de la poésie chinoise » Editions Gallimard (La Pléiade),2015) Du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2020

Jean Joubert (1928 – 2015) : « Silence, chiens !.. »

                                                                                          A... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 octobre 2020

Pierre Unik (1910 – 1945) : Appel

  Appel   Nous marchions insensibles au décor bariolé Dans la ville inconnue livrée aux hommes d’armes Les hautes maisons noires éclaboussées de feu Muettes comme la peur Dérivaient au large La cavalerie des nuages lourdement chevauchait les crêtes   Cà et là des dentelles à flanc de roc étincelaient Et la nuit porta un doigt à ses lèvres Au matin tu serais venue te pencher sur moi J’ai vécu comme un mort sans vivre ni mourir Tout le sang de la terre et les larmes et les rayons   N’effaceront pas... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 octobre 2020

Allen Ginsberg (1926 – 1997) : Song

       Song   Le poids du monde           est amour. Sous le fardeau           de solitude, sous le fardeau           d’insatisfaction             le poids, le poids que nous portons           est amour.   Qui peu nier ? ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 octobre 2020

Raimbaut de Vaqueyras (vers 1150 – vers 1207) : « Ne me plaisent hiver ni printemps... » / « No m'agrad' iverns ni pascors... »

  Ne me plaisent hiver ni printemps, Ni ciel clair ni feuilles de chênes, Mon succès me semble infortune, Toutes mes joies se font douleur, Et sont tourments tous mes plaisirs, Et me désespère mon espoir ; J’étais avec mon seul amour Plus heureux que poisson dans l’onde, Et puis d’amour m’en suis parti, Pauvre exilé et tout marri, Toute autre vie me semble mort, Toute autre joie déconfort.   Puisque d’amour ai perdu la fleur Le doux fruit, le grain et l’épi, De cet amour cher à mes dits, Qui me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 octobre 2020

Li Bai (ou Li Po) / 李白 (701 – 762) : Nuit de lune sur le fleuve

  Nuit de lune sur le fleuve   Doucement la brise sur le fleuve se lève, Tristement les arbres près du lac frissonnent. Je monte sur la proue par la belle nuit calme. On étale les nattes et la barque légère s’élance. La lune suit la fuite des monts sombres, L’eau s’écoule avec le ciel bleu, Aussi profond qu’inversement le Fleuve céleste. Rien n’est visible, sinon l’ombre mêlée de l’arbre et du nuage.   La route du retour est longue, longue ; L’immensité du fleuve est triste, triste. Je suis seul,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 octobre 2020

Jaufre Rudel (1110/1130 – 1148/1170) : « Ne sait chanter qui ne dit rien... » / « No sap chantar qui so non di... »

    Ne sait chanter qui ne dit rien Ni vers trouver qui ne dit mot Nul ne sait comment il va des vers Si leur mouvement ne l’anime Ainsi commence ici mon chant Plus l’ouïrez, plus il plaira.   Que nul de moi ne s’émerveille : J’aime qui jamais me verra, D’autre amour en mon cœur il n’y a Sauf une dame jamais vue Nulle joie ne me réjouit Je ne sais quel bien m’en viendra.   Coup de joie me frappe et m’occit Et le dard d’amour me dessèche La chair dont tout mon corps maigrit. Jamais je ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 octobre 2020

Andras Unterweger (1978 -) : Une fleur souffre

  Une fleur souffre (Poème de printemps)   Probablement faut-il / s’imaginer aussi la floraison / comme un processus/douloureux. Une chose qui reposait, enroulée autour de son centre, rentrée / en elle-même, est ouverte de force &/ écartée par une main étrangère &/ clouée en largeur s’ouvre encore ce qu’elle a/ de plus vulnérable, béant entre ses ailes brisées le bonheur.     Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau, in revue « Babel heureuse, N° 4, automne 2018 Gwen Catalá Éditeur,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 octobre 2020

Jacques Dupin (1927 – 2012) : Malevitch

  Malevitch     Fatal     /     comme en un glissement pur violent      / premier visage     diagone     percer ce rempart      et jaillir     /     que le rouge et le blanc s’affrontent   /   et s’annulent ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :