19 novembre 2014

Louise Warren (1956 -) : « Minuit moins vingt... »

Minuit moins vingt, tu te tiens dans l’embrasure de la porte, tu frôles mes genoux, prends-moi toute. Tu peux rester ici ce soir si tu le veux. La prochaine fois on se parlera moins, la langue simplement pour lécher partout. Une correspondance s’insinue entre la peau et la caresse, je cachette l’enveloppe et laisse ma bouche faire des bulles avec le réel. Tu ne sais pas grand-chose de moi. Tu connais le goût du vin laissé sur ma langue mais tu n’as pas goûté ma bouche gonflée de sommeil. Tu sais que la nuit je vois des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 août 2014

Gaston Miron (1928 – 1996) : La marche à l’amour

  Photo : Antoine Désilets.   La marche à l’amour   Tu as les yeux pers des champs de rosées tu as des yeux d'aventure et d'années-lumière la douceur du fond des brises au mois de mai dans les accompagnements de ma vie en friche avec cette chaleur d'oiseau à ton corps craintif moi qui suis charpente et beaucoup de fardoches moi je fonce à vive allure et entêté d'avenir la tête en bas comme un bison dans son destin la blancheur des nénuphars s'élève jusqu'à ton cou pour la conjuration de mes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 août 2014

Anne Hébert ( 1916 – 2000) : Soleil dérisoire

Soleil dérisoire   Soleil jaune au poing Elle s'appelle Liberté On l'a placée sur la plus haute montagne Qui regarde la ville Et les pigeons gris l'ont souillée Jour après jour   Changée en pierre Les plis de son manteau sont immobiles Et ses yeux sont aveugles Sur sa tête superbe une couronne d'épines et de fiente   Elle règne sur un peuple de tournesols amers Agités par le vent des terrains vagues Tandis qu'au loin la ville fumante Se retourne sur son aire Et rajuste les chaînes aux chevilles des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :