26 septembre 2015

Ossip Emilievitch Mandelstam / О́сип Эми́льевич Мандельшта́м (1891 – 1938) : « Homère, l’insomnie… » /Бессоница, Гомер, тугие па

  Homère, l’insomnie. Et les voiles tendues. J’ai lu jusqu’au milieu le Catalogue des vaisseaux. Cette longue couvée, ce long envol de grues Sauvages qui jadis franchit le ciel de Grèce.   Grues s’enfonçant en coin vers d’étranges confins, (L’écume divine ceint la tête des rois) Vers quels ports voguez - vous ? O guerriers achéens, Vous seriez- vous, sans Hélène, souciés de Troie ?   Tout est mû par l’amour – Homère et l’océan. Qui donc puis – je écouter ? Car Homère se tait. La mer est... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 septembre 2015

Victor Segalen (1878 – 1919) : Eloge et pouvoir de l’absence

Eloge et pouvoir de l’absence                                  Je ne prétends point être là, ni survenir à l’improviste, ni paraître en habits et chair, ni gouverner par le poids visible de ma personne,    Ni répondre aux censeurs, de ma voix ; aux rebelles, d’un œil implacable ; aux ministres fautifs, d’un geste qui suspendrait les têtes à mes ongles. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2015

Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont (1846 – 1870) : « Au clair de la lune, près de la mer »

      (…)      Au clair de la lune, près de la mer, dans les endroits isolés de la campagne, l'on voit, plongé dans d'amères réflexions, toutes les choses revêtir des formes jaunes, indécises, fantastiques. L'ombre des arbres, tantôt vite, tantôt lentement, court, vient, revient, par diverses formes, en s'aplatissant, en se collant contre la terre. Dans le temps, lorsque j'étais emporté sur les ailes de la jeunesse, cela me faisait rêver, me paraissait étrange; maintenant, j'y suis habitué.... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2015

Roparz Hemon (1900 – 1978) : La grande jalousie d’Emer / Gwarizi vras Emer

  La grande jalousie d’Emer   Sur les longues herbes marines Se rassemblent les cygnes. Peine et douleur. Leur bande rapide vole Et s’évanouit dans la lueur Du jour qui meurt. Là où On les vit, clairement, fuir, Descend dans la brume de mer Sur leur sillage le noir sortilège. Kouc’houlin Je t’ai apporté tous les cygnes Qui volaient sur le lac ; et je suis las D’avoir poursuivi jusqu’au coucher du soleil, Et saisi çà et là le long du rivage Les pauvres oiseaux. Ce jeu ne vaut Rien pour  un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 septembre 2015

Alphonse de Lamartine (1790 – 1869) : L’Isolement

  L'isolement   Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne, Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ; Je promène au hasard mes regards sur la plaine, Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds.   Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes,  Il serpente, et s'enfonce en un lointain obscur ; Là le lac immobile étend ses eaux dormantes Où l'étoile du soir se lève dans l'azur.   Au sommet de ces monts couronnés de bois sombres, Le crépuscule encor jette un dernier... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 septembre 2015

Arthur Cravan (1887 – 1918) : Sifflet

  Sifflet                Le rythme de l’océan berce les transatlantiques, Et dans l’air où les gaz dansent tels des toupies, Tandis que siffle le rapide héroïque qui arrive au Havre, S’avancent comme des ours, les matelots athlétiques. New York ! New York ! Je voudrais t’habiter ! J’y vois la science qui se marie A l’industrie, Dans une audacieuse modernité. Et dans les palais, Des globes, Eblouissants à la rétine, Par leurs... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2015

Tôri (? - ?) : « Martin – pêcheur… »

  Martin – pêcheur Sur tes plumes  mouillées Le reflet du soleil couchant   Traduit du japonais par Maurice Coyaud In, « Fourmis sans ombre, le livre du Haïku » Editions Phébus, 1978   kawasemi ya . nureha ni utsuru . yûhikage    
Posté par bernard22 à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 septembre 2015

Samih al-Qâssim (1939- 2014)/سميح القاسم : Lettre de prison

  Lettre de prison   Mère, Ca me fait mal mère De savoir que tu pleures Quand des amis viennent A mes nouvelles. Mais, crois – moi, mère, La beauté de la vie Est née, ici, de ma prison Et, crois – moi, mère, Mon dernier visiteur Ne sera pas l’oiseau Noir de mauvais augure. Ce doit être le jour Ce doit être le jour.   Traduit de l’arabe par Abdellatif Laabi In, « Poésie palestinienne de combat. Anthologie proposée par Abdellatif Laabi », Pierre Jean Oswald, éditeur, 1970 Du même... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 septembre 2015

Isabella Leardini (1978 –) : La colocataire aux pieds nus / La coinquilina scalza

    La colocataire aux pieds nus   Et si ce n’était pas le froid du soir qui nous pinçait les lèvres, mais la marche qui reprend, se renouvelle éveille un autre vent et tous ceux en qui j’ai cru ? Tu sais que je porte encore en moi l’envie de m’en aller comme s’achève un film, le soleil en plein visage, dans la musique qui monte, et de laisser à vos cantons de sable à vos allées de calme parfait toute fureur. * Petite fille je claquais les portes… Quand suis-je devenue la personne qui reste ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 07:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2015

Georges Séféris / Γιώργος Σεφέρης (1900 -1971) : Hélène

  Hélène   Qu’est-ce Platrès ? Et qui connaît cette île ? J’ai passé ma vie à entendre des noms inconnus : Pays nouveaux, nouvelles folies des dieux Ou des hommes ;                            mon destin qui ondoie Entre l’épée ultime d’un Ajax Et une autre Salamine M’a conduit jusqu’ici, sur cette rive. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :