01 septembre 2019

Edouard Glissant (1928 – 2011) : Le grand midi

  Le grand midi        Puis le soleil, ce seul royaume. Qui était la terre d’enfance, qui l’est si simplement. Tout ce temps blessé, pour en venir au secret du sel qu’une île porte. C’est grande ambition de vouloir qualifier le temps. Chacun ne fait que tendre cet espace en lui, où se résume son mot, où sa lumière bruit.      J’ai vu mon île sur son autan. Le sel du poème à la fin dépose dans la terre, qui s’alentit.   I        Doux beau... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2019

Aimé Césaire (1913 – 2008) : A l’Afrique

  A l’Afrique A Wilfredo Lam    Paysan frappe le sol de ta daba dans le sol il y a une hâte que la syllabe de l’évènement ne dénoue pas je me souviens de la fameuse peste il n’y avait pas eu d’étoile annoncière mais seulement la terre en un flot sans galet pétrissant d’espace un pain d’herbe et de réclusion frappe paysan frappe le premier jour des oiseaux moururent le second jour les poissons échouèrent le troisième jour les animaux sortirent des bois et faisaient aux villes une grande ceinture... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2018

Edouard Glissant (1928 – 201) : Pays

  Pays   Là où pays et vents sont de même eau intarissable Devant qu’oiseaux eussent toué villes et bois J’ai tendu haut ce linge dénudé, la voix de sel Comme un limon sans fond ni diamant ni piège bleu   * A cet empan où toute lave s’émerveille de geler Devenant être, et elle prend parti d’un pur étant Là où pays et sang se mêlèrent au demeurant J’ai grandi dans l’armure où consumaient les treize vents   * Ata-Eli vieux songe d’âme et nue Où les autans si las s’énamourèrent Nous avons pris main... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2018

Georges Gratiant (1907 – 1992) : Volcan éteint

  Volcan éteint   Vomissures de flamboyants Carrousel du cadre rouge au Grand Palais de cuivre Les canéficiers fieuzals de miel roux engendrent les longues silhouettes noires de mélasse opiacée Lauriers blancs face à la mer Sabots pommelés de fracas incandescents sabots de feu et de sang lambeaux de feu qui descend dans les flancs sabordés pleins de sang qui descend et qui coule et qui roule boule de feu sabot noir étincelant boule de feu et de sang noir figé Et les canéficiers croulant de miel doré coulent... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2018

Aimé Césaire (1913 – 2008) : « Soleil serpent… »

  Soleil serpent   Soleil serpent œil fascinant mon œil et la mer pouilleuse d’îles craquant aux doigts des roses lance-flamme et mon corps intact de foudroyé l’eau exhausse les carcasses de lumière perdues dans le couloir sans pompe des tourbillons de glaçons auréolent le cœur fumant des corbeaux nos cœurs c’est la voix des foudres apprivoisées tournant sur leurs gonds de lézarde transmission d’anolis au paysage de verres cassés c’est les fleurs vampires à la relève des orchidées élixir du feu central feu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 septembre 2017

Lucie Thésée (? - 19...) : Beau comme…

      Beau comme…        Beau comme une haute vague écumante jaillissant dans un globe de cristal.      Beau comme un léger souffle dans le tulle de la vie.      Beau comme un pleur à la pointe d’un jour radieux sur in visage parfaitement immobile.       Beau comme la flamme.      Beau comme un immense ciel insondable percé d’une étoile de dernière grandeur.      ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2017

Edouard Glissant (1928 – 2011) : Versets

  Versets   1      Qui voit la mort, il ne sait pas les poivriers sertissant d’or      Ce haut livre de cimes où prend le fleuve son étal, ni ô mystère      Sur le sable, les coqs, dormeurs inattendus.        C’est le sable d’azur semé de sable noir, c’était la larme      Qu’hier nous enterrions sur le rivage, près des voiles mortes.      Et les gommiers, rêves du vent, de voiles vives, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2017

Aimé Césaire (1913 – 2008) : Fragments d’un poème

  Fragments d’un poème   Je dis qu'il faut être voyant se faire voyant Rimbaud ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2016

Edouard Glissant (1928 – 2011) : L’œil dérobé

  L’œil dérobé à Jean-Jacques Lebel, nilotique   PRESENTATION        Le Nil, fleuve du temps. Leçon du temple de Kom-Ombo, où estime au mieux cette chirurgie calée dans la pierre, désignant ses instruments et son rituel, qui servit à restituer au dieu Horus son œil, non moins rituellement énucléé par un autre dieu. Images de l’œil qui marche, ou qui verse un pleur en sillage. Le langage de l’eau n’est perçu qu’en écho, dru comme feuille d’étain. Les cartouches de pierre livrent leur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2016

Aimé Césaire (1913 -2008) : Et les chiens se taisaient

    Et les chiens se taisaient   (….) Le rebelle Femme prends garde, il y a un beau pays qu’ils ont gâté de larves    dévergondé hors saison un monde d’éclats de fleurs salis de vieilles affiches une maison de tuiles cassées de feuilles arrachées sans tempête pas encore pas encore je ne reviendrai que grave l’amour luira dans nos yeux de grange incendiée comme un oiseau ivre un peloton d’exécution pas encore pas encore je ne reviendrai qu’avec ma bonne prise de contrebande l’amour vivant... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :