10 novembre 2018

Rémy de Gourmont (1858 – 1915) : Les cheveux

  Les cheveux     Simone, il y a un grand mystère  Dans la forêt de tes cheveux.    Tu sens le foin, tu sens la pierre  Où des bêtes se sont posées ;  Tu sens le cuir, tu sens le blé,  Quand il vient d'être vanné ;  Tu sens le bois, tu sens le pain  Qu'on apporte le matin ;  Tu sens les fleurs qui ont poussé  Le long d'un mur abandonné ;  Tu sens la ronce, tu sens le lierre  Qui a été lavé par la pluie ;  Tu sens le jonc et la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 novembre 2018

William Blake (1757 – 1827) : Proverbes de l’Enfer / Proverbs of Hell

  Proverbes de l’Enfer   Aux semailles, apprends ; à la moisson, enseigne ; en hiver, jouis. Conduis ton char et ta charrue par-dessus les ossements des morts. La route de l’excès mène au chemin de la sagesse. La Prudence est une vieille fille riche et laide que l’Incapacité courtise Qui désire mais n’agit pas, engendre la pestilence. Le ver coupé pardonne à la charrue. Celui qui aime l’eau, qu’on le plonge dans le fleuve. Un fou ne voit pas le même arbre qu’un sage. Celui dont le visage ne rayonne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 novembre 2018

Marc Alyn (1937 -) : Je dois mourir

  Je dois mourir   Je dois mourir je le sais pour que la terre continue sa petite marche tranquille dans le jour et la nuit   Pour que ma voix s'incruste comme un lichen en vos mémoires avec les griffes de mes rires et les mains liée de mes larmes   Je dois mourir pour renaître chaque matin à la rosée quand le ciel dans les yeux des bêtes semble venir se reposer   Je dois partir avant la tentation d'être un autre avant d'être châtré par les mains de la gloire je dois mourir pour être... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 novembre 2018

Pierre Oster (1933 -) : « A l'abri des hameaux... »

  A l'abri des hameaux, de la mer familière et des routes, Je foule en votre honneur les prés. Au moment du regain, Nous les foulions de même et nous rivalisions dans le sillage des fougères, Portés par un désir qui naissait identique à son achèvement ! Ah ! J'embrassais en vous la bonté de la mer et des branches! J'attendais que le plein de la nuit dévoilât votre intense tiédeur. Le vent reprend sa course. Il fascine et soulève les cendres ! Ses trophées, commençant à pourrir sous l'empire des murs, N'ont rien de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 novembre 2018

Jacqueline Astégiano (19? -) : L’Arbre

  L’arbre   L’Arbre apprend l’oiseau en se couvrant d’ailes   Tout un été   Et lorsque s’en vont les oiseaux migrateurs                Icare Tombe en feu dans ses branches   Une chouette dans les pommes Editions Le dé bleu, 85310 Chaillé-sous-les-Ormeaux, 1998
Posté par bernard22 à 00:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 novembre 2018

Claire Genoux (1971 -) : Carrouge

  Carrouge   Le ciel vide de novembre m’a dicté cette halte d’un geste sûr j’entre et c’est à droite dans le cimetière carré la pierre dans les graviers gris les plantes en touffes calmes et sèches le nom effacé dans la pierre   c’est alors que je devine votre visage d’En-bas vos lèvres prises dans la mousse et posée à votre front frais la couronne de broussailles et de terre qui se dénoue lentement   cet après-midi de novembre les corneilles chantent un refrain sans réponse et la pluie tire ses... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 novembre 2018

Benjamin Fondane (1898 – 1944) : Titanic

  Titanic   Titanic I C’est un rêve effrayant et je m’y trouve encore - Une chose mouvante et qu’on appelle Terre coule à pic, lentement, hors du regard de l’être... A bâbord, le linge sèche comme avant le déluge, calme le jeu d’échecs se poursuit, un pion avance, la danse dans le hall  pénètre dans les chairs avec l’odeur sucrée des tropiques...   Sur le pont qui descend lentement hors du regard de l’être la lumière est debout, elle a peur de tomber, les hommes sont debout, ils ont peur de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 novembre 2018

Pei Di / 裴迪 (714 - ?) : La crête de Huazi

  La crête de Huazi   Au soleil couchant      dans les pins le vent se lève, Séchant l’herbe humide      sur le chemin du retour. Le feu des nuages      glisse jusque sous mes pas, Le bleu des montagnes      vient effleurer mes habits.   Traduit du chinois par Jean-Pierre Diény in, « Jeux des montagnes et d’eaux » Editions Michalon (encre marine), 2007  
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 novembre 2018

Pablo Neruda (1904 – 1973) : « Que ne t’atteigne pas l’air... » / « No te toque la noche... »

  Que ne t’atteigne pas l’air, l’aurore, la nuit, mais seulement la terre, et la vertu des grappes, et la pomme qui pousse en entendant l’eau pure, la résine et la boue de ta terre odorante.   Depuis Quinchamali où tes yeux furent faits jusqu’à tes pieds créés pour moi sur la Frontière tu es la glaise obscure et que je reconnais : tout le blé je le touche à nouveau sur tes hanches.   Et peut-être l’ignorais-tu, mon Araucane, lorsque avant de t’aimer j’oubliai tes baisers qu’il me restait au coeur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 novembre 2018

Claudio Achillini (1574 – 1640) : Broderie printanière / Scherza intorno alla primavera

  Broderie printanière   Sitôt que du soleil tiédissent les rayons, Le flot qui sommeillait, borné d’un beau cristal, Se réveille et, courant par ses canaux penchants, Vagabond, babillard, se remet en voyage.   Le rossignol vient saluer en son langage L’avril qui tant de fleurs jaunes et vermillon Sème sur les coteaux ou au flanc des vallons, Charmant fourrier d’un mois de mai empli d’odeurs.   Et comme au pastoureau vient d’ombrage une envie, Sous l’haleine des calmes brises je crois voir Le bois... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :