06 mai 2018

Miguel Angel Asturias (1899 -1974) : Litanies de l’exilé / Letanías del desterrado

  Litanies de l’exilé   Et toi, l’exilé :        Être de passage, toujours de passage,            avoir la terre pour auberge      et contempler des cieux qui ne sont pas les nôtres,      vivre parmi des gens qui ne sont pas les nôtres,      fredonner des chansons qui ne sont pas les nôtres,      rire mais d’un rire qui n’est pas le nôtre, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 mai 2018

François Cheng (1929 -) : Avoir tout dit

Avoir tout dit           et ne plus rien dire Accéder enfin au chant           par le pur silence T’ouvrant là           sans retenue A l’appel d’un geai Aux cris des cigales Au pin jailli de toi           te brisant les entrailles   Sous le ciel uni Qu’effleure seul           un nuage ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mai 2018

Blaise Cendrars (1887 – 1961) : Le ventre de ma mère

   Le ventre de ma mère   C'est mon premier domicile  Il était tout arrondi  Bien souvent je m'imagine  Ce que je pouvais bien être...   Les pieds sur ton cœur maman    Les genoux tout contre ton foie  Les mains crispées au canal  Qui aboutissait à ton ventre   Le dos tordu en spirale Les oreilles pleines les yeux vides Tout recroquevillé tendu La tête presque hors de ton corps   Mon crâne à ton orifice  Je jouis de ta santé  De la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mai 2018

Arthur Rimbaud (1854 – 1891) : Après le déluge

  Après le Déluge          Aussitôt que l'idée du Déluge se fut rassise,       Un lièvre s'arrêta dans les sainfoins et les clochettes mouvantes et dit sa prière à l'arc-en-ciel à travers la toile de l'araignée.       Oh ! les pierres précieuses qui se cachaient, - les fleurs qui regardaient déjà.       Dans la grande rue sale, les étals se dressèrent, et l'on tira les barques vers la mer étagée... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 2018

René Char (1907 – 1988) : Fièvre de la Petite-Pierre d’Alsace

  Fièvre de la Petite-Pierre d’Alsace        Nous avançons sur l’étendue embrasée des forêts, comme l’étrave face aux lames, onde remontée des nuits, maintenant livrée à la solidarité de l’éclatement et de la destruction. Derrière cette cloison sauvage, au-delà de ce plafond, retraite d’un stentor réduit au silence et à la ferveur, se trouvait-il un ciel ?      Nous le vîmes à l’instant que le village nous apparut, bâtisse d’aurore et de soir nonchalant, nef à l’ancre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 mai 2018

Guillaume Apollinaire (1880 – 1918) : Vitam impendere amori

  Vitam impendere amori     L’amour est mort entre tes bras Te souviens-tu de sa rencontre Il est mort tu la referas Il s’en revient à ta rencontre     Encore un printemps de passé   Je songe à ce qu’il eut de tendre Adieu saison qui finissez   Vous nous reviendrez aussi tendre         Dans le crépuscule fané Où plusieurs amours se bousculent Ton souvenir gît enchaîné Loin de nos ombres qui reculent     Ô mains qu’enchaîne la mémoire Et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 avril 2018

Table des auteurs au 30/04/2018

Aba (Nourredine) : « Je suis comme un enfant… » (10/15) Abel (Daniel) : Amour filial (09/14) Adonis / أدونيس : l’amour où l’amour s’exile (05/15) -  Miroir du chemin, chronique des branches (05/17) - Pays des bourgeons (05/16) Afifi Matar (Mohammed) / محمد عفيفي مطر : Lune rouge (09/14) Aist (Dietmar von) : « En haut sur un tilleul… » / « Ûf der linden obene… » (10/17) Akhmatova (Anna) / Ахматова (Анна) : Epilogue, I / эпилог, I (07/15)... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Joseph Brodsky / Иосиф Александрович Бродский (1940 – 1996) : Tu galoperas dans le crépuscule

  Tu galoperas dans le crépuscule   Tu galoperas dans le crépuscule par les collines froides, sans fin, le long des bois de bouleaux qui fuient dans la nuit                               vers les maisons triangulaires, le long des ravins déserts, sur l’herbe gelée, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 avril 2018

Alain Mabanckou (1966 -) : « j’emprunte à l’oiseau… »

  j’emprunte à l’oiseau l’incertitude du prochain buisson   je ne sais quel temps il fera de l’autre côté de la migration mais le monde s’ouvre à moi riche de carrefours   que l’envol me porte me porte encore loin de la clameur loin de la basse-cour loin des coqs dressés pour le combat   ne pas changer de nom d’embranchement rester homme jusqu’au bout tant que les arbres s’enracineront à la terre   In, « Anthologie carnavalesque 2007 » Aspects éditions, 54000 Nancy, 2007 Du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 avril 2018

Pablo García Baena (1923 -) : Enfant de chœur

  Enfant de chœur   Il baisa en l’enlevant le céleste manteau ; le rochet à dentelles et amidons, frivole et sensoriel comme un jupon, fut béatement plié sur le porte-serviettes. Le cordon une fois dénoué, la soutane noire à boutonnière carminée tomba à ses pieds comme une bannière vaincue. Et glissait une ancienne odeur de salve, de mois de mai, de motets angéliques de ces choeurs grégaires du samedi. Il se vit tout nu devant le miroir brume, tel un chandelier de blé, l’enfant de chœur blond, en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :