20 novembre 2018

Maurice Bourg (1918 - ?) : En venue

  En venue        Tout ce qui fut. Tout ce qui va venir. Comme écrit, comme inscrit dans le poème.        Tout !        La Forêt, dans l’air, avant le printemps. Avec les futures envolées d’ailes. Avec les chants, avec les oiseaux qui ne sont pas encore. Avant les retombées de lumière qui deviendront vie, rythme.        Le Poème, dans l’air, avant les mots.        La Parole, avant, le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2018

Richard Rognet (1942 -) : « Tu ouvres la terre... »

  Tu ouvres la terre, tu retrouves ton premier cri, déchirure dans le tissu du temps, tu prends les sources contre toi, tu les fais courir sous ta peau, dans ta chair, comme autant de nouveaux vaisseaux,   tu creuses, creuses encore, tu retrouves les empreintes que le ciel a laissées dans tes os et sur les pierres familières où tu aimes t’asseoir, en fin d’après-midi, au bord du lac,   lorsque les constellations de l’automne se confondent avec celles des vaguelettes qui viennent s’effacer lentement... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2018

Voltaire (1694 -1778) : A Madame Lullin

  A Madame Lullin   Hé quoi ! vous êtes étonnée Qu’au bout de quatre-vingts hivers, Ma muse faible et surannée Puisse encor fredonner des vers ?   Quelquefois un peu de verdure Rit sous les glaçons de nos champs ; Elle console la nature, Mais elle sèche en peu de temps.   Un oiseau peut se faire entendre Après la saison des beaux jours, Mais sa voix n’a plus rien de tendre, Il ne chante plus ses amours.   Ainsi je touche encor ma lyre Qui n’obéit plus à mes doigts ;... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 novembre 2018

Roland Topor (1938 -1997) : « Merci ô mes amis... »

  Merci ô mes amis De m'avoir égorgé si promptement Avec une serviette autour du cou Pour protéger mon col de chemise Merci pour la beauté du geste La suavité du toucher L'élégance du tracé La discrétion exquise de la plaie La vivacité du coloris Merci pour le soutien moral Les encouragements les tapes dans le dos Les bons sourires amicaux Moi aussi je vous souris Doublement Au-dessus et au-dessous du menton     Pense-bêtes Le cherche midi éditeur, 1992
Posté par bernard22 à 23:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 novembre 2018

Jean-Pierre Abraham (1936 – 2003) : Poète foutu

  Poète foutu   « Je suis passé le voir Il avait encore bu Pour oublier les mots Que lui seul pouvait dire »   Compère qu’as-tu vu ? Editions Le temps qu’il fait, 1993
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2018

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич Лермонтов (1814 – 1841) : Monologue / Монолог

Monologue   Non, crois-moi, n’être rien est un bien en ce monde : A quoi bon le savoir, le désir de la gloire, Le talent ou l’ardent amour de vivre libre Si nous ne pouvons pas en faire usage ? Enfants du Nord, Comme le font nos plantes, A peine en fleur, nous nous sentons faner... Soleil d’hiver dans un ciel de grisaille, C’est notre morne vie. Un cours si monotone si fugace... Et l’on se sent comme étouffer chez nous, Le cœur est triste, l’âme se morfond... Sans vivre ni amour ni amitié En vain orages... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2018

Jean Malrieu (1915 – 1976) : Le plus beau jour

Le plus beau jour     S’il pouvait faire un temps à mettre un chien dehors Si je pouvais avoir un cœur à fendre pierre Si l’amour devenait plus lâche que la mort Si nous étions des morts pour parler de la vie Si nous étions heureux pour ne plus rien nous dire Si nous étions vivants pour pouvoir nous aimer Si le monde n’était pas fait pour le refaire Si tu n’existais pas pour pouvoir t’inventer.     Préface à l’Amour Edition des Cahiers du Sud, Marseille, 1953 Du même auteur : Le veilleur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2018

Malcolm de Chazal (1902 – 1981) : « L’air... »

  L’air A toujours Raison Du vent.      * L’air N’a pas De Cartouches De dynamite.      * La seule chose Qui ne connaisse Pas Son épaisseur Est l’air.   Poèmes Editions Jean-Jacques Pauvert, 1968
Posté par bernard22 à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2018

Jules Supervielle (1884 – 1960) : Prière à l’inconnu

  Prière à l’inconnu     Voilà que je me surprends à t'adresser la parole,  Mon Dieu, moi qui ne sais encore si tu existes Et ne comprends pas la langue de tes églises chuchotantes,  Je regarde les autels, la voûte de ta maison  Comme qui dit simplement : « voilà du bois, de la pierre,  Voilà des colonnes romanes. Il manque le nez à ce saint  Et au-dedans comme au-dehors, il y a la détresse humaine. »  Je baisse les yeux sans pouvoir m'agenouiller pendant la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2018

André Pieyre de Mandiargues (1909- 1991) : Les filles des gobes

  Les filles des gobes   Dans un de ces jours-là qui sont pâles et gris Comme les flancs humides de la craie Dans le jour gris d’une marée de novembre Qui attire très loin le bord bruissant de l’eau Un homme inquiet regarde le ciel noir Entre les découpures de la crête de marne Au-dessus de la crête le ciel sombre où passent Des voiliers d’oies sauvages en route vers le sud.    Il faut descendre encore un peu parmi les éboulis Aller sur le chemin des ramasseurs d’épaves De l’autre côté d’un tas... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :