BnF_ms

 

À la douceur du temps nouveau

les bois feuillissent les oiseaux

chantent chacun en son latin

selon les vers du nouveau chant

il est donc temps de se procurer

ce que l’homme désire le plus

 

De là d’où tout m’est bon et beau

je ne vois messager ni lettre

aussi mon cœur ne dort et ne rit

et je n’ose faire un pas en avant

avant de savoir si la fin

sera celle que je désire

 

Là notre amour va ainsi

que la branche de l’aubépine

qui est sur l’arbre en tremblant

la nuit dans la pluie et le gel

le lendemain le soleil se répand

par les feuilles vertes les rameaux

 

Je me souviens encore du matin

où nous nous avons mis fin à la guerre

elle m’a donné ce don si grand

son amour entier et son anneau                            

que Dieu me laisse vivre encore tant

que j’ai mes mains sous son manteau

 

Adapté de l’occitan par Jacques Roubaud

in, « Les Troubadours. Anthologie bilingue »

Seghers éditeur, 1980

Du même auteur :

Chanson / Canso (19/09/2020)

Puisque j’ai le désir de chanter... » / Pos de chantar m’es pres talenz... » (19/09/2021)

 

Ab la dolchor del temps novel

foillo li bosc e li aucel

chanton chascus en lor lati

segon lo vers del novel chan

adonc esta ben c’om s’aisi

d’acho dont hom a plus talan.



De lai don plus m’es bon e bel

non vei mesager ni sagel,

per que mos cors non dorm ni ri,

ni o m’aus traire adenan,

tro qu’eu sacha ben de la fi

s’el’es aissi coin eu deman.



La nostr’amor vai enaissi

com la branca de l’albespi

qu’esta sobre l’arbr’en treman,

la nuoit, ab la ploj’ez al gel,

tro l’endeman, que-l sols s’espan

pel las fueillas vert el ramel.



Enquer me menbra d’un mati

que nos fesem de guerra fi,

e que-m donet un don tan gran,

sa drudari’e son anel :

enquer me fais Dieus viure tan

qu’aja mas mans soz son mantel !

Poème précédent en occitan :

Marcela Delpastre : Le pays mort / Lo pais mòrt (01/04/2022)