11 août 2014

Matsuo Bashō / 松尾 芭蕉 (1644 –1694) : « Départ du printemps… / 行 春 や 鳥啼 魚 の 目 は 泪

    Départ du printemps les oiseaux crient Et les yeux des poissons sont en larmes   La Sente étroite du Bout-du- monde,1694 Traduit du japonais par Yves Marie Allioux in « Poèmes de tous les jours. Anthologie proposée et commentée par Ôoka Makoto Editions Philippe Picquier, 1993     Le printemps s’en va pleurs des oiseaux et poissons les larmes aux yeux.   Traduit du japonais par Joan Titus-Carmel In : « Basho : Cent onze haiku » Editions Verdier, 1998 ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 août 2014

Georges Perros (1923 – 1978) : « on meurt de rire…. »

On meurt de rire on meurt de faim On meurt pour blessure à la guerre On meurt au théâtre à la fin D’un drame où le ciel est par terre.   Il est cent façons de mourir Pour vivre on est beaucoup plus sage. Il s’agit de savoir moisir Entre l’espoir et le fromage.   Poèmes bleus, Editions Gallimard, 1962   Du même auteur : « Foutez-moi tout çà dans la mer…. » (10/08/2015) « Mon coeur bredouille… » (16/10/2016) « Il y a un bruit près de chez moi… » (16/10/2017)   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 août 2014

Joachim Du Bellay (1522 - 1560) : Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,   Ou comme celui-là qui conquit la toison,   Et puis est retourné, plein d’usage et raison,   Vivre entre ses parents le reste de son âge !     Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village  Fumer la cheminée, et en quelle saison, Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,  Qui m’est une province, et beaucoup d’avantage ?      Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 août 2014

Roger Gilbert – Lecomte (1907 – 1943) : Je n’ai pas peur du vent

    Je n’ai pas peur du vent    Toi qui hurles sans gueule Mords sans dents Fascines sans yeux Face creuse Toi qui fais bondir la pantomime des ombres et des lumières Coupe sans faux Arraches claques et bats Sans bras sans mains sans fouets sans fléau Fléau toi-même vent levant du Levant Toi qui mets le tonnerre au cœur de la forêt Et fais courir les géants de sable au désert Père des vagues des cyclones des tornades Déformant d'hystérie la face de la mer Jusqu'à la trombe Coït de l'eau salée et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 août 2014

Ahmed Abd al-Moti Hijazi (1935 - ) / عبد المعطي حجازي : Au revoir

      Au Revoir A Ragaa an-Naqqash Amis Que je crains la fin de la route Et que je crains l'adieu du soir Au revoir... Bonsoir... Au revoir... Ces mots amers Comme une mort L'homme d'un homme arraché.                Rues de la ville Bas-fonds de braises Qui ruminent le feu de midi La flamme bue depuis l'aube Malheur à qui ne rencontre que leur soleil Leurs murs leurs haies leurs murs leurs haies Carrés triangles vitres.... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 août 2014

Robert Desnos (1900-1945) : J’ai tant rêvé de toi

J’ai tant rêvé de toi        J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.      Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui m’est chère ?      J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être.      Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante  et me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 août 2014

Luis Mizón (1942 - ) : Prisons / Prisiones

Prisons    1 Ma maison est une prison du Sud un mur taché par ma voix. Je suis né en regardant un arbre Dans les tâches du mur en inventant l’horizon sur le mur lézardé. J’ai grandi entouré d’amis malchanceux : fiers mendiants du Sud. Derrière le mur je devine le vent et son échiquier de sable j’entends un métal crier de naissance en naissance  2 Je dessine des grues des chantiers avec leurs bateaux des paysages de poussière de grands eucalyptus midi éclate comme le cerveau d’un enfant plein... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 août 2014

Victor Hugo (1802 -1885) : A quoi songeaient les deux cavaliers

A quoi songeaient les deux cavaliers ...   La nuit était fort noire et la forêt très-sombre.  Hermann à mes côtés me paraissait une ombre.  Nos chevaux galopaient. A la garde de Dieu !  Les nuages du ciel ressemblaient à des marbres.  Les étoiles volaient dans les branches des arbres  Comme un essaim d'oiseaux de feu.  Je suis plein de regrets. Brisé par la souffrance,  L'esprit profond d'Hermann est vide d'espérance.  Je suis plein de regrets. O mes amours, dormez !  Or,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 août 2014

Anne Hébert ( 1916 – 2000) : Soleil dérisoire

Soleil dérisoire   Soleil jaune au poing Elle s'appelle Liberté On l'a placée sur la plus haute montagne Qui regarde la ville Et les pigeons gris l'ont souillée Jour après jour   Changée en pierre Les plis de son manteau sont immobiles Et ses yeux sont aveugles Sur sa tête superbe une couronne d'épines et de fiente   Elle règne sur un peuple de tournesols amers Agités par le vent des terrains vagues Tandis qu'au loin la ville fumante Se retourne sur son aire Et rajuste les chaînes aux chevilles des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 août 2014

Bai Qiu / 白萩 (1937 - ) : Les oies sauvages

Les oies sauvages   Nous sommes toujours en vie. Et il nous faut voler à travers le ciel infini l’horizon se dérobe de plus en plus loin et nous leurre pour nous tenir en vie. Poursuite sans trêve nous le croyons proche mais levant les yeux nous le voyons encore hors d’atteinte   le ciel est encore le ciel où volaient nos ancêtres vaste vide, exhortation immuable comme nos ancêtres nous battons encore des ailes dans le vent la même volonté nous enfonce dans un cauchemar sans fin   entre la terre noire et ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :