Euler[1]

 

Une dernière fois

 

une dernière fois

murmurer les mots de l’enfance

caresser les mots de l’enfance

goûter les mots de l’enfance

 

Une dernière fois

laisser glisser les yeux sur le petit pays

laisse reposer les yeux sur les chers disparus

ouvrir grands les yeux sur le petit enfant

 

encore une dernière fois

respirer l’amour de l’enfance

sentir la chaleur de la heimat

humer la senteur du pissenlit

 

faire des culbutes sur les prairies jaune d’or

jusqu’à ce que la roue de la vie s’emballe

et nous ramène au commencement

encore une fois

 

Transposé du francique par l’auteur

 

E létschtes mol

 

e létschtes mol

de wertere von de kindhett pischple

de wertere von de kindhett schmëëchle

de wertere von de kindhett schlecke

 

e létschtes mol

de awwe iwwer s länder losse strëëfe

de awwe iwwer de liewe dode losse ruhe

de awwe iwwer s klëëne kind gross uffmàche

 

noch e létschtes mol

de lieb von de kindhett schnüfe

de wärmt bon de hëëmet spire

de duft von de brunzblum schmàcke

 

burzelbääm uff de goldgëële màtte schlawe

bis s lëwesràdd sich iwwerwschlàt

un àlles widder ànfàngt von vurne

noch emol

 

 

E Plàtz zum Schnüfe / Un endroit où respirer

S.A.L.D.E 67000, Strasbourg, 2017