11 octobre 2019

Henri de Régnier (1864 – 1936) : La lune jaune

  La lune jaune   Ce long jour a fini par une lune jaune Qui monte mollement entre les peupliers, Tandis que se répand parmi l’air qu’elle embaume L’odeur de l’eau qui dort entre les joncs mouillés. Savions-nous, quand, tous deux, sous le soleil torride Foulions la terre rouge et le chaume blessant, Savions-nous, quand nos pieds sur les sables arides Laissaient leurs pas empreints comme des pas de sang, Savions-nous, quand l’amour brûlait sa haute flamme En nos cœurs déchirés d’un tourment sans espoir, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 octobre 2019

Lionel Ray (1935 -) : Construire

  Construire   Ces choses qui ne pèsent pas Ces ombres étranges suspendues à rien.   Ces oiseaux immobiles dans l’extrême Immensité silencieuse. Et cela   Qui s’appelle l’absence et la légèreté Ou la joie. Ah j’ai toujours aimé ce théâtre   En nous-même obscur et vide et profond Envahi de brumes et de regards,   Et l’épaisseur des attentes et ce recueillement. Ce combat pacifique   Du jour et de la nuit du désert et du bruit. Peut-être étions-nous si proches que rien   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 octobre 2019

José-Maria de Heredia (1842 – 1905) : Soleil couchant

  Soleil couchant   Les ajoncs éclatants, parure du granit, Dorent l'âpre sommet que le couchant allume ; Au loin, brillante encor par sa barre d'écume, La mer sans fin commence où la terre finit.   A mes pieds c'est la nuit, le silence. Le nid Se tait, l'homme est rentré sous le chaume qui fume. Seul, l'Angélus du soir, ébranlé dans la brume, A la vaste rumeur de l'Océan s'unit.   Alors, comme du fond d'un abîme, des traînes, Des landes, des ravins, montent des voix lointaines De pâtres... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 octobre 2019

Jean-Joseph Rabéarivelo (1901 – 1937) : « Ecoute les filles de la pluie... »

  28           Ecoute les filles de la pluie qui se poursuivent en chantant et glissent sur les radeaux d’argile ou d’herbes de glaïeuls qui couvrent les maisons des vivants.             Elles chantent, et leurs chants sont si passionnés qu’ils deviennent des sanglots et se réduisent en confidences...             Peut-être pour mieux faire entendre cet appel d’oiseaux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2019

Jacques Chessex : (1934 – 2009) : Votif

    Votif   Quand j’irai à la vraie place Au moins que ce soit un jour de cerisiers                                                et de lilas Et que ma tête ne ressemble pas encore ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2019

Alfred de Vigny (1797 – 1863) : Le Cor (I)

  Le cor I J'aime le son du cor, le soir, au fond des bois, Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois, Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille, Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.   Que de fois, seul, dans l'ombre à minuit demeuré, J'ai souri de l'entendre, et plus souvent pleuré ! Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques Qui précédaient la mort des Paladins antiques.   O montagnes d'azur ! ô pays adoré ! Rocs de la Frazona, cirque du Marboré, Cascades qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2019

Pierre Torreilles (1921 – 2005) : « Ouvrage de silence ... »

    Ouvrage de silence, ici, le vent autour de la maison, quand toute approche naît de l’équilibre immense, jardin de l’arbre et du murmure où dort le bruit de tout été,   le froid revient de l’ombre   La voix se pose                          où s’organise l’évidence ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 octobre 2019

Claudio Rodriguez (1934 - 1999) : Don de l’ivresse / Don de la ebriedad

  Don de l’ivresse   III        Le chêne, qui conserve mieux un rayon de soleil qu’un mois entier de printemps, ne sent pas la spontanéité de son ombre, la simplicité de sa croissance ; c’est à peine s’il connaît le terrain sur lequel il a poussé. Avec ce vent qui laisse sur ses branches une absence de musique, il imagine pour ses rêves un vaste plateau. Et avec quelle rapidité il s’identifie au paysage, à l’âme tout entière de sa frondaison et de moi-même. Il irait jusqu’au... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2019

Emile Verhaeren (1855 – 1916) : La pluie

  La pluie   Longue comme des fils sans fin, la longue pluie Interminablement, à travers le jour gris, Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris, Infiniment, la pluie, La longue pluie, La pluie.   Elle s'effile ainsi, depuis hier soir, Des haillons mous qui pendent, Au ciel maussade et noir. Elle s'étire, patiente et lente, Sur les chemins, depuis hier soir, Sur les chemins et les venelles, Continuelle.   Au long des lieues, Qui vont des champs vers les banlieues, Par les routes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 octobre 2019

Vincent Voiture (1597 – 1648) : « Il faut finir mes jours... »

  Il faut finir mes jours en l'amour d'Uranie ! L'absence ni le temps ne m'en sauraient guérir, Et je ne vois plus rien qui me pût secourir, Ni qui sût rappeler ma liberté bannie.   Dès longtemps je connais sa rigueur infinie ! Mais, pensant aux beautés pour qui je dois périr Je bénis mon martyre, et content de mourir, Je n'ose murmurer contre sa tyrannie.   Quelquefois ma raison, par de faibles discours, M'incite à la révolte et me promet secours. Mais, lors qu'à mon besoin je me veux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :