07 décembre 2017

Alain Jégou (1948 – 2013) : « marcher sur des chemins provisoires… »

  à Armande   marcher sur des chemins provisoires pavés de coquillages brisés de gamberges inabordées parce qu’inabordables lasse le gris froid qui plisse entre les lèvres et la morsure du silence comme sable où le sang s’infiltre négligemment un jour est nécessaire d’amour des mots qui portent les yeux à l’ébloui de l’autre des errances qui s’improvisent sous les caresses de l’autre et tous deux d’étreintes à pleins corps ébahis pour des étés à se lécher le cœur alors qui comme nous demeurent sur cette... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 décembre 2017

Maurice Roche (1924 – 1997) : « Je suis un malade, … »

  Je    suis   un   malade,   mon   père   le sait.             Il   fait   nuit   et j’ ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 décembre 2017

Jacques Roubaud (1932 -) : Un jour de juin

  Un jour de juin   d’après un épithalame de Georges Pérec   Le ciel est bleu ou le sera bientôt Le soleil cille au-dessus de l’île de la Cité La terre entière écoute les sonates du Rosaire de Heinrich Biber  L’encre et l’image se retrouvent solidaires et alliées Comme l’oubli et la trace Au début des années obéissantes Et le jais noir de la toute jeunesse           et la turquoise bleue de l’être-adulte Et l’abalone jaune du néant qui ne se conçoit... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 décembre 2017

Christine de Pisan (1361 – 1430 ?) : Je ne sais comment je dure

  Je ne sais comment je dure   Je ne sais comment je dure, Car mon dolent cœur fond d'ire Et plaindre n'ose, ni dire Ma douloureuse aventure,     Ma dolente vie obscure. Rien fors la mort ne désire. Je ne sais comment je dure.     Et me faut, par couverture, Chanter que mon cœur soupire ; Et faire semblant de rire. Mais Dieu sait ce que j'endure ; Je ne sais comment je dure.   Du même auteur : La fille qui n’a point d’ami (03/12/2015)  « Seulette... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 novembre 2017

Gérard Le Gouic (1936 -) : « La campagne semble morte… »

  La campagne semble morte à côté des villes, pourtant des déserts aux cités il n’ y a qu’un pas, un pont de fumée, un sanglot dont nous ignorons s’il brise ou raccommode.   Une ville déborde de lambeaux, de vides qui se superposent, d’instants futurs déjà gravés que nous recouvrirons par nos mains.   Dans la campagne le mouvement naît d’échanges invisibles, chaque désordre rejoint sa place, la vie boîte d’un pas de buveur, la mort ronge sa mauvaise humeur que l’éternité dure le temps d’un trou de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2017

Jean Mambrino (1923 – 2012) : Le point du jour

  Le point du jour   Le point du jour                     braise                 attisée par la dernière brise                               de la nuit quel vide l’attire ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 novembre 2017

Claude Vaillant (1924 – 2004) : Frontière

  Frontière Pour Lucette et Gilles FOURNEL   1 Où veut le vent mener sa cécité : le vent la mène ;   et sa voix rauque - à travers rocs et ronces –   interpelle au hasard et se rie   des réponses et des plaintes de l’eau qu’il lacère en hurlant.   2 Mais l’homme au vent n’est pas voué : il se gouverne.   Il connait sa lumière au tranchant de la nuit.   Il sait son jus à la coupu- re de son fruit.   Au manège de la lanterne, il sait... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 novembre 2017

Maurice Bourg (1918 -) : Lecture

  Lecture   I      Oui, j’ai lu la Forêt, étage après étage.         Je me suis ancré dans le nœud de ses racines, dans l’aubier de son aubier, dans le parfum de son parfum.        Avec les yeux du lynx, l’ivresse de la grive, je l’ai feuilletée, saisons après saisons. Rugueux en sont les mots comme l’écorce. Mais frais, encore de feuillages arrachés à l’enfance.        Toujours derrière ma lecture, ce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 novembre 2017

Richard Rognet (1942 - ) : « Je parlerai du mot pluie… »

        Je parlerai du mot pluie, du mot silence sous la pluie, je parlerai du jardin sous la pluie, de la facilité des fleurs à accepter les confidences du matin, je parlerai des vestiges, de tuiles tombées, de fontaines taries, de sources renaissantes, je parlerai de pulsations, de paupières, je marcherai vers la montagne, je me précèderai.   Parler, parler encore, là où le soleil s’étonne de frémir dans les branches, là où les chemins entrent au cœur du monde, parler, défaire, chaque mot... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2017

Voltaire (1694 – 1778) : A Madame du Chatelet

  A Madame du Châtelet   Si vous voulez que j’aime encore, Rendez-moi l’âge des amours ; Au crépuscule de mes jours Rejoignez, s’il se peut, l’aurore.     Des beaux lieux où le dieu du vin Avec l’Amour tient son empire, Le Temps, qui me prend par la main, M’avertit que je me retire.     De son inflexible rigueur Tirons au moins quelque avantage. Qui n’a pas l’esprit de son âge, De son âge a tout le malheur.     Laissons à la belle jeunesse Ses folâtres... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :