08 octobre 2021

Jean-Joseph Rabéarivelo (1901 – 1937) : Flûtistes

  Flûtistes   Ta flûte,       tu l’as taillée dans un tibia de taureau puissant,      et tu l’as polie sur les collines arides      flagellées de soleil ;      sa flûte,      il l’a taillée dans un roseau tremblotant de brise,      et il l’a perforée au bord d’une eau courante      ivre de songes lunaires.   Vous en jouez ensemble au fond du soir, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 octobre 2021

Monica Mansour (1946 -) : « moi je dis que le monde... » / « yo digo que el mundo... »

  moi je dis que le monde ne finira pas à cause d’inondations ni de tremblements de terre ni d’éruptions ou d’incendies ni même pas à cause de nous qui détruisons avec tant d’acharnement   il y aura le vent, un vent bruyant, sifflant comme serpent d’air robuste comme tronc séculaire irascible comme parfois la mer et il traînera, nous traînera jusqu’à la folie du vol incontrôlable coup après coups jusqu’à nous défaire contre nous-mêmes contre nos enfants et nos maisons végétations et bêtes contre des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2021

Rabindranath Tagore / রবীন্দ্রনাথ ঠাকুর (1861 – 1941) : Cygne (XXVII – XXXVII)

  Cygne (XXVII – XXXVII)   XXVII   Mon Roi m’est encore inconnu, C’est pourquoi quand il réclame son tribut J’imagine comme un imbécile que je le tromperai Prenant la fuite pour payer mes dettes ! Mais où que je fuie avec tout le secret, Derrière le travail du jour, derrière les rêves, Son appel à chaque souffle me poursuit.   Ainsi ai-je appris que je n’étais pas inconnu à mon Dieu, Que mon dernier refuge même Je l’avais perdu, en raison de mon endettement sans limites. C’est ainsi que je... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 octobre 2021

Cesare Pavese (1908 – 1950) : L’Etoile du matin / Lo steddazzu

Portrait de Cesare Pavese par Nurdan Kasali (2011)   L’étoile du matin   La mer est encore sombre, les étoiles vacillent quand l’homme seul se lève. Une tiédeur d’haleine s’élève de la rive, où la mer a son lit, et apaise le souffle. C’est l’heure maintenant où rien ne peut arriver. La pipe elle-même pend entre les dents, éteinte. L’eau murmure tranquille, nocturne. L’homme seul a déjà allumé un grand feu de branchages et regarde le sol qui rougeoie. Bientôt la mer sera elle aussi comme le feu, flamboyante. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 octobre 2021

Claudio Rodríguez (1934 -1999) : L’embauche des gamins / « Qué estáis haciendo aquí?.. »

Claudio Rodríguez. FOTO L.O.Z   L’embauche des gamins        Que faites-vous ici ? Que faisons-nous tous au centre de la place à cette heure-ci ? Avec ce soleil, qui voudra sortir de chez lui seulement pour voir l’état du marché, pour voir s’il a bonne mine le fruit de notre vie, si ce n’est pas le trop-plein de nos années que nous vendons ? Allez, on ferme ! Courons vers une autre foire, où il y ait un beau marché, où l’on marchande, chaparde, où l’on cueille notre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2021

Emile Verhaeren (1855 – 1916) : Les plaines

  Les plaines       Sous la tristesse et l'angoisse des cieux Les lieues S'en vont autour des plaines ; Sous les cieux bas Dont les nuages traînent Immensément, les lieues Se succèdent, là-bas. Droites sur des chaumes, les tours ; Et des gens las, par tas, Qui vont de bourg en bourg. Les gens vaguants Comme la route, ils ont cent ans ; Ils vont de plaine en plaine, Depuis toujours, à travers temps. Les précèdent ou bien les suivent Les charrettes dont les convois dérivent Vers les hameaux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2021

Gilles Baudry (1948 -) : Concert « Dixit Dominus » de Haendel

  Concert « Dixit Dominus » de Haendel   I Si nul chant n’élude la nuit si nul ne parle sans péril   d’où nous vient cet émoi           - ô mélodie – à chaque secrète inflexion ?   D’où naît ce désir tendre et véhément de serre un violon contre son cœur quand il faut épauler sa douleur jusqu’à l’accord final qui nous emporte loin de nous ?   II A l’orée du silence et de l’extase il neige sur la partition.   La... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 octobre 2021

Vicente Huidobro (1893 – 1948) : Quatre poèmes

    Quatre poèmes   1 Les heures glissent Comme des gouttes d’eau sur une vitre   Silence de minuit La peur Se déroule dans l’air   Oh... C’est une feuille On pense que la terre va finir Tout le monde dort Un soupir Dans la maison quelqu’un vient de mourir   2 Quelque chose frôle le mur On sent une âme qui veut naître Aveugle Quelqu’un cherche une porte Demain les yeux seront ouverts Un bruit On ne trouve pas Dans la vie Il y a quelquefois un peu de soleil   Elle... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 septembre 2021

Anne-José Lemonnier (1958 -) : Les yeux de l’Aven (1)

  Les yeux de l’Aven (I)   Ce texte s’inspire d’une exposition présentée au Musée des Beaux-Arts de Quimper du 12 juillet au 30 septembre 2003 : « L’aventure de Pont-Aven et Gauguin. (Note de l’éditeur)   Les barrières servaient à se dire bonjour le paysage ordonnait tous ses plans de l’enfance à la mort   Sur les lignes du blé prêtes pour un tableau le mot salut avait un double sens   J’ai pris l’alexandrin au lieu de la faucille Un secret a mûri sous la coiffe du rythme La... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 septembre 2021

Constance de Salm (1767 – 1845) : « Ô femmes, c’est pour vous... »

  Ô femmes, c’est pour vous que j’accorde ma lyre ; Ô femmes, c’est pour vous qu’en mon brûlant délire, D’un usage orgueilleux, bravant les vains efforts, Je laisse enfin ma voix exprimer mes transports. Assez et trop longtemps la honteuse ignorance A jusqu’en vos vieux jours prolongé votre enfance ; Assez et trop longtemps les hommes, égarés, Ont craint de voir en vous des censeurs éclairés ; Les temps sont arrivés, la raison vous appelle : Femmes, réveillez-vous, et soyez dignes d’elle.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :