21 avril 2022

Paul Dirmeikis (1954 -) : L’anneau des frontières (I-XI)

  L’anneau des frontières   I Encore en moi maints gestes terminent cette course où nés avant de naître ils naissent de n’être pas Ils poursuivent entre mes bras leur destin de silex commun aux brumes des îles et aux départs des femmes   Je ne suis sûr de rien ni même du doute En bien des terres lointaines j’ai mes servants pieux récoltant cette épice d’être plus qu’on ne peut (le frottement de maints exils exhale ce nom que nul ne m’a donné)   Jamais vos paroles ne viennent de vous Jamais je ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 avril 2022

Ryōkan Taigu / 大愚 良寛 (1758 – 1831) : Le ciel est bleu et froid

  Le ciel est bleu et froid, les oies sauvages crient la montagne est dépouillée, les feuilles des arbres volent au soleil couchant, sur le sentier du village d’où montent les fumées, seul, avec mon bol vide je rentre   Traduit du japonais par Cheng Wing fun et Hervé Collet in, Ryokan : « Le moine fou est de retour » Moundarren éditeur, 78940 Millemont Du même auteur : « Le voleur parti... » (27/08/2019)
Posté par bernard22 à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 avril 2022

Jude Stéfan (1930 - 2020) : La main d’Emma

  La main d’Emma   dans la consommation des siècles et des gestes à pas de forlane s’avancera l’oubli de mourir avec ta main (rosie, aimée, baisée) les yeux fixes à l’écoute de ma débâcle à peine serai-je froid plus je t’aimais plus en moi s’ouvrait l’abîme abîme de mes âges et de mes vœux intacte la jeunesse comme une dague au cœur toi qui m’ap- pris Emma à méditer sur la théière au lieu des crânes à feu terrible blanc comme un linge comme un mort ou comme un drap ou comme ta peur finie à mon chevet adieu les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 avril 2022

Cesare Pavese (1908 – 1950) : Dépaysement / Gente Spaesata

  Dépaysement   Trop de mer. Nous l’avons assez vue cette mer. Le soir, quand l’eau s’étend délavée et se perd dans le néant, mon ami la regarde fixement, je fixe mon ami et personne ne parle. La nuit, on finit par aller s’enfermer dans le fond d’un bistrot, perdus dans la fumée, et on boit. Mon ami a ses rêves (les rêves qu’accompagnent les vagues qui déferlent sont un peu monotones) où l’eau n’est qu’un miroir, entre une île et une autre, de collines que diaprent cascades et fleurs sauvages. C’est comme ça... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 avril 2022

Max Jacob (1876 – 1944) : Autre personnage du bal masqué

Pierre de Belay (1890-1947) - Portrait de Max Jacob, 1933 - huile sur toile, 130 x 97,5 cm - Musée national d'art moderne, Paris   Autre personnage du bal masqué   Réparateur perclus de vieux automobiles l’anachorète, hélas ! a regagné son nid. Par ma barbe ! je suis trop vieillard pour Paris : l’angle de ses maisons m’entre dans les chevilles. Mon gilet quadrillé a, dit-on, l’air étrusque et mon chapeau marron va mal avec mes frusques. Avis ! C’est un placard qu’on a mis sur ma porte : ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 avril 2022

Peter Huchel (1903 -1981) : Île du sud / Südliche insel

Peter Huchel par Davide Racca   Île du Sud Pour Walter Jens   Ile de rochers, Ile de tortues, La pierre fendillée respire telle un volcan, Là où sous les sources La terre attise son feu sombre.   Des agaves lèvent les lances, Portent l’éponge trempée de vinaigre A la bouche assoiffée du ciel.   Piazza déserte. Midi frappe Le cercle brûlant Avec le compas du soleil. Sur le toit en terrasse, L’aire de la pluie, Sèchent des figues et des grappes de raisin. Les citernes sont vides. Quand le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 avril 2022

Salvatore Quasimodo (1901 – 1968) : Temple de Zeus à Agrigente / Tempio di Zeus Ad Agrigento

  Temple de Zeus à Agrigente   La jeune fille assise dans l’herbe relève les cheveux rêches de sa nuque et rit de sa course et du peigne égaré. Elle ne dit pas sa couleur, s’il fut arraché par la main de feu qui salue au loin derrière un amandier, où s’il finit sur la mosaïque du cerf grec au bord du fleuve, ou dans un fossé d’épines violettes. Et elle rit, la folie des sens, elle ne cesse de rire sur sa peau de canicule à midi de l’île, et l’abeille luisante siffle et décoche ses venins, ses pièges pour... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2022

L’épopée de Gilgameš (2100 avant J.C.) : Tablette I : les deux héros

  L’épopée de Gilgameš (Version ninivite)   TABLETTE I Les deux héros   Présentation du héros      Je vais présenter au monde           Celui qui a tout vu,      Connu la terre entière,           Pénétré toutes choses,      Et partout exploré           Tout ce qui est caché !      Surdoué... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 avril 2022

Saphô / Σαπφώ (vers 630 – vers 580 av. J. C.) : « Je ne change point... »

Statue de Sapho par Pierre Travaux, 1859. Musée du Louvre   Je ne change point, ô vierges de Lesbos ! Lorsque je poursuis la Beauté fugitive, Tel le Dieu chassant une vierge au peplos Très blanc sur la rive. Je n’ai point trahi l’invariable amour. Mon cœur identique et mon âme pareille Savent retrouver, dans le baiser d’un jour, Celui de la veille. Et j’étreins Atthis sur les seins de Dika. J’appelle en pleurant, sur le seuil de sa porte, L’ombre, que longtemps ma douleur invoqua, De Timas la morte. Pour... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 avril 2022

Johannes Kühn (1934 -) : Migration vers le sud / Südflug

  Migration vers le sud   S’élevant dans le ciel, dans le ciel, prêts à partir – Les oiseaux se sont rassemblés, chantant encore l’automne, mais pas trop, pour le reste, déjà leur cœur se chauffait d’un ardent désir d’aller vers le sud. Là-bas ,sur les fils, là-bas, près des ruisseaux je les ai encore vus, en était réjoui. Puis de les voir partir si vite, cela m’attrista. Pas un rayon de soleil, pas un paysage nuageux encore chaud ne pouvait les retenir. 08. 11. 2016   Traduit de l’allemand par... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :