27 janvier 2021

Francisco de Quevedo y Villagas (1580 – 1645) : « J’aurai vu les remparts... » / « Miré los muros... »

       J’aurai vu les remparts de ma patrie, Si forts jadis, déjà démantelés, Céder au pas du temps, contre lequel Désormais leur vaillance ne tient plus.        J’aurai vu dans les champs le soleil boire Le fil de l’eau où le gel se délie Et les troupeaux chercher en vain les bois Qui dérobaient jadis le jour au jour        J’aurai vu ma maison vile dépouille  De ma vieille demeure d’autrefois, Mon bâton infléchi et moins solide,   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2021

Aimé Césaire (1913 – 2008) : Batouque

  Batouque     Les rizières de mégots de crachat sur l'étrange sommation de ma simplicité se tatouent de pitons. Les mots perforés dans ma salive resurgissent en villes d'écluse ouverte, plus pâle sur les faubourgs O les villes transparentes montées sur yaks sang lent pissant aux feuilles de filigrane le dernier sou­venir le boulevard comète meurtrie brusque oiseau traversé se frappe en plein ciel noyé de flèches C'est la nuit comme je l'aime très creuse et très nulle  éventail de doigts... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 janvier 2021

Antonin Artaud (1896 – 1948) : Lettre aux écoles du Bouddha

Photographie de Denise Colomb   Lettre aux écoles du Bouddha        Vous qui n’êtes pas dans la chair, et qui savez à quel point de sa trajectoire charnelle, de son va-et-vient insensé, l’âme trouve le verbe absolu, la parole nouvelle, la terre intérieure, vous qui savez comment on se retourne dans sa pensée, et comment l’esprit peut se sauver de lui-même, vous qui êtes intérieurs à vous-mêmes, vous dont l’esprit n’est plus sur le plan de la chair, il y a ici des mains pour qui prendre n’est pas... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 janvier 2021

André Schmitz (1929 – 2016) : Journée

    Journée   Voyage sans retours dans les bas et les hauts murmures d’une journée sans importance   et le bruit du lait contre le métal des  seaux quand la prairie fait tinter ses verdures ses verdeurs   et le cliquetis des souvenirs comme cuivres légers suspendus dans les sonores boutiques des souks   et les vagissements d’un vent nouveau dont la mer qui l’enfante s’étonne elle-même   et le criaillement des jeunes filles qui publient sur les draps blancs leur première... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2021

André Breton (1896 – 1966) : « J’aimerais n’avoir jamais commencé... »

  J’aimerais n’avoir jamais commencé Et m’enquérir de la vie Comme un roi jadis rendait la justice sous un chêne Le monde serait un crible L’avoine folle du temps se courberait au loin Comme des cheveux dont je n’aurais pas à connaître le bruit Bien qu’ils soient pleins de petits morceaux de verre Le drapeau de l’invisibilité flotterait au-dessus des maisons que j’ai habitées Il flotterait sur ma vie comme sur une maison dont l’extérieur seul est achevé Drapeau de toutes les couleurs et qui battrait si vite J’aurais... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2021

Gibran Khalil Gibran (1883 – 1931) / جبران خليل جبران : « j’aimerai que vous puissiez aller... »

  J’aimerai que vous puissiez aller   à la rencontre du soleil et du vent     avec la peau plus dénudée     et moins parée.      Car le souffle de la vie     est dans les rayons du soleil   et la main de la vie est dans le vent   Traduit de l’anglais In, Kalil Gibran : « Les enfants du prophète oeuvre anglaise » Editions Albouraq, 1999 Du même auteur : « A jamais je marcherai ... » (22/01/2020)
Posté par bernard22 à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 janvier 2021

Henri-Simon Faure (1923 – 2015) : un manoeuvre n’en fait qu’à sa forte tête ... (17 – 29)

 Henri-Simon Faure; Oppède, avril 1979 (Archives Plein Chant)   un manœuvre n’en fait                                                                                     ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 janvier 2021

Ion Pillat (1891 – 1945) : Dans la vigne / În vie

  Dans la vigne   La vigne sent encore le muscat, sa patine, Le jus de pêches mûres la feuille crue de noyer... Dans le bocage les bécasses vont vers d’autres étés ; Que me veut donc l’automne qui me rappelle sur la colline ?   Ce n’est pas encore le soir, mais bien mûr est le jour, Et le soleil doré, comme un beau coing mûrit. Maintenant - chenille noire - monte vers lui, Sur le pont de l’Argeș, se traînant, un train lourd.   La forêt se vêtit des couleurs de la joie. A travers les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2021

Lawrence Ferlinghetti (1919 -2021) : Un Coney Island de l’esprit (1 – 6) / A Coney Island of the mind (1 – 6)

  Un Coney Island de l’esprit (1 – 6)             Le titre de ce recueil est emprunté à INTO THE NIGHT LIFE de Henry Miller. Il est           utilisé hors contexte, mais exprime ce que je ressentais vis à vis de ces poèmes lorsque           je les ai écrits : comme s’ils étaient, mis ensemble, une sorte de Coney Island de l’esprit, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2021

René-Guy Cadou (1920 – 1951) : La maison d’Hélène

  La maison d’Hélène   Il a suffi du liseron du lierre Pour que soit la maison d'Hélène sur la terre   Les blés montent plus haut dans la glaise du toit Un arbre vient brouter les vitres et l'on voit Des agneaux étendus calmement sur les marches Comme s'ils attendaient l'ouverture de l'arche   Une lampe éparpille au loin son mimosa   Très tard les grands chemins passent sous la fenêtre Il y a tant d'amis qu'on ne sait plus où mettre Le pain frais le soleil et les bouquets de fleurs Le sang... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :