10 avril 2021

Jacque Réda (1929 -) : L’aurore hésite

    L’aurore hésite   Les arbres penchés dans le brouillard immobile Écoutent le cri de l'oiseau sans patrie. On passe avec effroi par le chemin de terre : La haute plaine au-delà n'existe plus, Les buissons et les pierres sont en exode. Au milieu du jardin tombé en déshérence, La source rentre sous l'argile et pas un brin D'herbe ne bouge. Mais on parle à mots couverts Derrière la clôture où s'attarde l'odeur D'un feu mouillé qui rôde. Est-ce vraiment l'aurore ? Dans le brouillard qui s'épaissit luit le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 avril 2021

Pierre Reverdy (1889 – 1960) : Trois poèmes

Pierre Reverdy par Pablo Picasso   Trois poèmes   1   Un carré de rayon s’abat sur la lumière Ailleurs il fait sombre Et je vois voler mon chapeau Et vos doigts me disent le nombre des oiseaux Qui sont dans la cage d’en face   La fenêtre fait une grimace Le rideau se lève Et celle qui me regarde est belle Derrière il y a de l’eau Une glace Et l’ombre danse à travers les carreaux   Soleil Merveille C’est une danseuse irréelle Sur le bout des arbres du boulevard. Les grelots tintent il... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
08 avril 2021

Rutebeuf (1230 – 1285) : La grièche d’été

La grièche d’été   En rappelant ma grand folie qui n’est ni gente, ni jolie mais est vilaine et vilain celui qui la conte, me plains sept jours en la semaine et par raison. Jamais nul ne fut si perdu ! En hiver toute la saison j’ai tant œuvré et je me suis tant appliqué qu’en oeuvrant n’ai rien recouvré dont je me couvre. C’est fol ouvrier et folle œuvre qui par son travail rien ne gagne : tout tourne à perte et la grièche est si experte qu’« échec » dit « à la découverte » à son... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2021

Jean Cocteau (1889 – 1963) : Le Requiem : Première période

  Le Requiem   La magnifique et sauvage déraison de la poésie vous réfute, sectateurs de l’utile. C’est justement la  volonté de se délivrer de l’utile qui élève l’homme au- ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 avril 2021

Karadja-Oghlan (17ème siècle) : « O vent de l’aube... »

  O vent de l’aube, salue la bien-aimée de ma part il m’est venu une telle envie de revoir mon pays le cœur désire, mais à quoi bon je n’y peux rien, des gens barrent notre chemin.   Le shah d’Iran nous a envoyé missive le chagrin nous a assailli de ses hordes le cruel destin nous a consumés et il a dispersé nos cendres au vent.   Mon fardeau c’est la peine, j’en achète et j’en vends je brûle et m’enfume comme la phalène dans l’autre monde je prendrai le destin à la gorge, qu’il n’abandonne pas nos roses... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2021

Herberto Helder (1930 – 2015) : Lettre de la passion / A carta da paixão

Lettre de la passion     Cette main qui trace l’ardente mélancolie de l’âge est aussi celle qui serpente aux sources de la tête, qui ouverte à l’image du monde entre les deux tempes attise le cœur somptueux. La démence sillonne sa brûlure des recoins de noirceur où se forment les saisons jusqu’au faîte, dans les soies qui glissent avec la largeur fluviale de la lumière et son écume, ou de la nuit et ses nébuleuses et le silence tout blanc. Les doigts. La montagne marche sur le cœur qui s’illumine :... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2021

Marie-Noël (1883 – 1967) : « Quand il est entré dans mon logis clos... »

Chanson   Quand il est entré dans mon logis clos, J’ourlais un drap lourd près de la fenêtre, L’hiver dans les doigts, l’ombre sur le dos... Sais-je depuis quand j’étais là sans être ?   Et je cousais, je cousais, je cousais... — Mon cœur, qu’est-ce que tu faisais ?   Il m’a demandé des outils à nous. Mes pieds ont couru, si vifs dans la salle, Qu’ils semblaient, — si gais, si légers, si doux, — Deux petits oiseaux caressant la dalle.   De-ci, de-là, j’allais, j’allais,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2021

André Velter (1945 -) : Vieux chaman

Photographie de Renaud Monfourny   Vieux chaman   Il y aurait à naître, à naître avec les mots, trouver l’autre corps de ce corps et du souffle dans les os. Il y aurait à n’être qu’un battement d’aile entre le cœur et les nerfs pour se mettre en bouche le chant de l’écorché. Il y aurait à être cette reprise du silence troué quand le vertige vide l’écho de ses propres murmures : forceps, totem, sexe, plaie ouverte...   Qui est sorti à force ? Qui lève ses interdits ? Qui marque le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2021

Vladimir Vladimirovitch Maïakovski / Владимир Владимирович Маяковский (1894 -1930) : « Ecoutez !... » / « Послушайте! ... »

  Ecoutez ! Puisqu’on allume les étoiles, C’est qu’elles sont à quelqu’un nécessaires ? C’est que quelqu’un désire qu’elles soient ? C’est que quelqu’un dit perles ces crachats ? Et, forçant la bourrasque à midi des poussières, il fonce jusqu’à Dieu, craint d’arriver trop tard, pleure, baise sa main noueuse, implore – il lui faut une étoile ! – jure qu’il ne peut supporter ce martyre sans étoiles. Ensuite, il promène son angoisse, il fait semblant d’être calme. Il dit à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2021

Marcela Delpastre (1925 – 1998) : « Comme l’eau va un jour... » / « Coma l’aiga que vai, un jorn... »

            Comme l’eau va un jour. Un jour que je m’attardais sous les trembles, un jour que le grand vent arrachait du ciel les nuées et les pauvres feuilles de l’arbre,      comme l’eau va et ne sait où elle va, une fois tu m’as regardée ; comme un rayon de soleil qui traverse un nuage et qui tombe sur l’eau, et qui vole plus loin,      ainsi tu m’as regardée ; une fois peut-être... le temps que passe l’eau, et le temps qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :