jamyn[1]

 

Que personne n’est libre

 

     Nul, quiconque soit-il, ne vit en liberté.

Nul au monde n'est libre, et quelque servitude

Presse tous les humains de chaîne douce ou rude,

Selon qu'est le sujet de leur captivité.

 

     L'un est serf de l'argent dont il est surmonté,

L'autre suit la fortune avec soin et étude,

L'un s'esclave aux Seigneurs payant d'ingratitude,

L'autre se fait captif de toute volupté.

.

     L'un a l'ambition qui le tient en servage,

L'autre sert à un peuple et ingrat et volage,

Les lois d'autre côté nous empêchent d'user

.

     Des moeurs et des façons qui souvent peuvent plaire :

Chacun a son lien, mais beaucoup on peut faire

Quand au plus doux servage on se peut exposer.

 

Les Œuvres poétiques d’Amadis Jamyn.

par Mamert Patisson, imprimeur du Roy, au logis de Robert Estienne, Paris, 1579