14 mai 2020

Jean-Claude Pirotte (1939 - 2014) : « Il y avait toujours des enfants... »

  Il y avait toujours des enfants dans ce petit coin de vent triste à l’ombre d’un talus très nu surmonté d’un vieux mur oblique   restait le butoir d’une ancienne voix ferrée où s’était garée la locomotive imaginaire de l’enfance et le vent pensif et lent tournait autour de son fantôme   aujourd’hui je suis revenu voir si c’est toujours la même souffrance légère et tendre de s’asseoir au pied du talus quand le soir descend   je n’ai surpris qu’une petite fille elle danse toute seule on ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2020

Géo Norge (1898 – 1990) : Du temps

  Du temps   Dans l’eau du temps qui coule à petit bruit, Dans l’air du temps qui souffle à petit vent, Dans l’eau du temps qui parle à petits mots Et sourdement touche l’herbe et le sable ; Dans l’eau du temps qui traverse les marbres, Usant au front le rêve des statues, Dans l’eau du temps qui muse au lourd jardin, Le vent du temps qui fuse au lourd feuillage Dans l’air du temps qui ruse aux quatre vents, Et qui jamais ne pose son envol, Dans l’air du temps qui pousse un hurlement Puis va baiser... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 janvier 2020

Henry Bauchau (1913 – 2012) : Tombeau pour des archers

  Tombeau pour des archers   L’ARCHER   à Jean Sigrid   Chant funèbre   O mon peuple muet sur les barques de Tyr, le roi sourd endormi dans le chant      des rameurs Et l’aveugle écoutant, à la proue des navires, le rêveur exilé de l’histoire du      vent.   Qui pourrait retrouver le mystère perdu des grands rythmes dormant dans les      tables de pierre ? Qui pourrait déchiffrer tant de signes confus, les énigmes veillant... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2020

Guy Goffette (1947 -) : « La mer quand elle a fait son lit... »

  La mer quand elle a fait son lit sous la lune et les étoiles et qu’elle veut sombrer tout à fait dans le sommeil ou dans      l’extase la mer quand les poissons ont trouvé une autre route pour tirer la soie du cocon et gagner leur temps de paresse la mer quand plus rien ne la retient d’en faire à sa tête le contrat des Compagnies maritimes ni le traité des Eaux territoriales  ni le cours du baril ni celui du dollar la mer enfin quand elle peut se ranger pour de bon et voyager incognito... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2019

Emile Verhaeren (1855 – 1916) : La pluie

  La pluie   Longue comme des fils sans fin, la longue pluie Interminablement, à travers le jour gris, Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris, Infiniment, la pluie, La longue pluie, La pluie.   Elle s'effile ainsi, depuis hier soir, Des haillons mous qui pendent, Au ciel maussade et noir. Elle s'étire, patiente et lente, Sur les chemins, depuis hier soir, Sur les chemins et les venelles, Continuelle.   Au long des lieues, Qui vont des champs vers les banlieues, Par les routes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2019

Maurice Carême 1899-1978) : La morte

  La morte     Il entendit la mort Derrière cette porte, Il entendit la mort Parler avec la morte.     Il savait que la porte Etait mal refermée Et que, seule, la mort En possédait la clé.     Mais il aimait la morte Et quand il l’entendit, Il marcha vers la porte Et l’ouvrit. Il ne vit     Ni la mort ni la morte ; Il entra dans la nuit Et doucement, la porte Se referma sur lui.     Petites Légendes Les Editions du Sablier,1949
Posté par bernard22 à 00:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 juillet 2019

Guy Goffette (1947 -) : Un peu d’or dans la boue

  Un peu d’or dans la boue   I Je me disais aussi : vivre est autre chose que cet oubli du temps qui passe et des ravages de l’amour, et de l’usure – ce que nous faisons du matin à la nuit : fendre la mer,   fendre le ciel, la terre, tour à tour oiseau, poisson, taupe, enfin : jouant à brasser l’air, l’eau, les fruits, la poussière ; agissant comme, brûlant pour, allant vers, récoltant   quoi ? le ver dans la pomme, le vent dans les blés puisque tout retombe toujours,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2019

Jany Cotteron (1944 -) : N’importe où

  N’importe où   N’importe où     Elle écrit   Sur les feuilles qui murmurent dans le vent elle écrit à la sève des arbres le chant des oiseaux   Elle écrit des lettres avec le plein des rochers et le délié des hautes herbes   Elle écrit à l’encre des nuages en blanc et noir   Elle écrit des mots de plumes et de fleurs des mots qui rient     qui parlent d’amour des mots d’enfance des mots de tous les jours   Puis elle signe d’une main... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mai 2019

Jean-Claude Pirotte (1939 – 2014) : Blues du déraciné

  Blues du déraciné   mon nom je l’ai perdu donnez-moi donc le nom que vous donnez générique et banal au peuple déplacé qui va de rue en rue de taudis en taudis   donnez-le-moi ce nom celui d’un père assassiné d’un frère embastillé d’une fiancé noire au corps vendu mon nom perdu rendez-le moi rendez   son nom d’homme au pauvre Gaspard Hauser mais vous n’écoutez pas la plainte des lèvres tuméfiées ni le crépi- tement des flammes autour de minuit   nous ne pouvons même pas incendier la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2019

William Cliff (1940 -) : Londres

  Londres   Sur un trottoir de cette ville on l’a trouvé étendu mort j’ignore encore s’il faisait froid dehors quand il s’est résigné à se laisser crever j’ignore aussi ce qu’a duré son a- gonie si le remords a tra- versé son âme au moment du trépas ( c’était un si beau garçon intelligent sentimental un des plus fins produits de notre bourgeoisie d’avoir lu Nitche et d’autres livres ça lui aura été fatal – ainsi l’on parle des défunts sans savoir ce qu’ils ont été, il ne nous reste de plus d’un que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :