29 juillet 2015

Georges Fourest (1867- 1945) : Le Cid

  Le Cid Va, je ne te hais point ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juillet 2015

Benjamin Péret (1899 – 1959) : Allo

    Allo   Mon avion en flammes mon château inondé de vin du Rhin mon ghetto d'iris noirs mon oreille de cristal mon rocher dévalant la falaise pour écraser le garde-champêtre mon escargot d'opale mon moustique d'air mon édredon de paradisiers ma chevelure d'écume noire mon tombeau éclaté ma pluie de sauterelles rouges mon île volante mon raisin de turquoise ma collision d'autos folles et prudentes ma plate-bande sauvage mon pistil de pissenlit projeté dans mon oeil mon oignon de tulipe dans le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2015

Gérard de Nerval (1808 – 1855) : Epitaphe

  Epitaphe    Il a vécu tantôt gai comme un sansonnet, Tour à tour amoureux insoucieux et tendre, Tantôt sombre et rêveur comme un triste Clitandre. Un jour il entendit qu'à sa porte on sonnait.   C'était la Mort ! Alors il la pria d'attendre Qu'il eût posé le point à son dernier sonnet ; Et puis sans s'émouvoir, il s'en alla s'étendre Au fond du coffre froid où son corps frissonnait.   Il était paresseux, à ce que dit l'histoire, Il laissait trop sécher l'encre dans l'écritoire. Il voulait... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juillet 2015

Anne Perrier (1922 - 2017 ) : Prière

Prière   Qu'on me laisse partir à présent Je pèserais si peu sur les eaux J'emporterais si peu de chose Quelques visages le ciel d'été Une rose ouverte   La rivière est si fraîche La plaie si brûlante Qu'on me laisse partir à l'heure incandescente Quand les bêtes furtives Gagnent l'ombre des granges Quand la quenouille Du jour se fait lente   Je m'étendrais doucement sur les eaux J'écouterais tomber au fond Ma tristesse comme une pierre Tandis que le vent dans les saules Suspendrait mon... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2015

Vahé Godel (1931 - ) : Murs sans fenêtres / Portes closes

  Murs sans fenêtres Portes closes   I Ici j’apprends le langage des murs : cette fissure en sait plus long que moi ce trou clame son innocence cet autre ne dit rien ce clou cache son jeu   (cette mouche immobile est le centre du monde)   II A force d’être silencieux                      et nus dépourvus de fenêtres   les murs m’ont revêtu de leur ombre ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juillet 2015

Jacques Roumain (1907 – 1944) : Bois d’Ebène : Prélude

  Bois d’ébène   Prélude.   Si l’été est pluvieux et morne si le ciel voile l’étang d’une paupière de nuage si la palme se dénoue en haillons si les arbres sont d’orgueil et noirs dans le vent et la    brume si le vent rabat vers la savane un lambeau de chant funèbre si l’ombre s’accroupit autour du foyer éteint si une voilure d’ailes sauvages emporte l’île vers les naufrages si le crépuscule noie l’envol déchiré d’un dernier mouchoir et si le cri blesse l’oiseau tu partiras   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2015

Ghérasim Luca (1913 – 1994) : La fin du monde

  La fin du monde   ...  Prendre corps Je te narine je te chevelure je te hanche tu me hantes je te poitrine je buste ta poitrine puis te visage je te corsage tu m’odeur tu me vertige tu glisses je te cuisse je te caresse je te frissonne tu m’enjambes tu m’insupportable je t’amazone je te gorge au ventre je te jupe je te jarretelle je te bas je te Bach oui je te Bach pour clavecin sein et flûte   je te tremblante tu me séduis tu m’absorbes je te dispute je te risque je te grimpe tu me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juillet 2015

Walid Khaznadar (1950 -) : Ce jour - là

Ce jour-là   Rien n’a changé en lui La table et sa chaise sont sur le balcon Son livre est ouvert à la dernière page Son cendrier, ses papiers… Il dessinait un brin de basilic chaque fois qu’il avait mal, Un oiseau lorsqu’une mort était annoncé à la radio Et après le second verre Il dessinait des figures obscures et mystérieuses   Rien n’a changé en lui Mais, depuis ce jour-là, il n’est plus revenu à sa chaise Il n’a plus jamais accordé d’attention Au bruit des bottes Depuis ce jour-là son rire fraternel ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 juillet 2015

José Manuel Caballero Bonald (1926 - ) : Verset de la genèse / Versículos del génesis

  Versets de la genèse   Par les fenêtres, par les trous de serrure et les racines, par les orifices et les fentes, par les dessous de porte, la nuit entre.   La nuit entre comme un crime dans les brisants de la vie, elle parcourt salles d’hôpitaux, chambres de bordel, églises, alcôves, cellules, cahutes, et aux commissures des lèvres la nuit entre aussi.   La nuit entre comme une masse de mer vide et de caverne, elle se répand sur les bords de l’alcool et de l’insomnie, elle mord les mains... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juillet 2015

Shizhi / 食指(1948 - ) : Colère

  Colère    Ma colère déjà n’est plus ce torrent de larmes ni ce feu ravageur impossible à endiguer surtout je ne compte pas qu’on m’aide à me venger même si autrefois il y eut de tels moments ma colère n’est plus révolte contre l’injustice ni besoin inlassable de faire entendre raison surtout pas par des cris à gorge déployée même si autrefois il y eut de tels moments bien que mon visage garde encore un air enfantin même si je ne puis dire encore ma force dans mon cœur non mâture la colère est déjà... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :