28 juillet 2020

Guido delle Colonne (1210 – 1287) : « Amour, qui si longuement m’as mené... » / « Amor, che lungiamente m’hai menato... »

    Amour, qui si longuement m’as mené A courte bride et sans perdre haleine, Je t’en supplie, relâche un peu les rênes, Je suis fourbu de cette rude course. J’ai enduré à ce jour trop de maux Pour vous, ma dame, à qui je suis plus lige Que ne l’est à son maître un haschischin Consentant à mourir par loyauté.      Aimer est un délicieux supplice, Et bien le nomme-t-on un doux martyre, Mais cependant, ma dame, ayez pitié Du grand chagrin qui me ronge et dévore : Ce mal n’est doux que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2020

Alain Patrice Nganang (1970 -) : « je suis né... »

  je suis né là où le marigot disparaît / sous sa peau de déchets et les maisons sous le voile de sa colère saisonnière là dans le voisinage des vécés / j’ai passé mon enfance forgé mes rêves de large dans la crinière folle de l’eau qui mugit / je me suis baigné enfant là où la ville déverse ses ordures / ses cadavres dans sa maison dont nous aurions déguerpi dans vingt-quatre heures j’ai pataugé garçon là dans la boue / des blanchisseurs du tout Yaoundé dans la gueule béante de l’esprit des eaux qui ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juillet 2020

L’Atharva-Véda / अथर्ववेद (environ 900 avant J.C.) : Le Souffle

  Le souffle   Hommage au Souffle ! Sous son contrôle      est cet univers. Il est le maître de toutes choses. Tout a en lui ses assises.   Hommage, ô Souffle, à ta clameur, hommage à ton  tonnerre ! Hommage, ô Souffle, à ton éclair, Hommage à toi, Souffle, quand tu pleus !   Quand le Souffle avec son tonnerre traverse les plantes en rugissant, celles-ci son fécondées, reçoivent les germes de vie, et renaissent en grand nombre.   Quand la saison... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2020

Anne Bihan (1955 -) : Amer I

  Amer I     ...elle a toujours été là, dans le mouvement du fleuve, a toujours été par tout temps son horizon, son infini, à la démesure du ciel, pas de première fois, mémoire vide, juste le récit familial de bébé de deux mois dans l’été 1955 qui prend le bateau pour aller jusqu’à l’île ; et son odeur – iode, goémon, marée – sûrement a pénétré en premier le corps par les narines, cela sent ressent tout à cet âge ; ou alors c’est avant déjà bien avant, écrit dans l’immensité bleue des yeux du père,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juillet 2020

Jean -Pierre Claris de Florian (1755 – 1794) : Le lion et le léopard

    Le lion et le léopard     Un valeureux lion, roi d'une immense plaine, Désirait de la terre une plus grande part, Et voulait conquérir une forêt prochaine,           Héritage d'un léopard.   L'attaquer n'était pas chose bien difficile ; Mais le lion craignait les panthères et les ours, Qui se trouvaient placés juste entre les deux cours. Voici comment s'y prit notre monarque habile : Au jeune léopard, sous prétexte d'honneur, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 juillet 2020

Jehan-Rictus (1867 – 1933) : Et quant à moi pour le présent

Jehan-Rictus par Steinlen   XVII   Et quant à moi pour le présent J’vourais qu’mes faims soy’nt assouvies, J’veux pus marner, j’veux viv’ ma vie Et tout d’suite et pas dans dix ans !   Car c’ soir j’ai comme un r’gain d’ jeunesse Un tout petit, oh ! bien petit, Et si ce soir j’sens ma détresse Demain je r’tomb’rai abruti ! V’là Lazar’ qui veut s’couer sa cendre Et flauper l’Monde à coups d’linceul ! La liberté où j’vais la prendre ! J’vas êt’ mon Bon Guieu moi tout seul !... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 juillet 2020

Jean Sioui (1948-) : « J’ai gravé sur le fleuve... »

  J’ai gravé sur le fleuve les rides de ma face   Monter le canot de l’orage   A grands coups d’aviron j’ai battu le temps qui n’en finit plus de mentir   Le soleil obscurci de whisky blanc a coulé dans le dos de l’histoire   Intoxiqué des discours de l’autre monde je mes suis enfermé dans une réserve éthylique   Une nausée me pousse verse ma plume   Les mots se lèvent sur les sangles qui liaient le vrai sauvage   Avant le gel des visages je remonte les labours du ciel ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 juillet 2020

Li Yu / 李煜 (ou Li Houzhu / (李後主) (937 – 978) : « Anche de cuivre... »

    Sur l’air de « Mulan Hua »   Anche de cuivre qui vibre      dans le creux du bambou   Main de jade caressant      la lente mélodie   Là où se croisent les regards      les ondes d’automne inondent l’espace     Nuage -pluie crève soudain      les murs brodés   Rencontre furtive      désirs accordés   Le festin passé      le vide à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juillet 2020

Pierre Perrault (1927 – 1999) : « je nommerai la tourterelle triste... »

  ô vous tous du royaume de nulle part JACQUES BRAULT   je nommerai la tourterelle triste pour signifier ces hommes durs à l’ouvrage nos pères impitoyables cultivateurs de force en nos âmes d’écriture et déjà ils nous récusent de prendre leur défense héritière            d’avoir contourné le mépris où ils dissimulent mal leur âme tourbière   d’avoir nommé chouennes nos cantouques maladroits   ils nous... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 juillet 2020

Marcel Béalu (1908 – 1993) : Airs pour Mariouchka

  Portrait de Marcel Béalu par Roger Toulouse   Airs pour Mariouchka   1 Chaque feuille de l’arbre est un poisson vivant Chaque mot frétillant sous ma tempe un oiseau Un oiseau chante aussi clé de voûte à tes cuisses Mon désir y rêvant se fait poisson volant   2                                    Mariouckha mon chat sauvage ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :