25 novembre 2019

Alphonse Esquiros (1812 – 1876) : « Comme le grand lion de la ménagerie... »

  Comme le grand lion de la ménagerie, Captif au mois de mai dans des barreaux de fer, Crispant son front terrible et sa face amaigrie, Jette superbement sa chevelure en l'air,   Lorsque le vent du sud aux haleines plus lentes, Comme un souffle sorti du sein de Caliban, Apporte, vers le soir, dans le Jardin des Plantes, Le parfum résineux du cèdre du Liban,   Moi, dans cette saison où renaît le bocage, Soulevant vers le ciel ma tête avec fierté, Je rugis quand je sens pénétrer dans ma cage ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2019

Mikha’il Nou’Ayma / ميخائيل نعيمة (1988 – 1889) : Le fleuve gelé

  Le fleuve gelé   Ô fleuve, tes eaux se sont-elles enfoncées dans la terre de telle sorte que tu as cessé de murmurer ?   Ou bien as-tu vieilli et ton initiative affaiblie t’a fait renoncer à poursuivre ton chemin ?   Hier encore tu chantais d’une voix douce, frayant ton trajet d’allégresse parmi les vergers et les fleurs.   Tu récitais la vaste chanson du monde captée à la source des traditions qu’ont léguées les siècles successifs.   Hier encore tu allais bravement ton... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2019

Rainer - Maria Rilke (1875 – 1926) : « Nul ne sait... »

  Nul ne sait, combien ce qu’il refuse, l’invisible, nous domine, quand notre vie à l’invisible ruse cède, invisiblement.   Lentement, au gré des attirances notre centre se déplace pour que le cœur s’y rende à son tour : lui, enfin Grand-Maître des absences.   Vergers suivi des Quatrains valaisans Editions Gallimard, 1926 Du même auteur : Naissance de Vénus / Geburt der Venus (23/11/2014) Nordsee, I (23/11/2015) Soir en Scanie / Abend in Skåne (23/11/2016) Deuxième élégie / Zweite... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2019

Torquato Tasso / Le Tasse (1544 – 1595) : Ciel et mer

  Ciel et mer   Craton, songe à la mer maintenant que son flot S’assoupit sur la grève et que le vent se tait ; Vois la nuit dans le ciel déployer son manteau Noir et bleu, fastueux, éclaboussé de gemmes.   Contemple toute nue et sans la moindre nue Nager dans l’océan de l’espace étoilé Et mêler la blancheur splendide de leurs corps La Lune et tout autour les Nymphes du ciel.   Regarde brasiller sur ces plages distinctes Et s’abattre, fondant une même splendeur : Les étoiles-poissons et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2019

Miguel D’ors (1946 -) : « Comment appeler l’oiseau... »

  Comment appeler l’oiseau pour que du vers il se lève et s’envole et s’égare de branche en branche, comment ? Comment appeler le fleuve sans interrompre son chant ni taire son écoulement ? Comment faire pour que le nom de la rose conserve son parfum ? Comment dire sable et sentir la caresse d’une main dorée, et comment faire pour que le soleil et le vent, le feu et les automnes demeurent dans le poème ? Ah, où apprendre cette magie de disposer le nom des choses de façon à ce que le lecteur de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 novembre 2019

Kamal Ibrahim (1942 -) : « Mes morts portent des bas... »

  Mes morts portent des bas Mes terres se tuent pour un plaisir Mes mains m’écoutent enfin Je mange un mètre de stupeur         Je mère avec l’obscur Un doigt que colombe la mort Je reste avec le bruit Je larve mon cri D’un temps qui neige au ralenti Je verse l’ici Je père mon sexe rajeuni         A chaque venin L’entendre terre Près du froid qui a mis un lac Dans la femme disais-je A double sang Vers la chose qui s’étoile   Tu as pris un ventre à l’amour ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2019

Richard Rognet (1942 -) : « Tu vois que les roses ... »

  Tu vois que les roses finissantes soutiennent la clarté jusqu’aux fenêtres de ta chambre, tu leur dis, aux roses, de ne pas laisser le jour se replier comme une aile malade, qu’il peut espérer l’amitié de leurs pétales – et même, tu devines, dans cette apparente fragilité, que le monde reprendra force, après un hiver redouté qui passera sans trop de peine et d’abandon.   C’est comme cela que se pensent la joie, les champs à l’horizon, la tranquillité des chemins, des pierres, des murs dans l’attente d’on... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2019

Voltaire (1694 – 1778) : Le loup moraliste

  Le loup moraliste               Un loup, à ce que dit l’histoire, Voulut donner un jour des leçons à son fils,           Et lui graver dans la mémoire, Pour être honnête loup, de beaux et bons avis. « Mon fils, lui disait-il, dans ce désert sauvage, A l’ombre des forêts vous passez vos jours ; Vous pourrez cependant avec de petits ours Goûter les doux plaisirs qu’on permet à votre âge. Contentez-vous du peu que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2019

Joyce Mansour (1928 – 1986) : « Les vices des hommes... »

  Les vices des hommes Sont mon domaine Leurs plaies mes doux gâteaux J’aime mâcher leurs viles pensées Car leur laideur fait ma beauté.   Cris Editions Seghers, 1953 Du même auteur : Bleu comme le désert (21/01/2014)  Le téléphone sonne (21/01/2015) Chant arabe (21/01/2016)  « Vous ne connaissez pas… » (21/01/2017) Trous noirs (21/02/2018)
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 novembre 2019

Jean – Pierre Abraham (1936 – 2003) : « Elle ouvre la porte... »

  Elle ouvre la porte Se penche Laisse couler de ses doigts Le chat dans la nuit   Compère qu’as-tu vu ? Editions Le temps qu’il fait, 1993   Du même auteur : Poète foutu (16/11/2018)
Posté par bernard22 à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :