23 juin 2016

Johann Wolfang Goethe (1749 – 1832) : La chanson de Mignon / Mignons lied

  La chanson de Mignon   Connais-tu le pays des citronniers en fleur, Et des oranges d’or dans le feuillage sombre, Et des brises soufflant doucement du ciel bleu, Du myrte silencieux et des hauts lauriers droits ? Ne le connaîtrais-tu point ?                                             - Oh,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 juin 2016

Hélène Cadou (1922 – 2014) : « Le monde est mon beau voyage ... »

  Le monde est mon beau voyage La mer ma robe de fête   Le vent Mes sandales de feu   Chaque feuille Est un mot que j'aime   Chaque oiseau Me redit ton nom   La terre tourne Et tu me reviens   Toi le même A chaque saison                          * Ce printemps trop grand pour moi Me fait peur dit le vivant Il m’emporte à plein poumons Avec ses arbres son ciel ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2016

Yosa Buson / 与謝 蕪村 (1716 – 1783) : « Par ici, par là… »

  Par ici, par là le bruit des cascades à travers le jeune feuillage   Traduit du japonais par Cheng Wing Fun et Hervé Collet In, « Buson, le Parfum de la lune » Editions Moundarren, 2002   Du même auteur : « Mes os mêmes… » (21/06/2017) « Rien d’autre aujourd’hui... » (21/06/2018) « Braises… » (21/06/2019)  
Posté par bernard22 à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2016

Fernando Pessoa (1888 – 1935) : Passage des heures / Passagem das horas

  Passage des heures 25 mai 1916 Je porte dans mon cœur comme dans un coffre impossible à fermer tant il est plein, tous les lieux que j’ai hantés, tous les ports où j’ai abordé, tous les paysages que j’ai vus par des fenêtres ou des hublots, ou des dunettes, en rêvant, et tout cela, qui n’est pas peu, est infime au regard de mon désir.   L’entrée de Singapour, au petit jour, de couleur verte, le corail des Maldives dans la touffeur de la traversée, Macao à une heure du matin… Tout à coup je m’éveille… ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2016

Tahar Ben Jelloun : (1944 - ) : « Que de cendres dans mon crâne… »

    Que de cendres dans mon crâne qui croit encore le rêve possible que de sang sous cette terre grise que d’oliviers qui meurent à l’aube figée que de poèmes muselés dans la mort blanche Laissez-moi me rouler dans les sables pour perdre la mémoire pour ne plus parler des hommes pour ne plus fuir la mort   Les « frères » les fossoyeurs, les larmes aux yeux, massacrent      les camarades on nettoie la capitale et on se lave le sexe on préside la prière et on oublie ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 juin 2016

Olivier de Magny (1529 – 1561) : Sonnet à Mesme

    Sonnet à Mesme   Ce que j'aime au printemps, je te veux dire, Mesme ; J'aime à fleurer la rose, et l'oeillet, et le thym, J'aime à faire des vers, et me lever matin Pour, au chant des oiseaux, chanter celle que j'aime.    En été, dans un val, quand le chaud est extrême J'aime à baiser sa bouche et toucher son tétin Et sans faire autre effet, faire un petit festin Non de chair, mais de fruit, de fraises et de cresme.   Quand l'automne s'approche et le froid vient vers nous J'aime... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 juin 2016

Jean Tardieu (1903 – 1995) : La môme néant

  La môme néant   (Voix de marionnette, voix de fausset, aiguë, nasillarde, cassée, cassante, caquetante, édentée.)     Quoi qu'a dit ? - A dit rin.   Quoi qu'a fait ? - A fait rin.   A quoi qu'a pense ? - A pense à rin.   Pourquoi qu'a dit rin ? Pourquoi qu'a fait rin ? Pourquoi qu'a pense à rin ?   - A' xiste pas.   Monsieur, Monsieur Editions Gallimard, 1951   Du même auteur :  Quand bien même… (17/06/2015) Henri Rousseau, le douanier... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
16 juin 2016

Evgueni Alexandrovitch Evtouchenko / Евге́ний Алекса́ндрович Евтуше́нко (1932 - : Baby Yar

  Baby Yar   Il n’est au Baby Yar sur tant et tant de tombes Pas d’autres monuments que ce triste ravin. J’ai peur… Quel poids ici sur mes épaules tombe ! Ô peuple juif, vraiment, j’ai ton âge soudain.   Je me vois en Egypte errer aux temps antiques… Je me vois expirer cloué sur une croix ; Désormais j’appartiens à la race hébraïque Et ces marques de clous je les porte sur moi.   Me voici devenu Dreyfus, le capitaine, Et le petit bourgeois me juge, accusateur, Derrière les barreaux, pris... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 juin 2016

Roger Milliot (1927 - 1968) : « Je me forçais à naître chaque jour… »

  Je me forçais à naître chaque jour Dans l’innocence provoquée Et je finis par naître tout à fait A jamais lié à ton apparition Ce fut comme au jour premier Tu séparas ténèbres et clartés Tu séparas le doute et l’accord Tu inventas mon premier mot Et tous les autres que j’apporte Pour que s’accomplisse l’oracle Que toutes choses soit multiples   A l’orée des signes j’avance Sans cailloux de pain blanc Pour dévider ma route Mes souvenirs Au long des jours, Ton sillage cousu dans la mer Ton rire dans la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juin 2016

Aliette Audra (1897 -1962) : Pax

  Pax Ô souvent je voudrais que la vie éternelle Fût simplement cela : Quelques-uns réunis Dans un jardin qu'embaume encor la citronnelle, Réunis par amour dans l'été qui finit.     L'un d'entre eux serait juste arrivé de voyage. On le ferait asseoir près de la véranda Où est la lampe, afin de mieux voir son visage, Son uniforme usé, sa pâleur de soldat .     La plus jeune viendrait le tenir par sa manche, On n'oserait pas dire : " Tu es pâle..." Et lui, Devant cette douceur des très... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :