09 septembre 2020

Philippe de Thaun (1100 - ?) : La sirène

  "Bestiarius de Philippe de Thaon (Bibliothèque royale de Copenhague)   La sirène   Sirène la mer hante, Dans la tempête chante, Et pleure par beau temps, Car tel est son talent. De femme elle a la forme Jusques à la ceinture Et les pieds de faucon Et la queue d'un poisson. Quand se veut réjouir, Haut et clair elle chante Et quand le nautonier Qui va sur mer l'entend, Il en oublie sa nef  Et bientôt il s'endort. Gardez-en la mémoire,  Car cela a du sens.   Que sont... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2020

Hélène Cadou (1922 – 2014) : « Déjà je ne trouve plus ton visage... »

  Déjà je ne trouve plus ton visage Qui dérive sous l’épaisseur des jours Et déjà ta voix m’arrive si basse Que je ne sais plus écouter ton chant Me faudra-t-il oublier ton image Me perdre sans toi dans une autre nuit Pour qu’au fond de l’ombre et de la souffrance Naisse le printemps qui nous est promis.   Tu m’es revenu ce matin Le soleil est sur la maison Si je savais le retenir Dans la corbeille d’un beau jour Peut-être viendrais-tu parfois Faire halte au milieu de ta nuit Et dormir encore avec moi ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 septembre 2020

Adèle Nègre (1965 -) : « Tu ne tonitrueras pas... »

  Tu ne tonitrueras pas tu ne tu de tes buissons criants d’oiseaux tu ne dépasseras pas tes robes profondes ne soulèveras         Il y a quand même nourries de couleur rouge alerte ces bouches fleurs ouvertes au talus l’œil et le cri utopique figure cependant du sujet un relais         Cet ardent dedans que ravive le rouge coq froissement langue de rien flageolant sur sa jambe grêle à mon approche         Je danse avec ma peau et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
05 septembre 2020

Denise Le Dantec (1939 -) : « Ah ce voyage en Cornouailles... »

  Ah ce voyage en Cornouailles   Il était l’Ange et j’étais l’Ouaille Charriant des tombereaux de boue dans les brouillards et cornes de brume des      bords de mer Les grandes oreilles des grands genêts s’agitent Et vierges dans leurs vols en mouchoirs De Land’s End à John O’ Groats Les mouettes pucelles se posent      sur les capots rouges des couchants   Que ne puis-je lécher ce sang qui court de      leurs becs au passage dans les vagues ou,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 septembre 2020

Victor Segalen (1878 – 1919) : Vent des Royaumes

  Vent des Royaumes     Lève, voix antique, et profond Vent des Royaumes.      Relent du passé ; odeur des moments défunts.      Long écho sans mur et goût salé des embruns      Des âges ; reflux assaillant comme les Huns.   Mais tu ne viens pas de leurs plaines maléfiques :      Tu n'es point comme eux poudré de sable et de brique,      Tu ne descends pas des plateaux géographiques ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 septembre 2020

Tudor Arghezi (1850 – 1889) : « Non, jamais l’automne... » / « Niciodată toamna... »

  Non, jamais l’automne...   Non, jamais l’automne n’a été aussi beau A notre âme avide d’une mort qui soulage. La plaine est couverte d’or et soie à nouveau, Et les arbres tissent des brocarts aux nuages. Les maisons amassées, cruches sans pareilles, Aux panses remplies d’un vin gros et très fort, Sont là sur la rive du fleuve de soleil, A la vase duquel nous avons bu tant d’or.   Les oiseaux noirâtres filent vers l’occident Comme la feuille malade du charme dur Qui vite se dépouille, bien haut secouant... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2020

Kenneth White (1936 -) : La rivière qui traverse le temps

  La rivière qui traverse le temps   1. Biographie        Elle descend des montagnes noires      terre de mémoire et de météores        quand      dans le pays des Causses      elle voyage      sur la roche calcaire      elle semble vouloir revenir en arrière      se lovant      en longs et sombres méandres   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2020

Henri Meschonnic (1932 – 2009) : « des cheveux tremblent sur des pierres ... »

1984   des cheveux tremblent sur des pierres je vois les confondus en terre les gestes creux les ventres de la vie dans un sol où se fondent des os une terre écorchée de légende les cris de ces yeux gouttent sur l’herbe je plonge mes bras dans le vivier des morts *** tous ces corps déversés sont une pluie tarie la peau des cris est une plaie  près de leur bouche  et mes yeux de jeunesse une mer ensemencée de ces cheveux collés *** les mots me vieillissent ou me font jaillir ils me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2020

Edouard Glissant (1928 – 2011) : Saison unique

  Saison unique   LES YEUX LA VOIX        Les flambeaux s’accusaient de la couleur noir étang de la nuit      Nos mains solubles nos airs de rapine boiseuse la paille flambée de nos yeux !      Mers, mon silence à travers vous patiemment renaît      A travers vous orées à travers vous la boue      Et la conjonction du gel et du dégel.        Autrefois autrefois ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 août 2020

Dominique Sorrente (1953 -) : Citadelles et mers

Citadelles et mers        Ainsi qu’aux lointains jours de mon enfance, toute mon âme se tend alors vers la grande voix qui se prépare à m’appeler du fonds des espaces créés. Mais mon attente est vaine. La paix qui m’environne n’est si parfaite que parce qu’elle n’a plus de nom à me donner. Elle est en moi et je suis en elle, et dans ce Lieu comme nous innommé où s’est accomplie notre union, il n’est pas jusqu’au mot le plus universel, Ici, qui n’ait perdu à jamais son sens...   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :