11 novembre 2017

André Pieyre de Mandiargues (1909 - 1991) : Hedera ou la persistance de l’amour pendant une rêverie

  Hedera ou la persistance de l’amour pendant une rêverie   A Meret Oppenheim   Je vois blêmir de bruns étendards fumants Tous les drapeaux d’un monde inguérissable Quand grandit ce dur écheveau sombre L’ombre de ton corps sur un drap blanc Je vois rouiller le fer fondre la cire Choir le duvet de ces vaisseaux plumeux Que les chiens volants tirent en notre ciel Je vois au ruisseau les armes et leurs hommes Couler vers un sale bouquet de mains vertes Vers le sein gluant de la mère du monde Accroupie... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 novembre 2017

Marcellin Pleynet (1933 -) : La grande élégie doit tout dire

  La grande élégie doit tout dire   A Robert Motherwell   Mémoire derrière la mémoire ils éveillent la sombre nuit la peur qui sommeille à la voûte le temps où brille la pensée les monstres de l’intelligence la fable et l’intelligence du temps   où encore la vérité histoire et préhistoire du monde soufflant au lointain dans un cri la naissance le bain de sang la peinture à l’envers du monde   et tous ceux qui habitent le puits     Comme Giotto le premier jour à l’imitation... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 novembre 2017

Michel Deguy (1930 -) : « La bulle du ciel… »

             La bulle du ciel chavire au hublot ; éclipse rapide sur les champs ; le vent canne un siège de houles ; arctique des nuages, et nous gagnons la réserve de bleu.           L’île bientôt : fruit persistant au creux de l’altitude.           Puis glissade à la plus grande pente du ciel             Planète... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 novembre 2017

Pierre Oster (1933 - 2020) : « Le ciel sur les hauteurs… »

    Le ciel sur les hauteurs a l'éclat d'une rose qu'on cueille. Le vent siffle, murmure. Une plume d'oiseau tombe de feuille en feuille. Et, sans un mot, dès le matin, je me lève et j'adresse mes pas Vers un jardin que je connais, que le soleil n'ignore pas ! L'herbe est moins noire. C'est le jour. C'est l'ultime gelée. J'offre ma bouche vide à la nuit qui fut vaine et salée ! Le vent m'incite à tout sentir comme un triomphe ou comme un don, À me confondre avec le jour, puisque le jour est bon, Puisque... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 novembre 2017

Anne-José Lemonnier (1958 - ) : « Au lieu de pleurer… »

  Au lieu de pleurer sur la tombe du jeune mort les amis se recueillent dans le chant familier   qui l’aidait à franchir les heures vers la nuit et qu’il a revêtu un matin pour mourir   afin que cet air lui prête quelquefois des bras pour entourer les vivants bien – aimés   Linceul de l’émotion humaine la musique abrite pour tous les jours   son âme qui respire et son pas de silence son sourire le plus secret un vol de mouettes sur les vagues   Une langue sauvage Editions... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2017

Benjamin Fondane (1898 – 1944) : L’Exode - Super Flumina Babylonis

  L’Exode   Super  Flumina Babylonis   Les dieux ont ordonné la mort de ces hommes afin d'être sujets de chants pour les générations à venir                                                       Homère ET VOILA ! ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 novembre 2017

André Chénier (1762 – 1794) : Le Jeu de Paume

  Le Jeu de paume A Louis David, peintre XVII. Peuple ! ne croyons pas que tout nous soit permis.             Craignez vos courtisans avides, Ô peuple souverain ! À votre oreille admis Cent orateurs bourreaux se nomment vos amis.             Ils soufflent des feux homicides. Aux pieds de notre orgueil prostituant les droits,            ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2017

Louis Brauquier (1900 – 1976) : Pluie

  Pluie   Elle se pose, couvre la terre, la pénètre Doucement – aussitôt ses racines s’émeuvent – Puis touche les formes nubiles du printemps.   Silence bienheureux des végétations, Inondées d’un plaisir, lent à naître, où s’ébranlent, Dans l’ombre, vers le jour, les sèves délivrées.   * Elle         s’enfonce                           hésite... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 octobre 2017

Jean-Paul de Dadelsen (1913 – 1957) : Oncle Jean

  Oncle Jean   ONCLE JEAN                     avait à maints égards                     avec long corps longs os long nez long nom                     de noblaillon frison de longue plaine en bordure de morne mer une altogether rather... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2017

Jean Joubert (1928 – 2015) : « A l’aube… »

    XII A l’aube s’est levé                                                                       Les sables sont déserts ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :