24 janvier 2021

André Schmitz (1929 – 2016) : Journée

    Journée   Voyage sans retours dans les bas et les hauts murmures d’une journée sans importance   et le bruit du lait contre le métal des  seaux quand la prairie fait tinter ses verdures ses verdeurs   et le cliquetis des souvenirs comme cuivres légers suspendus dans les sonores boutiques des souks   et les vagissements d’un vent nouveau dont la mer qui l’enfante s’étonne elle-même   et le criaillement des jeunes filles qui publient sur les draps blancs leur première... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 janvier 2021

Henry Bauchau (1913 – 2012) : L’escalier bleu

    L’escalier bleu A Jean Denoël   Les noeuds du cœur, les nœuds de l’âge et ceux des mots tout noués sont encore à l’ancienne demeure où j’ai vécu parmi les chambres familières l’amour du monde avant sa chute dans le froid. Un rayon adouci par la pente d’un arbre brille peut-être encor sur les grands lits de cuivre la grive, la perdrix, l’escalier de septembre et l’enfant qui touchait la terre sans semelles.   L’escalier descendait vers la ferme et les granges où tournaient les saisons, pailles... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2021

Guy Goffette (1947 -) : Aux lisières

   Photo : Catherine Hélie / Gallimard   Aux lisières   I   Nous avons longtemps cru qu’il nous suffisait d’allonger le bras pour toucher le ciel et tenir en laisse le vieil horizon   si longtemps qu’en nous le geste demeure à la vue d’une femme à l’aube surprise lavant dans ses larmes le jour et la nuit   que plus rien ne reste à la fin que l’ombre pour raser de frais au fil de l’amour nos corps effondrés dans la chambre avec   le ciel comme un bas sur le parquet nu. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2020

Jean Lemaire de Belges (1473 – 1525) : « Au moins, Princesse... »

Les illustrations de Gaule et sĩgularitez de Troye, 1512.   . Au moins, Princesse, (en extrême guerdon (*) )                (*)  récompense Je te requiers et te supplie un don : C’est que mon corps n’y (1) soit enseveli, Ains (*), le me mets en quelque lieu joli,                         (*)  mais Bien tapissé de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2020

Emile Verhaeren (1855 – 1916) : Fleur fatale

  Fleur fatale   L'absurdité grandit comme une fleur fatale Dans le terreau des sens, des coeurs et des cerveaux ; En vain tonnent, là-bas, les prodiges nouveaux ; Nous, nous restons croupir dans la raison natale.   Je veux marcher vers la folie et ses soleils, Ses blancs soleils de lune au grand midi, bizarres, Et ses échos lointains, mordus de tintamarres Et d'aboiements et pleins de chiens vermeils.   Iles en fleurs, sur un lac de neige, nuage Où nichent des oiseaux sous les plumes de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 août 2020

Liliane Wouters (1930 – 2016) : Frères humains

  Frères humains   « Parce que c’est lui, parce que c’est moi » nous disait Michel à propos d’Etienne. Pourquoi sommes-nous amis, toi et moi ? Pourquoi le gui préfère-t-il le chêne ? Les arbres, nombreux, verdissent au bois. Combien, pour le gui, feraient un asile ? Etienne et Michel, Hector et Achille, Comment expliquer ce qui va de soi ? Pourquoi celui-ci, j’en connais tant d’autres. Pourquoi le seul Jean parmi douze apôtres ? Parce que c’est lui, parce que c’est moi. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 août 2020

Geneviève d’Hoop (1945 -) : « je n’écris que des choses graves... »

  je n’écris que des choses graves à épingler sur la peau j’ai un visage de pluie des yeux hagards je heurte ma vie à petits coups de marteau ne passez pas si vite j’ai besoin de votre chaleur souffrez j’ai besoin de votre sang     Les yeux à marée haute Editions Saint-Germain- des-Prés, 1977 De la même autrice : « je n’ai jamais cessé d’être... » (13/08/2019)
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2020

Jany Cotteron (1944 -) : Laisse-moi

  Laisse-moi   Laisse-moi J’ai des vagues de haine au bord de mes paupières Des flux de mots amers en houle de silence   Laisse-moi Dans l’écume de sang où chavire ma vie Dans le ressac lancinant qui gémit dans ma tête   Laisse-moi Sur le sable de l’absence se sont brisés mes coquillages Et les poisons des grandes eaux ont fermé leurs écailles   Le chant des pierres et de l’eau Editions Samizdat, 1218 Grand-Saconnex (Suisse) De la même autrice : F aille (17/07/2018) N’importe où... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mai 2020

Jean-Claude Pirotte (1939 - 2014) : « Il y avait toujours des enfants... »

  Il y avait toujours des enfants dans ce petit coin de vent triste à l’ombre d’un talus très nu surmonté d’un vieux mur oblique   restait le butoir d’une ancienne voix ferrée où s’était garée la locomotive imaginaire de l’enfance et le vent pensif et lent tournait autour de son fantôme   aujourd’hui je suis revenu voir si c’est toujours la même souffrance légère et tendre de s’asseoir au pied du talus quand le soir descend   je n’ai surpris qu’une petite fille elle danse toute seule on ne... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2020

André Schmitz (1929 - 2016) : Prière grommelée

    Prière grommelée   Seigneur, aie pitié des âmes qui sont couchées comme des chiennes dans la niche insalubre des corps.   Entends le grommellement de leurs pensées tomber de leur gueule comme des prières révoltées ou des insultes suppliantes.   Jette-leur un os d’espérance à ronger en silence dans l’amitié déjà de la Nuit qui vient après la nuit.   Appelle sur elles et sur leurs souillures des fraîcheurs de rosées et vêts le serpent de leur échine du velours des sommeils enfantins.... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :