19 mars 2021

André Markowicz (1960 -) : « Laisse ton adresse... »

  Laisse ton adresse, dit en rêve, dans le train de nuit où tu somnoles, l’ombre qui se fond, tournant le buste en parlant, si bien que ce qui sonne te parvient issu non de sa bouche mais du glissement de son absence vers une autre image et si, le pauvre, tu te dis qu’il s’est ouvert les veines loin, en Italie, sans que tu saches ni pourquoi ni quand, par la brûlure que tu sens soudain au poignet gauche, outre la douleur fantôme, reste cette voix autour lointaine et proche qui te sort déjà d’une autre scène, de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 mars 2021

Eustache Deschamps (1346 – 1406) : Virelai sur la tristesse du temps présent

  Virelai sur la tristesse du temps présent   Je ne voie ami n’amie Ni personne qui bien die ; Toute liesse défaut, Tous cœurs ont pris par assaut Tristesse et mélancolie.   Aujourd’hui n’est âme lie, On ne chante n’esbanie (*),                 (*) ni se distrait                      Chacun cuide (*) avoir... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 mars 2021

Le Chatelain de Coucy (1186 – 1203) : « La douce voix du rossignol sauvage... » / « La douce voiz du louseignol sauvage... »

Château de Coucy     La douce voix du rossignol sauvage Que nuit et jour j’entends jaser et bruire, Adoucit tant mon cœur et le soulage Que de mes chants je me veux réjouir Bien dois chanter puisqu’il vient à plaisir A celle à qui de mon cœur fis hommage. Je dois avoir grand joie en mon courage, Si me veut-elle près d’elle retenir.   Onc envers ell’n’eus cœur faux ni volage, Il m’en devrait pour ce mieux advenir ; Je l’aime et sers, adore par usage, Et ne lui ose mes pensers découvrir, Car sa beauté... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mars 2021

François Rannou (1963 -) : Dévié par le vent (Paul Celan)

  Dévié par le vent (Paul Celan) à Guennadi Aïgui     s’il faut maintenant construire un mot double ce serait le dernier feu dans la neige rabâchée   mottes retournées terre mélangée à l’herbe dans la neige qui n’est plus que l’aneige   froid aveugle sans douleur c’est alors que nous allions nous courber l’illumination simple de l’armoise : les mots passé de toi  à moi à travers les rides te ton visage   il a jailli sous la taie de mes yeux glacés, mère, il se... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 mars 2021

Henri Droguet (1944 -) : Archéologie 2 (I)

Chant rapace (I)   ....................... C’est de la mer, et puis son vague à l’âme / tumulte le soc des brumes aigres la puanteur énorme des varechs l’aller-retour d’une hirondelle noire à refaire les printemps la rumeur permanente des cascades lointaines l’ahan plus ou moins vif du vent   comme la paix rassoupie des sépulcres.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 mars 2021

Daniel Biga (1940 -) : Désert

Désert   Dans le vent de sable sous nos pas la dune vit glisse plisse se ride s’éclipse en place restent quelques granions de fer une ampoule de silicea une dose d’aurum metallicum 30 ch peu d’eau dans ma gourde de chèvre dois-je boire maintenant ? (ou encore attendre) au bord d’un torrent de pierres sèches court la rare eau potabile de la seghiame protégeant sous ma gandoura en cheveux de chameau derrière un muret de terre couché parmi les roses de sable où la géode étincelle ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 mars 2021

Bernard Noël (1930 - 2021) : Tombeau de Lunven

Tombeau de Lunven   1 la terre à présent a mangé ton corps ta viande en bouillie autour de tes os ta jeune énergie devenue charogne ta tête cassée comme un œuf pourri là-haut ta fenêtre est encore ouverte indifférente à ton saut à l’envers à quoi pensais-tu ces quelques secondes juste avant le choc contre le trottoir tes bras repliés contre ton visage et déjà le corps devenu son reste les os éclatés déchiraient ta viande masse tuméfiée comme ramollie suintant une sanie innommable une glaire épaisse avec peu de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mars 2021

Jean-Claude Schneider (1936 -) : La tache aveugle

  La tache aveugle   Des humeurs que la terre expulse                  l’herbe inconsciente s’en nourrit au vent osseux ou sous la chute des pluies dans les mottes noires   commence la phrase pleine ininterrompue jusqu’à usure du souffle                   cordon ténu et que la bouche prolonge le tremblé muet des lèvres   quand plus rien... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2021

Hervé Carn (1949 -) : Le bruit du galop (I)

Le bruit du galop (I) A Bernard Noël     Le pays que j’aime Est aimé pour ses rives Son océan ses écharpes De pluies qui ruissellent Sous les coups des meurtrissures On célèbre son air Dans les airs de valse De flûte de musette On célèbre ses femmes Au port altier à la peau douce On aimerait y vivre On ne fait qu’y exister On se pousse vers le bord Du précipice d’où se jettent Les garçons pour les pièces D’une monnaie invisible Que les dieux effacent en riant       J’aime ce pays... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 mars 2021

Gil Jouanard (1937- 2021) : Le chaudron de cuivre de Chardin (I)

Le chaudron de cuivre de Chardin (I)   Chardin n’arrête pas la vie dans une posture flatteuse ; il la saisit tout doucement à l’instant le plus intime de son accomplissement lent parmi les choses les plus simples.   Car - mais s’en soucie-t-il ? – « là aussi, les dieux sont présents ».     La moindre manifestation de vie. Dans le silence opaque de la cour, l’aboiement de ce chien. Un volet, simplement, qui claque. Ou bien ces livres empilés dans l’un des angles... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :