04 août 2017

Victor Hugo (1802 – 1885) : Stella

Portrait par Achille Devéria, 1829 . Musée Carnavalet   Stella   Je m'étais endormi la nuit près de la grève. Un vent frais m'éveilla, je sortis de mon rêve, J'ouvris les yeux, je vis l'étoile du matin. Elle resplendissait au fond du ciel lointain Dans une blancheur molle, infinie et charmante. Aquilon s'enfuyait emportant la tourmente. L'astre éclatant changeait la nuée en duvet. C'était une clarté qui pensait, qui vivait ; Elle apaisait l'écueil où la vague déferle ; On croyait voir une âme à travers une... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 août 2017

Edmond Jabès (1921 - 1991) : Je vous écrit d’un pays pesant

      Je vous écris d’un pays pesant     Aussi belle que la main de l'aimée sur la mer. Aussi seule.   J'écris pour vous. La douleur est un coquillage. On y écoute      perler le cœur. J'écris pour vous, au seuil de l'idylle, pour la plante aux feuilles         d'eau, aux épines de flammes, pour la rose d'Amour. J'écris pour rien, pour les mots luisants que trace ma mort, pour      l'instant de vie éternellement... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 août 2017

Jean-Marie Le Sidaner (1947-1992) : L’homme du Finistère

  L’homme du Finistère   On lui demande où il loge. Il répond à la fin des terres habitées. Rien ne distingue ce lieu des fougères, des genêts, du roc. Mais la mer paraît venir de plus loin. Vous vous avancez sur un sentier, vous éprouvez soudain le besoin de poursuivre les pieds nus. Vous découvrez sur la lande des poissons éventrés par les oiseaux. Vous rassemblez des herbes dans une enceinte de galets. A la tombée de la nuit vous allumez le feu des naufrageurs. Il vous arrive sur la peau des bouches, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 juillet 2017

Alexis Gloaguen (1950 -) : Epuisement

  Epuisement   De très loin je reviens au monde   j’affleure et vois éclore net           les fruits verts de l’été   Entouré d’enfants mangeurs de salicornes je regarde s’ensabler           la lumière des puces de mer   je retrouve le don du serpent qui sait les heures et les endroits           où le soleil est satiné   J’aurais pu continuer de mourir ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juillet 2017

Jacques Dupin (1927 – 2012) : Le règne minéral

  Le règne minéral   Dans ce pays la foudre fait germer la pierre.   Sur les pitons qui commandent les gorges  Des tours ruinées se dressent  Comme autant de torches mentales actives  Qui raniment les nuits de grand vent  L'instinct de mort dans le sang du carrier. Toutes les veines du granit  Vont se dénouer dans ses yeux.     Le feu jamais ne guérira de nous   Le feu qui parle notre langue   Gravir Editions Gallimard, 1963 Du même auteur : ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2017

Gérard de Nerval (1808 – 1855) : Le point noir

  Le point noir   Quiconque a regardé le soleil fixement Croit voir devant ses yeux voler obstinément Autour de lui, dans l’air, une tache livide.   Ainsi, tout jeune encore et plus audacieux, Sur la gloire un instant j’osai fixer les yeux : Un point noir est resté dans mon regard avide.   Depuis, mêlée à tout comme un signe de deuil, Partout, sur quelque endroit que s’arrête mon œil, Je la vois se poser aussi, la tache noire !   Quoi, toujours ? Entre moi sans cesse et le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2017

Vahé Godel (1931 - ) : « Espace… »

  (Espace dont le silence dessine les contours   d’une lisière à l’autre                                     tel un souffle   toute parole devient dès lors itinéraire)   Du silence des vignes aux vignes du silence doucement nous buvons la distance comme la sève d’eau d’un regard ébloui comme l’écume d’une langue oubliée ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2017

Jean-Pierre Siméon (1950 -) : Où passent des secrets

  Où passent des secrets A Laurent Terzieff   Peu importe qu’on l’entende elles ont leur voix aussi les pierres les ombres et les fenêtres et les tables débarrassées des rires et du vin   chemin qu’importe ce qu’il est mais chemin sûr où passent des secrets   en cette voix des choses la voix des hommes leur sœur première forme capitale dans les hiérarchies de la vie sauve de l’âme ce qui lui est inconnu   voix des hommes comme un centre qui se cherche dans la voix des choses comme une... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2017

Jacques Prévert (1900 – 1977) : Etranges étrangers

  Etranges étrangers   Etranges étrangers   Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel hommes des pays lointains cobayes des colonies Doux petits musiciens soleils adolescents de la porte d’Italie Boumians de la porte de Saint-Ouen Apatrides d’Aubervilliers brûleurs des grandes ordures de la ville de Paris ébouillanteurs des bêtes trouvées mortes sur pied au beau milieu des rues Tunisiens de Grenelle embauchés débauchés manoeuvres désoeuvrés Polacks du Marais du Temple des Rosiers   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juillet 2017

André Du Bouchet (1924 – 2001) : Le moteur blanc

  Le moteur blanc   V Je sors dans la chambre   comme si j’étais dehors   parmi les meubles immobiles   dans la chambre qui tremble   toute seule   hors de son feu   il n’ y a toujours rien   le vent   VIII Déjà des araignées courent sur moi, sur la terre démembrée. Je me lève droit au-dessus des labours, sur les vagues courtes et sèches, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :