25 mars 2019

Zbiniew Chojnowski (1962 -) : Soleil couchant sur le lac

  Soleil couchant sur le lac   Les lèvres du jour rougissent au couchant. Le silence se fige dans les sphères. La couleur s’estompe à la lumière. Un chat de nuages se blottit contre les paupières closes. Et des roseaux touffus un murmure s’élève.   Sniardwy, 1993   Traduit du Polonais par Frédérique Laurent In, « Terra nullius, une anthologie de la poésie contemporaine de Varmie et Mazurie ». Editions Folle Avoine, 35023 Bédée, 2004 Du même auteur : « Nous marchions dans le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2019

Pierre Dalle Nogare (1934 – 1984) : Je rêve de pleurs et de froid

    Je rêve de pleurs et de froid J’écoute Le gel couvrir la neige Et le matin Est lenteur de plantes, Immobilité de la ténèbre. Qui loge dans ma maison Sinon le murmure Et la foudre ? Aujourd’hui je m’appelle poussière. Je suis habillé Par des losanges, des yeux. Je regarde mes paumes Et Quelqu’un me fixe Qui ne dit mot.   Récit des images Editions Belfond, 1977 Du même auteur : Explorés du feu (24/03/2016)  La dissimulation révélée (24/03/2017)  « Tu es clos dans ta... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2019

Pierre Mac Orlan (1882 – 1970) : « Tel était Paris... »

  Tel était Paris avec sa grande tour où, chaque nuit, crépite la chevelure bleue          de la T.S.F. et ses étincelles qui laissent sur le mur de la nuit des traces d’allumettes chimiques ; avec ses vieux meubles en pierre de taille, ses parapets où les suicidés bleus et roses font des rétablissements sur les poignets et ratent leurs numéros ; avec son grand cirque où le public descend sur la piste, où les femmes, folles de l’odeur des chevaux, jaillissent du Moulin... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mars 2019

Anjela Duval (1905 – 1981) : Papillon et abeille / Balafenn ha Gwenanenn

  Papillon et abeille   - S’il fait beau Dit le papillon volage S’il fait beau Je battrai bientôt la campagne. - Et moi, dit l’abeille Au papillon écervelé Je me mettrai au travail           S’il fait beau.   Juin 1967   Traduit du breton par Paol Keineg Du même auteur : Poèmes de jour, poèmes de nuit / Barzhonegoù noz, barzhonegoù deiz (01/06/2014) La feuille / An delienn (22/03/2017) Dans le bois / Er c’hoad (21/03/2018)   Balafenn ha... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 mars 2019

Clément Marot (1465 – 1544) : D’Anne qui lui jeta de la neige

  D’Anne qui lui jeta de la neige          Anne par jeu me jeta de la neige, Que je cuidais (*) froide certainement :              (*) je croyais Mais c’était feu, l’expérience en ai-je, Car embrasé je fus soudainement      Puisque le feu loge secrètement Dedans la neige, où trouverais-je place Pour n’ardre (*) point ? Anne ta seule grâce     (*)... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2019

Charles d’Orléans (1394 – 1465) : « Quand Souvenir ... »

  Quand Souvenir me ramentait (*)                    (*) me rappelait La grand beauté dont était pleine,  Celle que mon coeur appelait  Sa seule Dame souveraine,  De tous biens la vraie fontaine,  Qui est morte nouvellement, Je dis, en pleurant tendrement : ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2019

André Markowicz (1960 -) : Trois aubes

  Trois aubes   I. Chanson   Tissus de l’amour-dieu      la « feuille jaunissante » et l’élan vers le rien au jour le jour, et le grand ire au cœur de la grièche et la peau grivelée                     de nos soucis de l’un pour l’autre sous la canicule, j’ai fermé les yeux      pour vous, dès lors dans notre enceinte, il dit il ne dit pas, et si j’épouse... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 mars 2019

Vassili Joukovski (1783 – 1852) : A K.M.S.

  A K.M. S. (*)   De nos plaisirs passés nous avons vu la fin, Mais pour le cœur en deuil, le deuil même est un baume. Quoi ? Tout n’est donc qu’un rêve et nos pleurs seraient vains ? Et notre pauvre vie ne serait qu’un fantôme ? Qu’un chemin tortueux pour mener au néant ? Non, c’est le désespoir qui n’est qu’errance vaine. Je sais un havre sûr, une rive sereine Où tout notre passé nous adviendra vivant ; Cette invisible Main qui protège nos têtes Par des chemins divers dans une seule... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mars 2019

Charles Cros (1842 – 1888) : A des amants

  A des amants     Aimez-vous, soyez beaux, puisque vous le pouvez,                               Malgré les haines. Oubliez, entre deux baisers, les réprouvés,                               Les morts prochaines.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2019

Christine de Pisan (1361 – 1430 ?) : « Apprenez-moi, doux ami... »

  Apprenez-moi, doux ami, S’il est vrai ce que j’ois dire, Que d’ici la Saint Remy Devait aller en l’Empire, En Allemagne bien loin Demeurer, comme j’entends, Quatre mois ou trois du moins ? Hélas ! que j’aurai mautemps !   Ne pourrait jour ni demi Sans vous voir rien me suffire Et quand vous serez de mi Eloigné, quel dur martyre ! De mourir me fut besoin Mieux que le mal que j’attends ; Ronger me faudra mon frein. Hélas ! que j’aurai mautemps !   Mon cour partira... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :