27 août 2019

Alfonso Gatto (1909 – 1976) : « Les soirs reviendront... / « Torneranno le sere ... »

  Les soirs reviendront   Les soirs reviendront tiédir dans le bleu les places, aux murs blancs la lune, haut, montera de la mer et dans la crue des jardins le vent dru de maisons, d’arbres, d’étoiles passera dans le grand air serein. Reviendront en rêve jusqu’aux voix des familles éclairées au dîner, la rapide ivresse de leur rire.   Ô fenestrelles, puis, loggias, vitres attachées à la vie, à la lueur des frais plaisirs et de regrets, ô lune neuve sur ma mémoire, revenez comme l’aube avec ce chant ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 août 2019

Pir Sultan Abdal (1480 – 1550) : « Ne chante plus rossignol ... »

  Ne chante plus rossignol, ma vigne n'est plus gaie ami sans repos je me consume pour toi ma mèche est épuisée la cire en a fondu ami sans repos la douleur me consume.     Je suis comme le torrent qui éclate à la mer je ressemble à la rose ouverte hors saison je ressemble aux cendres dont le feu se noircit ami sans repos ton amour me consume.     Par les courriers tu auras de mes nouvelles bande mes plaies en même temps que celle des martyrs j'ai erré quarante ans avec les cerfs dans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2019

Denis Rigal (1938 -) : Adagio

  Adagio   Sous les grises nuées cahoteuses et le vent froid dans la chair, poursuivi cherche encore choses jolies tristes un peu à dire au soir comme la joie des baigneuses sur l’eau perdue ou bien les petits pas du cœur la cendre tiède close le feu cerné la survivance                          cherche mots et mystères pour tenir lieu sinon le temps et ce serait sagesse et ce serait   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 août 2019

Bernadéte Bidàude (1968 -) : « Comme mille signatures ... »

            Comme mille signatures      sur nos peaux de vivants,      cicatrices et brûlures      ampoule grattée jusqu’au sang      mille et une traces sur la peau de nos âmes      mille et une rides nous racontent et nous tissent      grains de sable, égratignures      raies blanches et coutures      brûlures et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 août 2019

Jean de Sponde (1557 – 1595) : « Qui sont, qui sont ceux-là ... »

  Qui sont, qui sont ceux-là, dont le coeur idolâtre Se jette aux pieds du Monde, et flatte ses honneurs, Et qui sont ces valets, et qui sont ces Seigneurs, Et ces âmes d'Ebène, et ces faces d'Albâtre ?     Ces masques déguisés, dont la troupe folâtre S'amuse à caresser je ne sais quels donneurs De fumées de Cour, et ces entrepreneurs De vaincre encor le Ciel qu'ils ne peuvent combattre ?     Qui sont ces louvoyeurs qui s'éloignent du Port ? Hommagers à la Vie, et félons à la Mort, Dont... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 août 2019

Jean-Antoine de Baïf (1532-1589) : Du printemps

   Du printemps   La froidure paresseuse De l'hiver a fait son temps : Voici la saison joyeuse Du délicieux printemps.   La terre est d'herbes ornée, L'herbe de fleurettes l'est ; La feuillure retournée Fait ombre dans la forêt.   De grand matin, la pucelle Va devancer la chaleur Pour de la rose nouvelle Cueillir l'odorante fleur ;   Pour avoir meilleure grâce, Soit qu'elle en pare son sein, Soit que présent elle en fasse A son ami de sa main ;   Qui de sa... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 août 2019

Maurice Carême 1899-1978) : La morte

  La morte     Il entendit la mort Derrière cette porte, Il entendit la mort Parler avec la morte.     Il savait que la porte Etait mal refermée Et que, seule, la mort En possédait la clé.     Mais il aimait la morte Et quand il l’entendit, Il marcha vers la porte Et l’ouvrit. Il ne vit     Ni la mort ni la morte ; Il entra dans la nuit Et doucement, la porte Se referma sur lui.     Petites Légendes Les Editions du Sablier,1949
Posté par bernard22 à 00:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 août 2019

Dino Campana (1885 – 1932) : Poésie facile /Poesia facile

  Poésie facile   Paix je ne cherche, guerre ne supporte Tranquille et seul vais par le monde en rêve Empli de chants étouffés. Je désire La brume et le silence en un grand port.   Un grand port empli de voiles, voiles légères Parées à se lancer vers l’horizon azur Doucement ondulant, tandis que le murmure Du vent passe tramant des accords éphémères.   Et ces accords le vent au loin se les emporte Au lointain par-dessus l’océan inconnu. Rêve. La vie est triste et je suis seul   Oh quand oh... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 août 2019

Kadia Molodowski (1894 – 1975) / קאַדיע מאָלאָדאָװסק : Dieu de miséricorde

  Dieu de miséricorde   Dieu de miséricorde, Choisis un autre peuple Elu. Nous sommes las de mourir, d’être morts Et nous n’avons plus de prières, Choisis un autre peuple Elu. Nous n’avons plus assez de sang Pour être des victimes. Notre demeure est devenue un désert Et la terre pour nous est avare de tombes, Plus de Livre pour nous des Lamentations Plus de complaintes Dans les vieux livres saints.   Dieu de miséricorde, Sanctifie un autre pays, Un autre mont. Nous avons dispersé notre cendre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 août 2019

Alfred de Musset (1810 – 1857) : Rappelle-toi

  Rappelle-toi   Vergiss Mein Nicht   Paroles faites sur la musique de Mozart               Rappelle-toi, quand l’Aurore craintive           Ouvre au Soleil son palais enchanté ;           Rappelle-toi, lorsque la nuit pensive           Passe en rêvant sous son voile argenté ; A l’appel du plaisir lorsque ton sein... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :