08 octobre 2019

Jean-Joseph Rabéarivelo (1901 – 1937) : « Ecoute les filles de la pluie... »

  28           Ecoute les filles de la pluie qui se poursuivent en chantant et glissent sur les radeaux d’argile ou d’herbes de glaïeuls qui couvrent les maisons des vivants.             Elles chantent, et leurs chants sont si passionnés qu’ils deviennent des sanglots et se réduisent en confidences...             Peut-être pour mieux faire entendre cet appel d’oiseaux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2019

Jacques Rabemanjara (1913 – 2005) : « La mer ! ... »

  La mer ! Elle est la grande sœur dont la voix berce, inlassable, les peines, le sommeil de la Terre et du Ciel . Elle-même la vie en mouvement qui chante la marche d’or du soleil le tournoi des planètes et la noce éternelle du jour et de la nuit. La vie inépuisable qui se propage, une et généreuse, à tous les continents. Elle est le manteau large couleur d’émeraude et d’azur sur l’épaule de la fraternité du monde.   Les Boutriers de l’aurore Présence africaine, 1957 Du même auteur : Lyre à... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2018

Jacques Rabemananjara (1913 - 2005) : Chant XXII

  Chant XXII   Bleu, si bleu cet oeil du ciel           derrière la vitre ! La vie en fleur entre mes cils.  L’azur entier dans mes paupières. Bleu, si bleu cet oeil du ciel           derrière la vitre ! Mornes, si mornes ces quatre murs ! La mort imprègne terre et pierre d’une sueur d'outre-planète... Frais, si frais ces cris d’enfant           dans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 août 2017

Flavien Ranaivo (1914 – 1999) : Vulgaire chanson d’amant

  Vulgaire chanson d’amant   Ne m'aimez pas, ma parente, comme votre ombre car l'ombre au soir s'évanouit et je dois vous garder jusqu'au chant du coq; ni comme le piment qui donne chaud au ventre car ne pourrais alors en prendre à ma faim; ni comme l'oreiller, car on serait ensemble aux heures du sommeil mais on ne se verrait guère le jour; ni comme le riz, car sitôt avalé vous n'y penseriez plus; ni comme les douces paroles car elles s'évaporent; ni comme le miel, bien doux mais trop commun. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2017

Jacques Rabemananjara (1913 – 2005) : Lyre à sept cordes

  Lyre à sept cordes (Cantate)   Tu me suivras, Sœur pâle, Elue avant l’aube du monde ! Fiancée anté-néant ! Raison unique de la Création ! Force de mon destin !   Tu viendras. Vains Seront les cris de ton sang, l’orgueil de ta race qui gronde.   Tu me suivras. Marche d’amour ! Vol de colombe ! Ô Fraîcheur du premier matin !   Tes frères sont devenus sourds, insensibles jusqu’à l’odeur de la poudre, aux fureurs des tonnerres. Plus durs que le granit les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
10 août 2016

Flavien Rainavo (1914 - 1999) : Epithalame

    Epithalame   Un petit mot, Monsieur, un petit conseil, Madame. Je ne suis pas celui-qui-vient souvent comme une cuiller de faible capacité, ni celui-qui-parle-à-longueur de journée comme un mauvais ruisseau à travers la rocaille, je suis celui-qui-parle-par-amour-pour-son-prochain. Je ne suis point la pirogue-effilée-qui-dérive-sur-l’eau-tranquille, ni la citrouille-qui-se-trace-un-dessin-sur-le-ventre, et si je ne suis à même de fabriquer une grande soubique (1), je suis toutefois capable d’en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 août 2015

Flavien Ranaivo (1914 -1999) : Chercheuse d’eau

  Chercheuse d’eau   Colombe est-elle celle qui dévale le sentier rocailleux et glisse telle une pierre capricieuse sur la pente abrupte vers la fontaine ?   Chercheuse d’eau.   Elle descend, prudente mais gauche, s’accroche à chaque fois d’une main aux feuilles d’aloès lisses et pointues, de l’autre tient la cruche en terre - en terre du pays – Ne sont guère sûrs ces pieds nus d’Imernienne. A quoi peut-elle rêver sous son lamba épais qui moule néanmoins des seins que l’on... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :