09 septembre 2014

Daniel Abel (1933 - ) : Amour filial

Amour filial   Je te déteste, ma mère Je t’étrangle J’arrache un de tes yeux et je l’avale C’est une grenouille qui coasse dans la poêle Je déchire ton visage à coups de griffes, à coups de dents Je te perds au fond des mares Je te pends par un pied Je te peins aux couleurs de mon désir Je vole le brochet de ton sexe Tu n’as plus de voix, maman ! J’écartèle ton ventre, je m’y jette entier Je dévore cette caverne de chair qui m’a livré au monde Je te mange, maman Maman - parapluie, maman – rapace, maman –... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2014

Bernard Delvaille (1931 – 2006) : « J’ai laissé tant d’amour dans les villes d’Europe… »

  A William Cliff   J'ai  laissé  tant  d'amour  dans  les  villes  d'Europe que  je  ne  sais  plus  bien  si  j'ai  aimé  un  jour un  visage  un  regard  un  sourire  une  épaule  ou  vos  rues villes  vos  rues  à  l'heure  froide  où  je  suis  seul rentrant  au  long  des  parcs  des  quais  sous... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 septembre 2014

André Chénier (1762 – 1794) : Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre

Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre Animent la fin d'un beau jour Au pied de l'échafaud j'essaye encor ma lyre.  Peut-être est-ce bientôt mon tour.  Peut-être avant que l'heure en cercle promenée  Ait posé sur l'émail brillant, Dans les soixante pas où sa route est bornée,  Son pied sonore et vigilant. Le sommeil du tombeau pressera ma paupière. Avant que de ses deux moitiés Ce vers que je commence ait atteint la dernière,  Peut-être en ces murs effrayés Le messager de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 août 2014

Robert Marteau (1925 – 2011) : « Ne fais pas de ta vie un désert… »

    Ne fais pas de ta vie un désert. N’en expulse Ni Dieu ni les divins qui t’ont permis de vivre Un peu plus qu’un instant ici même où tu es Sans que tu saches la raison. Entre les herbes, Le ruisseau brille et nous murmure quelque chose Que nous ne comprenons pas, bien que le chant, comme L’eau, en soit clair. Pas plus, tu ne déchiffres l’A B C que la buse épelle en miaulant sur Son erre, ni le jaune intense des crépides Face au soleil tout-puissant que les oiseaux noirs, Haut perchés sur le coteau,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 août 2014

Henri Pichette (1924- 2000) : Ode à la neige

Ode à la neige   la légère candide capricieuse tourbillonnante ouatée poudreuse neige dont l’aime la lente lente chute * par un jour de grisaille aux vapeurs violâtres ou quelquefois même (j’ai vu) par un ciel terre de Sienne elle papillonne blanc, plus blanc que les piérides blanches qui volettent en avril comme fiévreusement, à moins que ce ne soit frileusement autour de roses couleur d’âtre * météore qui touche ma manche de ratine, y posant des cristaux à six branches sous mes yeux d’étincelles ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 août 2014

Roger Munier (1923 – 2010) : "Tant que tu peux revenir..."

(…)    Tant que tu peux revenir, tu n'as pas vraiment fait le voyage.        Si tout est rêve, la mort l'est aussi. A moins qu'elle ne soit le réveil.        On n'est peut-être pas plus réellement mort, dans la mort, qu'on n'est, dans la vie, réellement vivant.       Il faut effacer la vie de temps en temps. C'est pour cela qu'il y a la nuit, le sommeil.      La vie passe lente, dans l'arbre d'automne. Vie heureuse, languide, apaisée. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 août 2014

Pierre Minet (1909 – 1975) : « Mort, je m'égrènerai en toi… »

A Lilian   Mort, je m'égrènerai en toi Et non pas seulement mon corps  Mais aussi mes bonnes mes mauvaises  pensées  Tous les chemins que j'emprunterai  revivront en Toi.  Je veillerai dans ta chair, pour  l'émouvoir  Et ton esprit recevra le mien  comme un vent —  Tu ne cesseras de m'écouter —  Enseveli en Toi, pour que Tu me  chantes...     Hôpital Saint–Louis, 1932    Des âges téméraires L’Ether Vague, Toulouse, 1989 Du même... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 août 2014

Jean Joubert ( 1928 - 2015 ) : « Et nous vivrons sous le silence de la neige… »

Et nous vivrons sous le silence de la neige, corps à corps, bouche à bouche, suspendus dans le cristal d’invincibles feuillages. Et les jours glisseront, les astres, les soleils, jour après jour, nuit après nuit, et les années s’amasseront en robes sombres à nos pieds. Des arbres, des enfants naîtront de cette mort, d’autres mains dénouées de l’herbe de nos mains, des ailes bougeront entre nos bras déserts. Nous verrons s’effacer,  très loin sous nos fenêtres, de petits gestes gris, des yeux bavards, des ombres bues... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
12 août 2014

Charles Dobzynski (1929 - ) : Mère

) Mère   J’aurai porté ton corps comme un sac d’ombre, j’aurai vécu pour n’être plus de toi que cette balle à la roulette russe pari perdu d’un jour qui m’a meurtri, j’aurai passé ta douleur comme un fleuve sa flottaison de rêves tronçonnés, moi l’habitant de ta plaie, locataire de chaque cri qu’on ne peut acquitter, j’aurai grandi jusqu’à n’être que larme qui ne pouvait fleurir dans ton désert, rose d’oubli, rose double du sable de toi de moi partageant le miroir. Ta plainte fut comme un loup dans la neige qui me... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 août 2014

Georges Perros (1923 – 1978) : « on meurt de rire…. »

On meurt de rire on meurt de faim On meurt pour blessure à la guerre On meurt au théâtre à la fin D’un drame où le ciel est par terre.   Il est cent façons de mourir Pour vivre on est beaucoup plus sage. Il s’agit de savoir moisir Entre l’espoir et le fromage.   Poèmes bleus, Editions Gallimard, 1962   Du même auteur : Marines (10/08/2015) « Mon coeur bredouille… » (16/10/2016) « Il y a un bruit près de chez moi… » (16/10/2017) « Il n’y a rien... »... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :