16 septembre 2017

Nelly Sachs (1891 – 1970) : « Rêve surcroît du dormeur… / « Traum der den Schlafenden

  Rêve surcroît du dormeur empaquetée de visions flotte la lettre   Spirale ellipse cercle nourrissons du temps membres morts secoués dans les tortures les explosions les guerres croissant à nouveau – Je t’aime comme tous les nuages qui passent comme tous les vents du monde –   Figures de ténèbres balbutiantes hérissées de frissons persona déchiffrant la poussière noms obscurs et scellés tirés du fond du puits Oural Tibet pays atteint du mal du soir pèlerins cheminant sur autant de linceuls ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2017

Anne Hébert (1916 - 2000) : Fin du monde

  Fin du monde   Je suis le cri et la blessure, je suis la femme à ton flanc qu’on outrage et      qu’on viole. L’Apocalypse t’enchaîne à son char, l’horreur te lie les mains, amour,      amour, qui t’a crevé les yeux ?   Mon coeur de paix violente, je te l’avais donné, plus nu que mon corps.   J’ai des caresses ruisselantes, la mort et les larmes sont mes parures.   Mon âme, sous un feu si noir, sèche comme le sel, et ta soif s’y pose, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 septembre 2017

Song Lin / 宋林 (1959 -) : Paysage dans l’œil d’un aigle

  Paysage dans l’œil d’un aigle   1 Rien que le roc, la neige, noir sur blanc. Les rigueurs de l’hiver, les eaux ne coulent plus, Les pins ont mis leurs cloches de verre.   2 Rien ne saurait remplacer l’élévation du roc, celle des sommets, sauf la neige qui les recouvre. 3 Des vols d’hirondelles dorment sous les eaux gelées, dans leur tanière, les ours bruns sommeillent, marmottes et hérissons s’assoupissent aussi, en eux s’amasse une neige de graisse. 4 Il n’y a pas de mots, pas de vendeurs de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 septembre 2017

Alain Le Beuze (1958 -) : Exil

  Exil   Les murs craignent la fringale des ronces   les fenêtres se méfient des caresses de la rouille   le lierre roucoule d’oiseaux   impatient d’étendre sa puissance de convertir l’espace   les toits resserrent leurs tuiles   les chemins se résignent sous les averses de fougères.   Revue « Vagabondages, N°36, Février 1982 » Association Paris-Poète, 1982 Du même auteur : Hauteur du lieu (extraits) (15/09/2014)   suites... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 septembre 2017

Charles Dobzynski (1929 – 2014) : Mais si…

  Mais si…   Et si dans les raisins        l’automne ne venait                plus         ni la lumière        dans la dernière goutte                du soleil        ni dans les yeux ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 septembre 2017

Andrée Chedid (1920 – 2011) : Par-delà les mots…

  Par-delà les mots…   Par-delà les mots Elle sécrète la parole   En deçà du verbe Elle questionne l’univers   Au-delà des murailles Elle nomme la liberté   En deçà de chaque flot Elle révèle l’océan   Désertant les conquêtes Elle promet l’équipée   Elle remue le souffle Sacre l’humble outil   Elle assemble les fragments Du visage dispersé   Et désigne le mystère Qui demeure entier.   Par delà les mots… Editions Flammarion, 1995 Du même auteur : Le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2017

Stratis Pascalis / Στρατής Πασχάλης (1958 -) : Cartographie de la lumière

  Cartographie de la lumière   La lumière est aux aguets partout Cachée dans les veines du vent. Au fond des yeux de l’aube l’ancienne prisonnière Dans les sentiers rudes et obscurs de la mer Ou le crépuscule des cyprès qui seuls additionnent les morts Et mieux que personne résistent au déchirement de l’éclat Dans les cloîtres des confins. Tandis que le volcan qui soudain tressaille Terrifie la bête assoiffée qui cherche dans les genêts de la rosée Puis l’éclat descendu de très haut.   Traduit du grec... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 septembre 2017

Percy Bysshe Shelley (1792 – 1822) : L’Île / The Isle

  L’île   Il y avait un petit îlot en pelouse D’anémones et de violettes      Comme en mosaïque couvert : Et son toit était de fleurs et de feuilles Que l’haleine de l’été entrelace, Où ni soleil, ni averse, ni brise Ne percent les pins ni les plus hauts arbres,      Chaque gemme gravée. Entourée de mainte vague azurée      L’abîme bleu d’un lac.   Traduit de l’anglais par André Fontainas In, Stephen Spender :« Shelley » ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 septembre 2017

Victor Segalen (1878 – 1919) : Tô-Bod

      Tô-Bod   ----------------------------------------------------- IV Sois loué, Thibet inhumain, pour ce front masqué de glaciers ;                     (Je n’y vois d’insolites visages…) - Marmonnants mufles de mes yacks, chanfreins de mes chevaux d’acier, -                     (Je n’y vois d’insolites... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 septembre 2017

Erwann Rougé (1954 -) : Puis ce ralenti

    Puis ce ralenti   7 Vois, les jours sont tombés partout, se sont éparpillés autour.   Et toujours, - quelques lignes –   cette peine absurde de dire : - je continuerai –   la fragilité des choses fascine   - plus lointaine-   8 Marche, ne t’inquiète pas   l’air est doux acide sur ton ventre   quand le soleil se renverse est-ce toi ? la robe unique   qui se retire, les yeux humides, ouverts.   9 J’ai vu la vague lécher les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :