3611600-PH[1]

 

Visite à un Taoïste

 

Les aboiements lointains se mêlent au chuchotement du ruisseau.

La pluie légère ravive la rose de la fleur du pêcher.

Parfois on aperçoit la silhouette d’une biche craintive.

Une rivière se déroule caressante.

La cloche lointaine n’en trouble pas le murmure.

Çà er là quelques pousses de bambous percent le brouillard bleuâtre.

Une cascade écumeuse se suspend au flanc du mont.

Je vous rends visite et je ne vous trouve pas.

Je m’en reviens mélancolique.

En m’appuyant de temps à autre contre les pins robustes.

 

Traduit du chinois par Sung-Nien Hsu

In : « Anthologie de la littérature chinoise »

Editions Delagrave, 1932

 

Vaine visite au maître taoïste du Mont Daitian

 

Aboiements de chiens au bruit de l’eau mêlés ;

Sous la rosée, les fleurs de pêchers plus foncées.

Au tréfond des forêts, on entrevoit des cerfs ;

Près du ruisseau, à midi, nulle cloche n’a sonné.

Des bambous sauvages coupent la brume verte ;

Une cascade en vol s’accroche aux pics azurés.

Nul ne connaît l’endroit où le mènent ses pas ;

Je m’appuie à deux ou trois pins, désappointé.

 

Traduit du chinois par Florence Hu – Sterk

in, « Anthologie de la poésie chinoise »

Editions Gallimard (La Pléiade), 2015 

 

Vaine visite au moine taoïste du Tai-T’en chan

 

Un aboi de chien dans le bruit de l’eau...

     Après la pluie, la fleur de pêcher est plus rouge.

Au plus profond de la forêt, on voit parfois un cerf ;

     Près du torrent, à midi, pas de cloche...

Les bambous sauvages percent l’épais brouillard :

     La cascade s’accroche au sommet d’émeraude.

Nul n’a pu me dire où l’ermite s’en est allé :

     Je me suis appuyé, triste, à deux ou trois pins...

 

Traduit du chinois par Tchang Fou-jouei

In, « Anthologie de la poésie chinoise classique »

Editions Gallimard (Poésie), 1962

Du même auteur :

Chant de Qiupu (23/10/2016)

En cherchant Maître Yong-Tsouen à son ermitage : (23/10/2017)

Accompagnant un ami (23/10/2018)

Réveil de l’ivresse (23/10/2019)

Nuit de lune sur le fleuve (23/10/2020)

Dernier poème (23/102021)

Pensée d’une nuit calme (23/10/2023)