03 octobre 2014

Ryszard Krynicki (1943 - ) : « La vie pousse… »

La vie pousse   La vie pousse comme l’étonnement et la crainte oubliées un instant dans une étreinte amoureuse, la vie pousse comme la queue devant le boulanger.   La vie pousse comme l’herbe, comme la poussière et comme la mousse comme la toile d’araignée, le givre et les taches de moisissure la vie pousse impitoyable comme la toux et l’éclat de rire ; malgré les guerres, les armistices, les pourparlers, la détente, le rideau de fer, la Société des Nations, la guerre froide, les changements de climat,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2014

Fañch Peru (1940 - ) : « Ruisseau courant sur les galets / Gouredenn war a bili … »

      Ruisseau courant sur les galets pourquoi tant de hâte à te noyer dans la mer ?   Gouredenn war a bili perak ez eus mall warnout da vont er mor d’en em veuziñ?   In revue « Hopala, N° 17, Juillet-Octobre 2004 » Association HOPALA!, 29800 Landerneau, 2004   Du même auteur : « Sur le muret du port… / War morgerenn ar porzh-mor… » (02/10/2015)   Poème précédent en breton: Gwendal Denez : Les dimanches d’hiver / Sul ar goañv... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 octobre 2014

Yosano Akiko / (与謝野晶子 (1878 – 1942) : « le printemps est si court… »

Le printemps est si court à quoi bon parler de la vie éternelle ? Murmurais-je en lui tendant mes seins   Traduit du japonais par Yves – Marie Allioux In « Poèmes de tous les jours. Anthologie proposée et commentée par Ôoka Makoto ». Picquier, 1993   Du même auteur : « sur ma peau douce et chaude… » (20/09/2016)  
Posté par bernard22 à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 septembre 2014

Alain Jégou (1948 – 2013) : « Sans forfanterie aucune… »

  "J'ai été témoin / j'ai souffert / j'étais là" Walt Whitman        Sans forfanterie aucune, ni usage d’artifices ou de clichés calqués, seulement présents dans le vif de l’action, avec juste notre fatras de peau, de frusques et de sentiments à la con, plus une plume ou un crayon pour croquer les traits de la situation.      Sans la ramener bésef pour paraître plus affranchis ou cadors que nous le sommes en réalité. Être là, morfler et essayer de témoigner. Transmettre le scoop... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 septembre 2014

Bertran Ôbrée (1967 - ) : En Automne / Enn Aotonn

En Automne   Voici des fleurs ensoleillées sur les tombes glacées, des femmes caressant les pierres noires avec des chiffons blancs, des foules marchant sur le gravier froid   La toussaint, et l’hiver qui approche dans la nuit sans fin   En Automne, les quartiers des pommiers chantent des plaintes dans les bourrasques aussi blanches que la peau des vieilles femmes qui s’éteignent Les feuilles épuisées se laissent écraser sur la terre boueuse Les pommes rêvent au pommé qui descendra dans la gorge des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 septembre 2014

Rajko Djurik / Рајко Ђурић (1947 - ) : Je suis un Yad Vashem

Je suis un Yad Vashem*   Je suis            un Yad Vashem.                        Mes doigts sont de sang et de cendres. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2014

Watanabe Hakusen / 渡辺白泉 (1913 – 1969) : « La guerre était là… »

  La guerre était là debout au fond du couloir   Traduit du japonais par Yves-Marie Allioux In « Poèmes de tous les jours. Anthologie proposée et commentée par Ôoka Makoto » Editions Picquier, 1993
Posté par bernard22 à 20:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
25 septembre 2014

Victor Segalen (1878 – 1919) : Du bout du sabre

Du bout du sabre    Nous autres, sur nos chevaux, n'entendons rien aux semailles. Mais toute terre labourable au trot, qui se peut courir dans l'herbe,    Nous l'avons courue.    Nous ne daignons point bâtir murailles ni temples, mais toute ville qui se peut brûler avec ses murs et ses temples,    Nous l'avons brûlée.    Nous honorons précieusement nos femmes qui sont toutes d'un très haut rang. Mais les autres qui se peuvent  renverser, écarter... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2014

Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont (1846 – 1870) : « J'ai vu, pendant toute ma vie… »

      (…)  J'ai vu, pendant toute ma vie, sans en excepter un seul, les hommes, aux épaules étroites, faire des actes stupides et nombreux, abrutir leurs semblables, et pervertir les âmes par tous les moyens. Ils appellent les motifs de leurs actions: la gloire. En voyant ces spectacles, j'ai voulu rire comme les autres; mais, cela, étrange imitation, était impossible. J'ai pris un canif dont la lame avait un tranchant acéré, et me suis fendu les chair aux endroits où... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2014

Gwendal Denez (? - ) : Les dimanches d’hiver / Sul ar goanv

Les dimanches d’hiver   les dimanches d’hiver sont une saloperie les églises vomissent leurs ventrées de vieux en noir sur le porche qui dérivent le long de la place inclinée du bourg et s’agglutinent autour des croix du cimetière vieux aux regards humides aux odeurs de messe et d’encens les yeux fixés sur leurs mains mains tordues mains cagneuses mains ridées mains fripées et s’éloignent lentement quand l’odeur du poulet rôti leur pique les narines rêvent-ils encore ? les dimanches d’hiver sont une... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :