06 octobre 2019

Jacques Chessex : (1934 – 2009) : Votif

    Votif   Quand j’irai à la vraie place Au moins que ce soit un jour de cerisiers                                                et de lilas Et que ma tête ne ressemble pas encore ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juillet 2019

Philippe Jaccottet (1925 -) : A la lumière d’hiver

  A la lumière d’hiver   I Fleurs, oiseaux, fruits, c’est vrai, je les ai conviés, je les ai vus, montrés, j’ai dit : « c’est la fragilité même qui est la force », facile à dire ! et trop facile de jongler avec le poids des choses une fois changée en mots ! On bâtissait le char d’Elie avec des graines légères, des souffles, des lueurs, on prétendait se vêtir d’air comme les oiseaux et les saints...   Frêles signes, maison de brume ou d’étincelles jeunesse...   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
31 janvier 2019

Anne Perrier (1922 – 2017) : « Voici ma place... »

  Voici ma place Pour l’éternité Une chaise de paille basse Le silence et l’été Un mur que le ciel a fendu Comme une rue Et mon âme qui s’habitue A dire tu   Le petit pré Editions Payot, Lausanne (Suisse), 1960 Du même auteur :  « Lorsque la mort viendra… » (09/06/2014)  Prière (26/07/2015) : « Ce n’est pas assez… » (10/12/2016) « Suis-je venue… » (01/02/2018)
Posté par bernard22 à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 décembre 2018

Jean-Pierre Schlunegger (1925 – 1964) : Retour

  Retour à Jean-Jacques Rizzolio     Après les bois de pins, les oliviers, les vignes, La ville dont la pierre a la douceur des corps, Voici le pays froid, les longs murs sans lumière, Les passants au regard de juge, sans éclat.   Je suis là, dispersé comme la pluie amère Que le vent chasse dans la tristesse des rues Où nulle image d’or, nul rêve de statue, Ne vient récompenser la quête du regard.   Nous voici retombés dans ce climat sans joie Avec un jet de feu écrasé dans nos veines ; ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 novembre 2018

Claire Genoux (1971 -) : Carrouge

  Carrouge   Le ciel vide de novembre m’a dicté cette halte d’un geste sûr j’entre et c’est à droite dans le cimetière carré la pierre dans les graviers gris les plantes en touffes calmes et sèches le nom effacé dans la pierre   c’est alors que je devine votre visage d’En-bas vos lèvres prises dans la mousse et posée à votre front frais la couronne de broussailles et de terre qui se dénoue lentement   cet après-midi de novembre les corneilles chantent un refrain sans réponse et la pluie tire ses... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 octobre 2018

Jacques Chessex (1934 – 2009) : Elégie dans l’hiver

    Elégie dans l’hiver   Dans le bois la dernière image De l’hiver : ce puzzle violet et orange Posé sur la montagne entre les portes des arbres Feu figé, l’incendie le dérange Celui qui dicte la terreur nue La terreur vue A l’unique, à la rouge source   Prudence, vieux morts ! L’orgueil va droit au vrai cœur Quand la passante, couronne, gloire Entres ses belles cuisses saigne comme ce soleil expirant Et je n’ai plus le droit de taire La chair multiple qui me convoque Au dernier repas... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juillet 2018

Philippe Jaccottet (1925 -) : « Dis encore cela... »

  Dis encore cela...   Dis encore cela patiemment, plus patiemment ou avec fureur, mais dis encore, en défi aux bourreaux, dis cela, essaie, sous l’étrivière du temps.                                         Espère encore que le dernier cri du fuyard avant de s’abattre soit tel, n’étant pas entendu, étant faible, inutile,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mai 2018

Blaise Cendrars (1887 – 1961) : Le ventre de ma mère

   Le ventre de ma mère   C'est mon premier domicile  Il était tout arrondi  Bien souvent je m'imagine  Ce que je pouvais bien être...   Les pieds sur ton cœur maman    Les genoux tout contre ton foie  Les mains crispées au canal  Qui aboutissait à ton ventre   Le dos tordu en spirale Les oreilles pleines les yeux vides Tout recroquevillé tendu La tête presque hors de ton corps   Mon crâne à ton orifice  Je jouis de ta santé  De la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mars 2018

Armel Guerne (1911 – 1980) : Le poids vivant de la parole

  Le poids vivant de la parole   On peut écrire, et l’on écrit ; On peut se taire, et l’on se tait. Mais pour savoir que le silence Est la grande et unique clef, Il faut percer les symboles, Dévorer les images, Ecouter pour ne pas entendre, Subir jusqu’à la mort Comme un écrasement Le poids vivant de la parole.   Le poids vivant de la parole. Solaire, Editeur, 1983 Du même auteur : Froid (02/03/2015)   L’Ouverture (02/03/2016) Les maudits (02/03/2017)
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2018

Anne Perrier (1922 – 2017) : « Suis-je venue… »

  Suis-je venue La lumière sera pareille Exactement Peut-être même un peu plus belle Qu’avant Elle m’aura perdue Et puis après ? Pour la terre nul intérêt Que je vive ou que je meure Pour moi c’est l’unique commencement Dans une heure Je serai cendre ou diamant   Le petit pré Editions Payot, Lausanne (Suisse), 1960 Du même auteur :  « Lorsque la mort viendra… » (09/06/2014)  Prière (26/07/2015) : « Ce n’est pas assez… » (10/12/2016) « Voici ma... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :