arton1100[1]

 

Moments donnés ou Physiologie des Muses

(1969 -1970)

 

(alanguie   il n’est de proie que l’ombre

 

s’effaçant nos images   dans l’infinité des miroirs

de rares fois   la transparence nous habille à nos

couleurs

nous nous voyons   entre deux bleus hivers )

à Juan-Pablo Iommi

 

fou

mon amour voyant

se creuse

un golfe et plein de glaïeuls

quand s’approche

sans rien d’autre

escarboucle   aimée   brassée

le pain   la cendre à ses côtés

toi   racines   le soleil

use à la lune

folle

 

LA RESPIRATION DE TERPSICHORE

 

     l’âme de Poséidon couverte d’algues pourpres et de fibreux métal joue avec

les lisières – les bleus divers d’air et de mer – en coups étonnants

 

     mystère la voix     si ce n’est qu’elle vient du dedans     nourrie de l’allé    

sur les pistes rougies     drainant cœur côtes parois trouant l’écorce

 

     trame de rébellion     les énigmes s’étalent

     contre- courant     élan d’un syllabaire neuf

 

à B.B. King

 

LE DOS DE MELPOMENE

 

                                                    blanches noces photographiques

                                                    cravates   plis   cérémonie bouclée

 

                                                    les main affirment un paradis enclos

                                                    sourire figée dans les ruines

 

                                                    les éboulis d’un siècle en frise

                                                    crème et dentelle   contre

                                                    la pierre tombale

 

                                                    oracle pour un temps dissous

 

L’HALEINE D’EUTHERPE ET D’ERATO

 

I

 

(à l’entrée de l’hiver   la douce tyrannie

le crime a la couleur des chrysanthèmes)

 

le temps s’éclipse

dans le soir   le souvenir

est latéral

le froid ouvre

une fenêtre   la neige

émerge

le poids doux   les plumes

de la mémoire   à l’impact

curviligne   nuit   oui

un signe  un chrysanthème

ô nimbe de l’assaut

le miroir change

moi   je   perdus avec

regarde

les yeux fermés

passer les saisons lumineuses

 

II

 

corps et le reste à

la traîne   lent

qui meurt   quand

là   sur les seins

le matin dans les nuits

que le cri – sillage

est retrouvé   tout

est là – parti

mon amour a

ses étages   ses entrailles

un ciel qui vole

silex du pyromane

à la butte défaite

manne des nues

la baptistère a

ses lys   sa folie sa lie

dans ses lits

 

III

 

la rive à la dérive     le fleuve plus la mer

tendresse de la peau

                                  le bras

                                             le grain

                                  le sablier bleu

fumée humide

                                  le ciel glisse

avant de tomber

                                  à genoux

à ses yeux embués

                                             ce qui est arrivé

 

la rive d’un instant à

la dérive

tunique divine     le bras est nu

à la paupière        s’agite tendre

battement            l’œil s’aile    à

 

DE CLIO LES AILES

 

                                                                   auréole du

                                                              vol la vase du

                                                              sommeil oscille

                                                              l’œil en modulation

                                                              du voisinage     exploraison

                                                              soudain   partout   plantes

                                                              et     danse

 

HELIOTHERAPIE

 

orange nébuleuse     le bleu du ciel

crachat perlé pavot la rime du soleil

ciel s’anime   se mime   plie l’abîme

orangé   l’œil de fête

 

prunelle aurifère

rebelle   comme la marée

vacille

 

l’oracle t’appartient

déchaîne le spectacle   impitoyable

 

Là est ici

In, « Cahiers de poésie, 2 »

Editions Gallimard, 1976

De la même autrice : L’autre – Entre là et ici (11/09/2021)