17 février 2015

Bernard Binlin Dadié (1916 –2019) : Nous avons dansé

Nous avons dansé   Nous avons dansé, dansé, Secoué nos misères pour faire briller nos rêves, frappé le sol de toutes nos forces pour en faire jaillir le flot de chansons. Le vent, en nos mains repartaient en poussière.             Nos joies en feu d’artifice           ont illuminés notre ciel.           Et les pieds endoloris, soufflant au repos ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 février 2015

Philippe Desportes (1546 – 1606) : « Las. Je ne verrai plus… »

  Las. Je ne verrai plus ces soleils gracieux Qui servaient de lumière à mon âme égarée ! Leur divine clarté s’est de moi retirée Et me laisse éperdu, dolent et soucieux   C’est en vain désormais, ô grand flambeau des cieux ! Que tu sors au matin de la plaine azurée, Ma nuit dure toujours, et la tresse dorée, Qui sert de jour au monde est obscure à mes yeux.   Mes yeux, hélas, mes yeux, sources de mon dommage, Vous n’aurez plus de guide en l’amoureux voyage, Pendant l’astre luisant qui soulait... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2015

Christiane Baroche (1935 - ) : Soleil

Soleil Hommage à Jean Cocteau   Mes yeux sont morts. Mon bonheur de lumière s’est enfoncé dans l’eau, L’interrogation de la nuit me tire A l’envers des surfaces, Je n’ai plus de la vie que sa racine obscure Et plus ne m’illumine que ton innocence Dans la tanière du jour. Enfant médiatrice, chante-moi le soleil Dans mon âme assourdie comme un bois sans clairière, Redis-moi son désordre et sa crépitation, Je ne reconnais plus que sa guenille chaude, Mes yeux sont morts de transparences.   Chante-moi les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2015

Friedrich Hölderlin (1770 – 1843) : « Je connais quelque part un château-fort …» / “ Das alte Schloss zu untergraben…”

  Je connais quelque part un château-fort Dans lequel vit un roi silencieux ; Une suite bizarre l’accompagne ; Mais il ne monte jamais aux créneaux. La chambre de ses plaisirs est cachée Et d’invisibles sentinelles veillent ; Seul, le chant des sources familières Descend à lui, du toit bariolé.   Ce que leurs prunelles claires ont vu Sous les vastes espaces constellés, Elles en font un fidèle rapport En contant d’interminables histoires. Et lui se baigne en leur flot débordant, Il y purifie... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2015

Henry Taylor (1942 - ) : Pas encore

  Pas encore   Il viendra peut-être ce jour où, dans un fauteuil,           je me perdrai lentement du regard, où, immobile à l’orée d’un champ, au bout d’un rue           que je ne pourrai reconnaître, je tenterai de retrouver le souvenir qui semblerait           faire que longue vie vaille d’être vécue,   mais aujourd’hui, presque assoupi  dans le midi, j’ai ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 février 2015

Hugo von Hofmannsthal (1874-1929) : Une aventure / Erlebnis

  Une aventure   Des vapeurs argentées emplissaient la vallée De crépuscules, comme si la lune luisait à travers les nuages. Ce n’était pourtant pas la nuit. Mes pensées crépusculaires Etaient noyées dans les vapeurs argentées de la vallée Lorsque calme, je m’enfonçai dans la mer, fileuses de transparences Et quittai la vie. Quelles fleurs merveilleuses Aux corolles sombres et brillantes étaient là !un fourré de fleurs Où rougeoyait la chaude averse d’une lumière dorée Comme un topaze. Partout L’intime... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 février 2015

François Coppée (1842 – 1908) : « Je suis un pâle enfant du vieux Paris »

  Je suis un pâle enfant du vieux Paris, et j'ai  Le regret des rêveurs qui n'ont pas voyagé. Au pays bleu mon âme en vain se réfugie, Elle n'a jamais pu perdre la nostalgie Des verts chemins qui vont là-bas, à l'horizon Comme un pauvre captif vieilli dans sa prison  Se cramponne aux barreaux étroits de sa fenêtre  Pour voir mourir le jour et pour le voir renaître.  Ou comme un exilé, promeneur assidu, Regarde du coteau le pays défendu Se dérouler au loin sous l'immensité bleue, Ainsi je fuis la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2015

Charles Bukowski : (1920 – 1994) : "elle me disait : tu es une vraie bête... / you’re a beast, she said"

  elle me disait : tu es une vraie bête avec ton gros ventre blanc et tes pieds velus. tu ne coupes jamais tes ongles et tu as des mains rondes et souples comme un chat et ton pif rouge brille comme un phare mais tu as les plus belles couilles que j’ai jamais vues. tu lâches ton foutre comme une baleine lâche son jet.   bête, tu es ma bête, et que je t’embrasse et que je t’embrasse : qu’est-ce que tu prends pour ton petit déjeuner ?   Traduit de l’américain par Gérard Guéguan In,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2015

Sully Prudhomme (1839 – 1907) : Sur l’eau

Sur l’eau   Je n'entends que le bruit de la rive et de l'eau,  Le chagrin résigné d'une source qui pleure  Ou d'un rocher qui verse une larme par heure,  Et le vague frisson des feuilles de bouleau.    Je ne sens pas le fleuve entraîner le bateau,  Mais c'est le bord fleuri qui passe, et je demeure ;  Et dans le flot profond, que de mes yeux j'effleure,  Le ciel bleu renversé tremble comme un rideau.    On dirait que cette onde en sommeillant serpente,  ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 février 2015

Jack Kerouac (1922 -1969): 162ème chorus /162nd chorus

162ème chorus     LES REVES DE BILL Filles minces en kimonos légers De soie bleue, gaze légère, Longs, et transparents, Couchées, mi-assises, Fumant de très longs tubes Dans lesquels de temps en temps Un servant met des drogues, Dans un bol central,      Et tandis qu’elles fument      Un serviteur asperge      leurs yeux de poudre             de talc Et leurs yeux battent  De joie. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :