24 janvier 2019

André Schmitz (1929 – 2016) : La maladie

    La maladie   La vaisselle et les voix que l’on entend de la chambre où l’on fait sa maladie ne font plus le même bruit qu’à l’ordinaire. C’est déjà du pays de la mort qu’on en écoute le feulement, venu de loin à ce qu’il semble. On se souvient encore, certes, du dessin qui orne les assiettes et du contour de la parole sur les bouches, mais on ne sait plus très bien à quoi peut encore servir ce savoir de très peu de chose. Et l’on prie le silence et sa musique sourde de gagner du terrain sur les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2019

André Breton (1896 – 1966) : « On me dit que là-bas... »

  On me dit que là-bas les plages sont noires De la lave allée à la mer Et se déroulent au pied d’un immense pic fumant de neige Sous un second soleil de serins sauvages Quel est donc ce pays lointain Qui semble tirer toute sa lumière de ta vie Il tremble bien réel à la pointe de tes cils Doux à la carnation comme un linge immatériel Frais sorti de la malle entr’ouverte des âges Derrière toi Lançant ses derniers feux sombres entre tes jambes Le sol du paradis perdu Glace de ténèbres miroir d’amour Et plus bas vers... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2019

Marguerite de Navarre (1492 – 1549) : « Las ! tant malheureuse je suis ... »

  Las ! tant malheureuse je suis, Que mon malheur dire ne puis, Sinon qu'il est sans espérance : Désespoir est déjà à l'huis (*)          (*) porte Pour me jeter au fond du puits Où n'a d'en saillir apparence.   Tant de larmes jettent mes yeux Qu'ils ne voient terre ni cieux, Telle est de leur pleur abondance. Ma bouche se plaint en tous lieux, De mon coeur ne peut saillir mieux Que soupirs sans nulle allégeance (*).    (*) soulagement   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2019

René-Guy Cadou (1920 – 1951) : L’inutile aurore

  L’inutile aurore   Tout est vain La fenêtre et l’aurore me restent dans la main Les fleuves se disloquent Sur le seuil C’est la mer qui défroisse ses loques Ici La bouche fait lentement son sillon Et l’heure est suspendue aux lèvres du grillon Des larmes Les dernières Mais les brusques tournants de la lumière Les algues déroulées sur le front du couchant La poitrine de l’homme qui tremble au bord du champ Le cœur pris dans la roue Le hurlement des herses Et la douleur qui suit le chemin de traverse Ah... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 janvier 2019

Jean de La Fontaine (1621 – 1695) : Les obsèques de la lionne

  Les obsèques de la lionne                                 La femme du lion mourut :                 Aussitôt chacun accourut                Pour s'acquitter envers le prince De certains compliments de consolation, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 janvier 2019

Philippe Soupault (1897 – 1990) : « Rien que cette lumière ... »

  Rien que cette lumière que sèment tes mains rien que cette flamme et tes yeux ces champs cette moisson sur ta peau rien que cette chaleur de ta voix rien que cet incendie rien que toi   Cat tu es de l’eau qui rêve et qui persévère l’eau qui creuse et qui éclaire l’eau douce comme l’air l’eau qui chante celle de tes larmes et de ta joie   Solitaire que les chansons poursuivent heureux de ciel et de la terre forte et secrète vivante ressuscitée Voici enfin ton heure tes saisons tes années   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 janvier 2019

Jean / Hans Arp (1887 – 1966) : Place blanche

  Place blanche   Cette matinée ne place sur mon chemin que des bibelots de la mort. Ce sont des objets futiles, des photographies fanées, des flacons vides, des coquilles ramassées à la mer, un miroir qui reflétait la sérénité, la pureté, la gaieté calme, la clarté que      l’inéluctable ombre a englouti. Je suis envoûté par ces objets, qui appartenaient à des personnes mortes depuis longtemps. Des gestes se détachent de ces objets comme des vapeurs mates, comme des couronnes d’haleine. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 janvier 2019

Francis Carco (1886 – 1958) : L’Ombre

  L’Ombre A André Rousseaux        Quand je t'attendais, dans ce bar,                La nuit, parmi des buveurs ivres      Qui ricanaient pour avoir l'air de rire,      Il me semblait que tu arrivais tard      Et que quelqu'un te suivait dans la rue.      Je te voyais te retourner avant d'entrer.      Tu avais peur. Tu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
09 janvier 2019

Paol Keineg (1944 -) : Le poème du pays qui a faim

  Le poème du pays qui a faim   Bonjour à vous gens de ces maisons bonjour bonjour et permettez que j’enlève mon chapeau que je le range avec mes sabots et puisque me voilà bonjour au trépied bonjour au sucrier bonjour au bank débordant d’envers du décor      de dessous de cartes et de courants d’air bonjour au vaisselier de mon âme où les coqs      pavoisés se parent de la rose des bruyères      dans une odeur de houx bonjour au sabotier... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2019

Alain Bosquet (1919 – 1998) : « Ne te suicide pas, Seigneur... »

  Ne te suicide pas, Seigneur, voici qu’apparaît une orchidée parmi les ruines ; ne te suicide pas, Seigneur, voici que renaît le ruisseau dans le cratère d’une      bombe ; ne te suicide pas, Seigneur, le ciel a mis du givre sur sa balafre, l’océan a guéri      sa blessure d’un bandage de corail. Ecoute, Seigneur, ton univers qui était enfantin comme le cartilage, le voilà      revenu de sa première fougue, de sa grande désobéissance ; Les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :