26 décembre 2020

Charles Guérin (1873 – 1907) : « Il a plu... »

Charles Guérin, portrait par Paul Baudier    Il a plu. Soir de juin. Ecoute, Par la fenêtre large ouverte, Tomber le reste de l'averse De feuille en feuille, goutte à goutte.   C'est l'heure choisie entre toutes Où flotte à travers la campagne L'odeur de vanille qu'exhale La poussière humide des routes.   L'hirondelle joyeuse jase. Le soleil déclinant se croise Avec la nuit sur les collines ;   Et son mourant sourire essuie Sur la chair pâle des glycines Les cheveux d'argent de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 décembre 2020

Pavie Zygas (1949 -) : La petite fille et la mort

La petite fille et la mort   Dans un cimetière sur une tombe elle demeure allongée   parfois elle se dresse quand on passe et s’assied mais jamais jamais elle ne pardonne         Passage sentes ténues éphémère extinction de l’être   sanctuaire du soir   la patte crépusculaire se pose sur la branche les pierres la courbe d’une tige toutes nous glissons dans l’ombre       Pourtant j’ai mangé de ta chair et bu de ton sang, mère       ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
22 décembre 2020

André de Richaud (1909 – 1968) : Seul ton amour

Dessin à l'ncre de Chine, par Jacques Chapiro, 1954   Seul ton amour Pour Paul M.   J’errais dans les bois sanglants dans l’arbre de ma vie dans les vagues stériles de mon sommeil marchant à contre-courant et tirant sur mes veines éclatées Comme Œdipe empêtré dans les racontars de la pythie et de ces vieillard aux jambes creuses et comme les chevaux éventrés embourbés dans les ornières aux glaçons de sang de mon pays dont je me croyais chassé par la lune rouge et comme le mendiant aveugle que pourchassent les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 décembre 2020

Andrée Chedid (1920 – 2011) : Démarche

Pochoir de C215 (pseudonyme de Christian Guémy), à Arcueil (2018). Photographie de Lionel Gripon   Démarche   Nul n’a vécu le fond d’une rose l’espace d’un océan Ou le lieu de son corps Nul n’entrevoit l’écart entre le nœud et l’écorce Ne démêle l’écheveau de l’ombre et de la fleur   Les nuits martèlent nos clairières Le jour abreuve nos ravins   Nul chemin n’est plus heurté que le nôtre Mais nul plus souverain   In, « De tout les lieux du Français » Fondation d’Hauvilliers pour le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 décembre 2020

Jean-Philippe Salabreuil (1940 – 1970) : L’heure est dite d’abois

  L’heure est dite d’abois   L’heure est dite d’abois dans les arrière-cours Et de guenilles en sanglots sur les cordes du jour Par le travers des lampes nues dans l’ombre noire O reflet malingre d’un vieil été mémoire D’un soleil en cendres sous les mains dans la nuit Passé l’orgue de Barbarie où le temps bruit Le malaise d’un chien la valise d’une âme Emplie d’herbe lointaine et de cheveux de femme Accoudé sur la table le ciel venu m’aider A compter recompter feuilles mortes accoudé Sur la table tremblante... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 décembre 2020

Jean-Pierre Faye (1925 -) : Dessin inlassable

  Dessin inlassable   I Ce sont les corps qui font voir les poignets, les jointures l’épaule et le point d’attache des jambes la surface du ventre, quand elle n’est pas déchirée le joint où les corps se mélangent, où ils s’articulent et se parlent apprennent à parler se touchent des deux mains touchent les yeux, quand une peau les recouvre, allant du gris vers le gris reprenant le même commencement   II (Car un peuple ouvre et se ferme plus simplement que l’eau on le trace et il se divise on le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 décembre 2020

Jean-Pierre Duprey (1930 – 1959) : Seize ans

  Seize ans   J’ai dominé toute une station de vie Ma première enfance est entrée dans la pierre Mes premières larmes sont parties avec les passereaux J’ai vu un Dieu, j’ai vu les hommes Et mes yeux ne se cherchent même plus   Hier je suis allé sur la montagne qu’habita la lune Et je suis revenu le cœur plein de tristesse Il ne me reste plus qu’un souvenir et une guitare brisée Un saule pleureur se dépouille et m’habille de larmes   Qu’est-il de plus triste au monde que de partir sans chanter ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 décembre 2020

Gilberte H. Dallas (1918 – 1960) : « La bannière de mon corps... »

  C   La bannière de mon corps flotte au vent brandebourgeois. Une vieille femme veut entrer dans ma chambre, je la vois à travers la porte, sa main de feutre rouge appuyant en vain sur le loquet ; des parcelles de ses cris me parviennent comme la chanson barbare d'un violon reprisant la nuit ; Je vais lui glisser une rose sous la porte. une rose de sang noir, peut-être partira-t-elle ? Et je pourrai me vautrer dans le hamac de mûrier mais sa voix hoquète : Ophélie Je m'appelle Ophélie, ouvrez-moi,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 décembre 2020

Alain Jégou (1948 – 2013) : Pointe de 30

  Pointe de 30        Orage de mer. Grondements et râlements sourds.  Stries dans le ciel et craquements sur les ondes. Ambiance lourde, pesante, fait ployer l’échine, même aux plus farauds.      C’est presque la nuit. Une clarté ténue, bizarrement voilée, investit l’espace et fait taire tous discours et délires débridés.      Les goélands demeurent figés sur l’onde plate. Eux, habituellement si excités et braillards, ne mouftent ni ne bougent. Le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 décembre 2020

Jacques Roubaud (1932 -) : Tombeaux de Pétrarque

  Tombeaux de Pétrarque                  cobla I   Ou le soleil mange les étoiles dans l’aube ou dans la neige tes cheveux prendront rive comme les vents aux fleuves liés de glace si des écueils     but amer de ma voile une lumière     de collines     entre branches m’écarte neuf     j’aborde au cours d’un bois contre la lune     dans tes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :