17 juin 2016

Jean Tardieu (1903 – 1995) : La môme néant

  La môme néant   (Voix de marionnette, voix de fausset, aiguë, nasillarde, cassée, cassante, caquetante, édentée.)     Quoi qu'a dit ? - A dit rin.   Quoi qu'a fait ? - A fait rin.   A quoi qu'a pense ? - A pense à rin.   Pourquoi qu'a dit rin ? Pourquoi qu'a fait rin ? Pourquoi qu'a pense à rin ?   - A' xiste pas.   Monsieur, Monsieur Editions Gallimard, 1951   Du même auteur :  Quand bien même… (17/06/2015) Henri Rousseau, le douanier... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

16 juin 2016

Evgueni Alexandrovitch Evtouchenko / Евге́ний Алекса́ндрович Евтуше́нко (1932 - : Baby Yar

  Baby Yar   Il n’est au Baby Yar sur tant et tant de tombes Pas d’autres monuments que ce triste ravin. J’ai peur… Quel poids ici sur mes épaules tombe ! Ô peuple juif, vraiment, j’ai ton âge soudain.   Je me vois en Egypte errer aux temps antiques… Je me vois expirer cloué sur une croix ; Désormais j’appartiens à la race hébraïque Et ces marques de clous je les porte sur moi.   Me voici devenu Dreyfus, le capitaine, Et le petit bourgeois me juge, accusateur, Derrière les barreaux, pris... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 juin 2016

Roger Milliot (1927 - 1968) : « Je me forçais à naître chaque jour… »

  Je me forçais à naître chaque jour Dans l’innocence provoquée Et je finis par naître tout à fait A jamais lié à ton apparition Ce fut comme au jour premier Tu séparas ténèbres et clartés Tu séparas le doute et l’accord Tu inventas mon premier mot Et tous les autres que j’apporte Pour que s’accomplisse l’oracle Que toutes choses soit multiples   A l’orée des signes j’avance Sans cailloux de pain blanc Pour dévider ma route Mes souvenirs Au long des jours, Ton sillage cousu dans la mer Ton rire dans la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juin 2016

Aliette Audra (1897 -1962) : Pax

  Pax Ô souvent je voudrais que la vie éternelle Fût simplement cela : Quelques-uns réunis Dans un jardin qu'embaume encor la citronnelle, Réunis par amour dans l'été qui finit.     L'un d'entre eux serait juste arrivé de voyage. On le ferait asseoir près de la véranda Où est la lampe, afin de mieux voir son visage, Son uniforme usé, sa pâleur de soldat .     La plus jeune viendrait le tenir par sa manche, On n'oserait pas dire : " Tu es pâle..." Et lui, Devant cette douceur des très... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
13 juin 2016

Yves Bonnefoy (1923 - 2016 ) : L’été de nuit

    L’été de nuit   I Il me semble, ce soir,   Que le ciel étoilé, s'élargissant, Se rapproche de nous ; et que la nuit, Derrière tant de feux, est moins obscure.   Et le feuillage aussi brille sous le feuillage.  Le vert, et l'orangé des fruits mûrs, s'est accru,  Lampe d'un ange proche ; un battement  De lumière cachée prend l'arbre universel.   Il me semble, ce soir. Que nous sommes entrés dans le jardin, dont l'ange A refermé les portes sans retour. II ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juin 2016

Wisława Szymborska : Monologue pour Cassandre / Monolog dla Kasandry

  Monologue pour Cassandre   C’est moi, Cassandre. Et voici ma cité recouverte de braises. Et voici mon bâton, mes rubans de prophète. Et voici ma tête pleine d’incertitudes.   C’est vrai, je triomphe. Le feu de ma raison lèche la voûte céleste. Seuls les prophètes que personne ne croît jouissent de tels spectacles ; seuls ceux qui s’y sont assez mal pris pour que tout s’accomplisse aussi rapidement comme s’ils n’avaient pas existé.   Je me souviens maintenant, très distinctement de ceux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 juin 2016

Stéphane Mallarmé (1842 – 1898) : Le Tombeau d’Edgar Poe

  Le tombeau d'Edgar Poe   Tel qu'en Lui-même enfin l'éternité le change, Le Poëte suscite avec un glaive nu Son siècle épouvanté de n'avoir pas connu Que la mort triomphait dans cette voix étrange ! Eux, comme un vil sursaut d'hydre oyant jadis l'ange Donner un sens plus pur aux mots de la tribu, Proclamèrent très haut le sortilège bu Dans le flot sans honneur de quelque noir mélange. Du sol et de la nue hostiles, ô grief ! Si notre idée avec ne sculpte un bas-relief Dont la tombe de Poe éblouissante... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 juin 2016

David – Herbert Lawrence (1885 -1930) : Désir de printemps / Craving for spring

  Désir de printemps   Je voudrais que ce fût le printemps dans le monde.   Que le printemps soit ! Viens, bouillonnement, ondée montante de sève ! Viens, flux de création ! Viens, vie ! monte à travers toute cette décomposition, Viens, balaie ces exquises, ces sinistres premières fleurs, qui sont plutôt dernières fleurs ! Viens, dégèle leur froid présage, dissous-les : perce-neige, raideurs, exhalaisons veinées de mort des crocus, blancs,      violets, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juin 2016

Maurice Maeterlinck (1862 – 1949) : « On est venu dire… »

  On est venu dire,      (Mon enfant, j’ai peur !) On est venu dire,      Qu’il allait partir…   Ma lampe allumée,      (Mon enfant, j’ai peur !) Ma lampe allumée,      Me suis approchée…   A la première porte,      (Mon enfant, j’ai peur !) A la première porte,      La lampe a tremblée…   A la seconde porte,      (Mon enfant, j’ai peur !)... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 juin 2016

Ilarie Voronca (1903 – 1946) : Eloge du silence

  Eloge du silence   Loué sois-tu silence qui entoures la pensée Le mot ne vient qu’après. Mais entre lui et la pensée Qu’il exprime, il y a cette bande suave de silence Comme un jardin entre la maison et la haie-vive.   C’est ainsi que le nageur avant de plonger dans l’eau Emplit ses poumons et retient son souffle C’est ainsi que l’idée – qui était temps -  devient parole      - qui est espace C’est ainsi qu’entre poème et vers se situe le blanc.   Et peut-être qu’autour de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :