22 mai 2018

Henri Michaux (1889 – 1984) : L’époque des illuminés

  L’époque des illuminés        Quand le crayon qui est un faux frère ne sera plus un faux frère.    Quand le plus pauvre en aura plein la bouche, d’éclats et de vérité.    Quand les autos seront enterrées pour toujours sur les bords de la route.    Quand ce qui est incroyable sera regardé comme une vérité de l’ordre de « 2 et 2 font 4 ».    Quand les animaux feront taire les hommes par leur jacasserie mieux comprise et inégalable. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

20 mai 2018

Pierre de Ronsard (1524 – 1585) : « Maîtresse, embrasse-moi… »

  Maîtresse, embrasse-moi, baise-moi, serre-moi, Haleine contre haleine, échauffe-moi la vie, Mille et mille baisers donne-moi, je te prie, Amour veut tout sans nombre, Amour n'a point de loi.     Baise et rebaise-moi ; belle bouche pourquoi Te gardes-tu, là-bas, quand tu seras blêmie, A baiser de Pluton ou la femme ou l'amie, N'ayant plus ni couleur, ni rien semblable à toi ?     En vivant presse-moi de tes lèvres de roses ; Bégaie, en me baisant, à lèvres demi-closes, Mille mots... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2018

Paul Eluard (1895 -1952) : « Je te l’ai dit pour les nuages… »

  Je te l’ai dit pour les nuages Je te l’ai dit pour l’arbre de la mer Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles Pour les cailloux du bruit Pour les mains familières Pour l’œil qui devient visage ou paysage Et le soleil lui rend le ciel de sa couleur Pour toute la nuit bue Pour la grille des routes Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert Je te l’ai dit pour tes pensées pour tes paroles Toute caresse toute confiance se survivent   Revue « Chantiers, N° 4, Avril 1928 » ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mai 2018

Paul Verlaine (1844- 1896) : l’Angoisse

  L’angoisse     Nature, rien de toi ne m'émeut, ni les champs Nourriciers, ni l'écho vermeil des pastorales Siciliennes, ni les pompes aurorales, Ni la solennité dolente des couchants. Je ris de l'Art, je ris de l'Homme aussi, des chants, Des vers, des temples grecs et des tours en spirales Qu'étirent dans le ciel vide les cathédrales, Et je vois du même oeil les bons et les méchants. Je ne crois pas en Dieu, j'abjure et je renie Toute pensée, et quant à la vieille ironie, L'Amour, je voudrais bien... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 mai 2018

Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont (1846 – 1870) : « O mathématiques sévères... »

    Portrait imaginaire de Lautréamont par Félix Vallotton, paru dans Le Livre des masques de Remy de Gourmont (1898)     O mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon cœur, comme une onde rafraîchissante. J’aspirais instinctivement, dès le berceau, à boire à votre source, plus ancienne que le soleil, et je continue encore de fouler le parvis sacré de votre temple solennel, moi, le plus... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 mai 2018

Frédéric-Jacques Temple (1921 - 2020) : Profonds pays (II)

Profonds pays II   TROIS VILLES   1 Des chiens fiévreux aux dents luisantes de panique et de faim me dévisagent tremblant dans les décombres où triomphe la puanteur humaine disputant des viandes innommables au rats vrais maîtres de la ville qui n’est plus une ville Karlsruhe, 1945   2 Regardez bien la fourmilière son trafic ordonné allées et venues sans faute brefs conciliabules denrées pour les greniers les caves les silos impasses corridors labyrinthes parfaits intense multitude ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2018

Charles Baudelaire (1821 – 1867) : Les bijoux

 Les bijoux   La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur, Elle n'avait gardé que ses bijoux sonores, Dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur Qu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Mores.     Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur, Ce monde rayonnant de métal et de pierre Me ravit en extase, et j'aime à la fureur Les choses où le son se mêle à la lumière.     Elle était donc couchée et se laissait aimer, Et du haut du divan elle souriait d'aise A... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mai 2018

Léon-Paul Fargue (1876 – 1947) : « Je t’ai cherché, je t’ai porté… »

    Je t’ai cherché, je t’ai porté Partout. — Dans un square désert au kiosque vide, où j’étais seul Devant la grille du couchant qui sombre et s’éteint, comme un vaisseau qui        brûle derrière les arbres… Un jour… dans quelque ville de province aux yeux mi-clos, qui tourne et        s’éteint Devant la caresse hâtive des express… Dans une boutique où bougent d’un air boudeur des figures de cendre ; Sur la place vide où souffle l’oubli ; Aux rides... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 mai 2018

Jean Grosjean (1912 – 2006) : « Si tu déchires le voile ...

  IX    Si tu déchires le voile qui cachait l’ombre, tu n’éclaires que le vide où tes pas font un froissement de branches et tes doigts des lueurs de linge.      Tu n’a été que de passage en toi où je trouverais tes chambres plus désertes que mes demeures inhabitables sous les ruissellements des pluies chanteuses.      D’errantes odeurs de foin, de buffet rance ou de renard mouillé parlent de toi autant que la rumeur des prophéties tapies dans les buissons. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mai 2018

André Gide (1869 – 1951) : « Nathanaël, je te raconterai les sources … » (08/04/2018)

         Nathanaël, je te raconterai les sources :      Il y a des sources qui jaillissent des rochers ;      Il y en a qu’on voit sourdre de sous les glaciers ;      Il y en a de si bleues qu’elles en ont l’air plus profondes ;      (À Syracuse, la Cyané merveilleuse à cause de cela.)      Source azurée ; vasque abritée ; éclosion d’eau entre des papyrus ;... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :