09 août 2018

Joachim du Bellay (1522 – 1560) : D’un vanneur de blé aux vents

  D'un vanneur de blé aux vents   A vous, troupe légère, Qui d'aile passagère Par le monde volez, Et d'un sifflant murmure L'ombrageuse verdure Doucement ébranlez :     J'offre ces violettes, Ces lis et ces fleurettes, Et ces roses ici, Ces vermeillettes roses, Tout fraîchement écloses, Et ces oeillets aussi.     De votre douce haleine Éventez cette plaine, Éventez ce séjour, Ce pendant que j'ahanne A mon blé que je vanne A la chaleur du jour.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 août 2018

Roger Gilbert – Lecomte (1907 - 1943) : Le fils de l’os parle

  Le fils de l’os parle   Je frappe comme un sourd à la porte des morts Je frappe de la tête qui gicle rouge On me sort en bagarre on m'emmène Au commissariat Rafraîchissement du passage à tabac Les vaches Ce n'est pas moi pourtant Qui ai commencé A la porte des morts que je voulais forcer Si je suis défoncé saignant stupide et blême Et rouge par traînées C'est que je n'ai jamais voulu que l'on m'emmène Loin des portes de la mort où je frappais De la tête et des pieds et de l'âme et du vide Qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 août 2018

Robert Desnos (1900 – 1945) : Baignade

Robert Desnos endormi photographié par Man Ray   Baignade     Andromède, au matin, sur la plage, a donné Rendez-vous à tous ceux qui veulent se baigner Dans la mer fraîche éclose, enceinte de lumière. L’étoile brille encor, qu’arrive, la première, Rosemonde aux beaux seins qui, seule, se dévêt Et livre son corps nu, que roussit le duvet, Aux dernières lueurs de la nuit, aux prémices De l’aube qui se dresse au fond des précipices. Sabine la rejoint, tige en fleur qui jaillit D’un flot de linge, par le vent... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 août 2018

Victor Hugo (1802 – 1885) : Horror-IV

  Horror    IV     Depuis quatre mille ans que, courbé sous la haine, Perçant sa tombe avec les débris de sa chaîne,           Fouillant le bas, creusant le haut, Il cherche à s'évader à travers la nature, L'esprit forçat n'a pas encor fait d'ouverture            A la voûte du ciel cachot. Oui, le penseur en vain, dans ses essors funèbres, Heurte son âme d'ombre au plafond de ténèbres ;           Il tombe, il... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 août 2018

Edmond Jabès (1921 – 1991) : « Tu marches vers la mort... »

      Tu marches vers la mort qui t’as épargné jusqu’ici afin que tu ailles, de ton plein gré, vers elle. Tu marches sur toutes les morts qui furent les tiennes et celles de ta race, sur les sens obscurs et les non-sens de tous ces morts.      Et c’est moi qui te force à marcher ; moi qui sème tes pas.      Et c’est moi qui pense, qui parle pour toi, qui cherche et qui cadence ;      Car je suis écriture      et toi... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 juillet 2018

Alexis Gloaguen (1950 -) : Donegal Bay

  Donegal Bay   Proue sur la falaise           je rampe           dans l’herbe peignée par le vent           parmi les pierres montées en fusée par la mer   roche erratique élancé vers les vagues là-bas   Les pétrels dévident leurs cris sur les corniches           et me frôlent en un rêve de vol j’échange un rai de regard ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juillet 2018

Jacques Dupin (1927 – 2012) : Chapurlat

                    Chapurlat   L’éclat – l’enfance – des calcaires après l’orage, l’éclat d’une récitation de pierres au sommet des labours...   - quand se dessine, et saigne, et commence de battre comme altercation, et fugue, sous les tempes, le réticulaire espace attisé, -   Recrachant l’air monstrueux, il marche, il compte : - l’écart approprié, le débours de son pas détruit...   Evadé de la trame retorse ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2018

Gérard de Nerval (1808 – 1855) : Myrtho

  Myrtho   Myrtho, divine enchanteresse, Au Pausilippe altier, de mille feux brillant, A ton front inondé des clartés d’Orient, Aux raisins noirs mêlés avec l’or de ta tresse.   C’est dans ta coupe aussi que j’avais bu l’ivresse, Et dans l’éclair furtif de ton oeil souriant, Quand aux pieds d’Iacchus on me voyait priant, Car la Muse m’a fait l’un des fils de la Grèce.   Je sais pourquoi là-bas le volcan s’est rouvert… C’est qu’hier tu l’avais touché d’un pied agile, Et de cendres soudain... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2018

Vahé Godel (1931 -) : « Prendre racine, prendre corps... »

             Prendre racine, prendre corps - prendre langue... Percevoir toute la ramure à travers le réseau clandestin des racines – comme l’aveugle à qui les moindres inflexions d’une voix révèlent ce qu’un regard exprime de plus secret, comme un chasseur aux yeux bandés qui n’aurait nulle autre arme que son flair. Trouver une langue, oui, ou plutôt retrouver celle qui sommeille, survivante, au tréfonds de soi-même – la langue des racines. Voilà pour la langue ; voilà pour... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 juillet 2018

Jean-Pierre Claris de Florian (1755 – 1794)) : La carpe et les carpillons

    La carpe et les carpillons     Prenez garde, mes fils, côtoyez moins le bord,           Suivez le fond de la rivière ;           Craignez la ligne meurtrière,        Ou l'épervier plus dangereux encor. C'est ainsi que parlait une carpe de Seine A de jeunes poissons qui l'écoutaient à peine. C'était au mois d'avril : les neiges, les glaçons, Fondus par les zéphyrs, descendaient... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :